Termites : n’en faisons pas une maladie !

Les termites sont là… mais l’ont toujours été. Pas de panique donc ! Préférons une veille organisée, une vigilance raisonnée, une cartographie claire et précise.

Noter cet article :

12345

Des insectes sous haute surveillance

Nés à l'époque des mammouths, les termites ont toujours tenu un rôle écologique important en participant au recyclage du bois mort dans les forêts du Sud de la France. Le souci est que leurs mandibules ne connaissent pas de frontières !

C'est pourquoi les 6 espèces recensées sur le territoire se promènent désormais entre forêts et zones urbaines de 53 départements.

Visuel de la carte de France représentant l'avancée des termites
La plupart des départements français n'est que peu touché par les termites.

Leurs faits et gestes sont cependant scrupuleusement observés, toute nouvelle présence étant obligatoirement notifiée en préfecture et par voie de presse locale comme le stipule la loi "termites".

Des fourmis blanches qui aiment le bois

S'ils sont gourmands, les termites sont cependant fragiles et craignent le froid, le vent et le soleil. Aussi, vivent-ils sous terre, à l'abri de la lumière et dans les zones humides.

Comme tout insecte xylophage, les termites se nourrissent de matériaux cellulosiques, trouvés dans le sol (bois, feuilles...). Leur besoin d'eau et de chaleur les conduisent parfois dans les caves et vides sanitaires, chauds (> 5°C), humides, et mal ventilés.

Si elles parviennent à s'introduire dans une construction, ces fourmis blanches progressent de bas en haut et font feu de tout bois.

Revues, livres, papiers et cartons stockés, puis parquets, plinthes, menuiseries, portes, meubles et enfin poutres et charpentes sont progressivement abîmés.

Soyons clairs cependant, on n'a jamais vu de fourmis, même blanches, dévorer une maison !

Des signes avant-coureurs

Sans trou ni sciure en surface du bois, il semble difficile au néophyte de repérer l'activité des termites. Leur vie sociale animée les trahit cependant la plupart du temps.

En effet, l'activité fourmillante des ouvriers (90% à 95% de la colonie) dont la mission est de nourrir d'éléments cellulosiques ingérés puis recrachés les soldats et les reproducteurs de la termitière, peut être détectée par :

  • l'apparition de galeries terreuses (les cordonnets) à la surface des murs, du bois ou du sol,
  • un sondage électronique (détecteurs acoustiques et détecteurs de mouvement), effectué par un professionnel, qui permet de localiser leur présence.

En cas de doute, faites appel à un centre de diagnostic certifié et non prescripteur de traitement qui vous délivrera un état parasitaire valable 3 mois, attestant de la présence ou non de termites et/ou autres insectes xylophages dans votre habitation.

Des traitements certifiés

Si votre état parasitaire indique la nécessité d'un traitement préventif ou curatif, faites alors appel à une société de traitement certifié qui interviendra :

  • sur sol non bâti : par les pièges à appâts, et l'épandage d'insecticides (dans les départements où il est autorisé)
  • sur fondations : par la pose de film offrant une barrière physico-chimique
  • en post-construction :
    • sur les murs et sols : par les pièges à appâts, les barrières insecticides
    • pour les bois de structure, éléments bois : par injection insecticide

Notez qu'une entreprise certifiée est tenue de répondre au mieux à vos attentes et est régulièrement contrôlée par des auditeurs techniques pour le maintien de sa certification.

Une prévention active et organisée

Depuis juillet 2000, la mise en application de la loi "termites" (9.6.99) vise à protéger propriétaires et accédants à la propriété en zones termitées.

Il est donc désormais impossible d'acheter un bien sans preuve de non-contamination, faute de quoi le vendeur ne peut s'exonérer de la garantie pour vice caché. La loi oblige en effet :

  • à déclarer en mairie la présence de termites
  • de procéder à la recherche de termites et d'adresser un état parasitaire réalisé par une société d'expertise
  • de justifier des traitements préventifs ou curatifs en mairie par une attestation précise et datée, établie par une entreprise autre que la société d'expertise
  • de traiter les déchets de démolition contaminés par les termites
  • de fournir un état parasitaire de moins de 3 mois au moment de la vente d'un bien

Hors zones termitées, la protection d'une habitation se résume à :

  • la mise en œuvre d'essences à durabilité adaptée à la classe d'emploi du bois, que cette durabilité soit naturelle ou conférée
  • l'entretien régulier de ses bois à l'aide de produits fongicides et insecticides
  • l'élimination des éléments cellulosiques stockés à même le sol dans les jardins, caves et vides sanitaires construits sur terre battue (bois de chauffage, palettes, planches, cartons, etc.)
  • la suppression de zones anormalement humides et confinées à l'intérieur du bâtiment (ventilation bouchées, fuites, infiltrations, etc.)

La surveillance, la prévention et les différents types de traitements pratiqués vous apportent ainsi l'assurance que les termites ne s'inviteront pas chez vous !

De drôles de petites bêtes !

Les insectes xylophages se nourrissent de matière ligno-cellulosique trouvée dans le bois.

Grosses vrillettes et lyctus sont attirés par les feuillus, les termites apprécient les bois tendres (peuplier, sapin...) tandis que les capricornes attaquent aussi bien les chênes que les résineux.

Les violets raffolent, quant à eux, de bois déjà dégradés par les champignons lignivores.

Leurs méfaits prennent pour la plupart la forme de galeries creusées et de trous. Un environnement humide et confiné est souvent propice à leur développement. On veillera donc en construction :

  • à ne pas soumettre le bois à une humidification de longue durée,
  • à mettre en œuvre des essences durables et/ou ayant subit un traitement de préservation préalable (par trempage ou par autoclave).

Philippe Lageyre, Entreprise TERCAP (64)

Les termites peuvent-ils détruire une maison bois ?

Non, de toute ma carrière je n'ai jamais vu une maison s'effondrer ! Les termites peuvent simplement provoquer un affaiblissement structurel d'un solivage ou d'une charpente.

Comment repérer les termites avant dégâts ?

Ils sont difficiles à repérer car ils fuient la lumière. Au printemps cependant on peut repérer l'essaimage, les insectes qui ressemblent à des fourmis volantes perdent leurs ailes. On peut également remarquer des cordons que l'on dirait couler le long du plafond. Enfin, la dégradation par exemple de plinthes ou d'huisseries indique leur présence.

Que faire alors ?

Remplacer la plinthe ! Et traiter selon les besoins soit chimiquement par injection - la molécule du traitement chimique agit sous 48 h -soit par les pièges. C'est un peu plus long mais on mesure l'efficacité plus facilement sans avoir à réaliser de travaux. Le piège permet la surveillance préventive et curative.