Le bois en architecture nomade et temporaire

Légères et démontables, les constructions en bois sont depuis longtemps associées aux évènements temporaires. Mais le nomadisme du bois va plus loin : il permet d'envisager la maison de demain, que nous emporterons avec nous à chaque voyage...

Noter cet article :

12345

Un saisonnier ambulant

Matériau par excellence de l'architecture nomade, le bois constitue l'essentiel des constructions saisonnières ou temporaires telles que les :

  • théâtres mobiles,
  • kiosques à musique,
  • billetteries,
  • stands et pavillons d'exposition,
  • habitations légères de loisir (HLL),
  • village de vacances...

Plié en deux temps, trois mouvements

Les constructions en bois se montent et se démontent en un temps record. Elles quittent leur implantation temporaire en camion, laissant un site intact. En effet, le matériau bois est :

  • esthétique et léger naturellement,
  • démontable, empilable, et transportable aisément,
  • modifiable à tous moments,
  • adapté à tous les styles,
  • recyclable en fin de parcours.

Deux approches de l'architecture nomade et temporaire

A l'image du petit théâtre démontable de la ville de Chinon (Indre-et-Loire) ou des modules d'hébergement temporaire du village Expo 2000 de Hanovre (Allemagne), le bois s'avère parfaitement adapté pour réaliser des structures d'accueil mobiles ou à programmation saisonnière.

Deux cas de figure sont possibles :

Cas 1 - Architecture temporaire : le théâtre de Chinon

Une membrure lisible et légère

Composée d'une scène, d'un orchestre et de gradins, la structure en épicéa massif dessine une épure fine et légère qui se superpose sans heurt au bâti original. Le matériau bois laissé naturel fait écho à la pierre de l'édifice, classé monument historique.

Il apporte un contraste visuel mais également un confort acoustique considérable.

De type ossature bois, la structure est composée de 8 portiques reliés entre eux par une galerie haute constituant une coursive technique et contreventée par les gradins. L'assemblage par boulonnage est aisé et rapide.

La structure bois se superpose à l'existant

Elle est cependant :

  • indépendante de la structure d'accueil,
  • autoporteuse (sans ancrage au sol ni appui sur les murs),
  • d'une grande lisibilité.

Cas 2 - Architecture nomade : le village expo de Hanovre

Une écriture simple, modulaire et rythmée

Entièrement démontable, ce village d'hébergement (1 600 lits) peut être monté en seulement 3 mois. L'efficacité du principe constructif de l'architecte suisse Kurt Hofman réside dans la préfabrication de modules parallélépipédiques en sapin, parfaitement identiques, empilables et juxtaposables sur 3 niveaux.

Un bardage en mélèze ainsi que des espaces de liaison indépendants et préfabriqués apportent fantaisie et rythme aux modules de base, réalisés à 90 % à partir de matériaux renouvelables.

La structure bois s'inscrit dans le site temporairement.

Les éléments sont :

  • de type modulaire,
  • géométriquement simples,
  • préfabriqués en atelier y compris les revêtements,
  • sans fondations particulières.

Françoise N'Thépé Cabinet d'architectes Beckmann-N'thépé

Pourquoi choisir le bois pour réaliser une maison nomade ?

Une maison itinérante impose naturellement une construction issue de la filière sèche, qui puisse se monter et démonter à plus d'une occasion. Le bois permet de trouver un montage simple, rapide et modulable.

Quel matériau bois utilisez-vous ?

Essentiellement le lamibois, qui peut aussi bien servir pour les poutres et les murs que pour les planchers et les plafonds apparents. C'est un matériau aux bonnes performances, connu pour sa résistance et sa facilité de mise en œuvre. En vêture extérieure, on peut utiliser du contreplaqué marine, qui peut être peint. Le bois permet ainsi de réinterpréter les couleurs de la ville. La construction bois ne ressemble pas nécessairement à un chalet suisse !

Une maison nomade est-elle forcément posée sur des fondations ?

Pas forcément. Nous avons par exemple conçu une maison en bois qui peut être "posée" sur un socle de béton, mais également dressée sur pilotis ou en élévation d'une structure existante, moyennant quelques adaptations. De même, sa taille peut facilement être modifiée : l'utilisation d'un système de poteaux-poutres tramé permet d'ajouter ou retirer des modules.