Un matériau d'avenir

Le confort de l'architecture verte

La notion de confort se modifie et de nouveaux critères, associés au bien-être, rentrent désormais en ligne de compte dans le choix du bois.

Noter cet article :

12345

La maison en bois de demain

Prenant en compte les critères de confort et d'économie d'énergie, la maison en bois de demain présentera de nombreux atouts.

Ouverte et lumineuse mais économique du point de vue thermique

L'isolation thermique exceptionnelle du bois peut être complétées par des isolants naturels comme le liège. En matière de chauffage, les énergies alternatives et renouvelables dont le bois (bûche, plaquette forestière, granules...) pourront demain concurrencer les énergies fossiles dont les ressources sont limitées.

Audacieuse dans ses formes mais peu coûteuse à mettre en œuvre

Dans la production de matériaux de construction, le bois est celui qui a le plus faible coût énergétique. Le bois en tant qu' " éco-matériau" tiendra demain une place plus importante dans la construction publique (+25 % d'ici 2010), mais aussi dans l'ouvrage privé.

Aménagée avec des produits bois encore plus sains

Les adjuvants utilisés dans la fabrication des produits bois finis tels que le mobilier, les bardages ou les lames de parquet contrecollées sont sans cesse améliorés. Le succès grandissant des systèmes de fixation sans colle, mais également des lasures et peintures acryliques parle de lui-même.

Meublée avec des produits bois facile à vivre

Polyvalent et nomade, le mobilier bois de demain sera plus proche de nos besoins quotidiens. Il s'invitera dedans comme dehors, se montera et de démontera aisément, se détournera, se recyclera, se personnalisera à souhait.

Vincent Béchau Designer et architecte, Béchau & Bourgeois (24)

A quoi ressemblera le bois demain ?

"A un banc urbain à lattes qui emprunterait le langage du banc public, mais qui serait plus lâché avec ses courbes et ses contre-courbes, qui se développerait sur 6 m de long."

Ce banc en bois investirait l'espace public comme un "catalyseur de tensions", ses lattes assemblées ne laisseraient apparaître que la souplesse de l'ondulation.

Confectionnée en bois massif avec les outils d'ébénisterie traditionnelle, cette interprétation du banc public serait néanmoins plurielle, à mi-chemin entre fonctionnalisme et esthétique organique.

Côté architecture, la vision du cabinet Béchau-Bourgeois prendrait la forme d'une structure en bois de pays (acacia), bardée de cèdre. Leurs modules, aux accès autonomes et assemblés autour d'une cellule souche, seraient la représentation de la famille d'aujourd'hui, nombreuse et recomposée.

S'inscrivant dans la culture du modèle, cette habitation serait un objet reproductible mais dont la multiplication cellulaire s'inscrirait dans une démarche de développement durable.