Le bois, matériau des économies d'énergie

Un matériau peu énergivore

Le bois économise l'énergie, lors de la construction d'une maison (grâce à des chantiers courts et propres), mais aussi lors de son occupation (grâce à ses performances thermiques).

Noter cet article :

12345

Un isolant exceptionnel

Le bois est un matériau chaleureux... Dans tous les sens du terme !
C'est en effet un excellent isolant (il possède une très faible conductivité thermique) : le bois isole 6 fois plus que la brique, 12 fois plus que le béton, 350 fois plus que l'acier et 1 500 fois plus que l'aluminium !

Au delà des qualités intrinsèques du matériau, les systèmes constructifs bois sont très performants en termes d'isolation. L'ossature bois, en particulier, permet l'insertion d'un isolant thermique (laine de verre, par exemple) au coeur même des murs. Résultat : épaisseur minimale, isolation maximale.

                schéma conductivité thermique moyenne

Jean-Luc Coffin propriétaire d'une maison à ossature bois en Poitou-Charentes

90-JlCollin

« Nous avons réduit nos consommations en énergie de plus de 30 %. »

Pourquoi avoir choisi le bois ?

Pour faire des économies d'énergie ! En plus, à confort thermique égal, l'épaisseur des murs de la maison bois nous a fait gagner plusieurs m2 de surface habitable !

Il règne en permanence une chaleur saine et agréable. Gros avantage du bois : la maison se chauffe très vite, car elle a peu d'inertie.

Le bois "meilleur" que la brique et le béton ?

Il est tout à fait possible d'obtenir, avec des constructions maçonnées, des performances énergétiques équivalentes à celles des constructions bois. Il suffit notamment d'augmenter le nombre ou l'épaisseur des couches d'isolant.

L'avantage du bois réside dans sa facilité de mise en oeuvre et ses qualités naturelles d'isolation : obtenir un excellent bilan thermique est plus simple, plus rapide et surtout plus économique

Halte aux ponts thermiques

Comme toutes les constructions isolées par l'extérieur, les maisons en bois éliminent en outre les ponts thermiques, responsables de 20 à 30 % des déperditions de chaleur. Elles se trouvent ainsi protégées du grand froid comme des grosses chaleurs.

Les ponts thermiques

Il s'agit de surfaces, de liaisons ou d'anglesmal isolés, comme par exemple des planchers, les passages de canalisations ou les tours de fenêtres.

Le froid ou la chaleur ne sont pas "coupées" par la barrière d'isolation thermique prévue et passent plus facilement. L'importance du passage et des déperditions dépendent de la qualité isolante du matériau concerné : c'est pourquoi les constructions en bois sont peu sujettes aux ponts thermiques.

Les ponts thermiques créent également des zones froides localisées qui sont source d'inconfort pour les occupants.

  • Pages :
  • 1
  • 2