Le chauffage au bois, un atout pour l'environnement

Le bois représente 40 % des énergies renouvelables produites en France : c'est plus que l'hydraulique, l'éolien, le solaire, le biogaz et les déchets urbains réunis !

Noter cet article :

12345

LE CHAUFFAGE AU BOIS, UN ATOUT POUR L'ENVIRONNEMENT

Img -bois -petit

Le chauffage individuel au bois

Le chauffage au bois est au cœur de la transition énergétique. Énergie renouvelable par excellence, le bois permet en effet de réduire les consommations d'énergie fossiles émettrices de gaz à effet de serre et d'atténuer le changement climatique. Produit et consommé localement, le bois utilisé pour se chauffer diminue l'impact dû aux transports et contribue à l'économie des régions. Sa collecte, son conditionnement, son transport et son exploitation représentent un marché de 3,5 milliards d'euros et plus de 10 000 emplois locaux et non délocalisables (données 2014)1. C'est un combustible compétitif : son coût est 2 à 4 fois moins élevé que les énergies fossiles et ses évolutions de prix sont bien mieux maîtrisées(1).

Le bois représente 40 % des énergies renouvelables produites en France : c'est plus que l'hydraulique, l'éolien, le solaire, le biogaz et les déchets urbains réunis(2) !

 


En France, 7,4 millions de résidences sont équipées d'un chauffage au bois3. Près de 400 000 logements disposent d'un chauffage et d'eau chaude sanitaire au travers des réseaux de chaleur4. Grâce à des équipements de technologie avancée, les performances ne cessent de s'améliorer. Les appareils actuels produisent plus de chaleur avec autant de combustible mais sous des présentations plus efficaces : granulés, bûches sèches, briquettes...

Le chauffage collectif au bois


Logements collectifs, immeubles tertiaires, bâtiments industriels et agricoles, réseau de chaleur urbain… le bois est parfaitement adapté aux grandes installations. Développer le chauffage collectif au bois, c'est valoriser les produits issus de l'exploitation forestière, paysagère et de l’industrie du bois, qui ne sont pas valorisables en bois d'œuvre (rémanents forestiers, écorces …), mais aussi du bois en fin de vie (palettes, cagettes…). Le bois-énergie s'inscrit donc pleinement dans l'économie circulaire.

 


1) Source : ADEME, Chiffres-Clés Climat, Air et Énergie, 2015
2) Source : Datalab, chiffres clés des énergies renouvelables, Ministère de l'environnement, février 2017
3) Rapport Comité opérationnel n°10, Grenelle de l'Environnement
4) Source : enquête SNCU 2016