« Le bois est fragile, il résiste mal aux insectes »

Ponts, marinas, pilotis, constructions navales… sont autant d’exemples qui démontrent la résistance du bois dans des environnements a priori hostiles. Que dire des constructions à pans de bois (de chêne) qui ont résisté au temps comme aux attaques d’insectes.

Noter cet article :

12345

L'entretien zéro n'existe pas !

A partir du moment où les règles de mises en œuvre et d'entretien sont respectées, le matériau bois résiste à tout. Par exemple, lors de la construction, le recours à du bois sec est la meilleure des mesures de préservation du bois.

Aujourd'hui, les techniques de traitement permettent de réaliser une préservation efficace et définitive, mais aussi respectueuse de l'environnement.

Sus aux insectes

La lutte contre les xylophages, ces fâcheux insectes amateurs de bois, s'organise d'abord grâce à Dame Nature.

Pour la plupart des utilisations, des essences comme le chêne, le châtaignier ou le mélèze n'ont besoin d'aucun traitement, de même que les bois d'agencement (lambris, parquets).

Ensuite, il est préférable de respecter toutes les règles de l'art dans la conception de sa maison : choix des bois, traitements certifiés, mise en œuvre de qualité...

Quant aux termites qui aiment tant l'ombre, l'humidité et les sous-sols, il suffit de s'en protéger par un traitement au sol.