Bois et effet de serre

Le rôle de l'homme : favoriser le cycle du bois

Sans intervention de l'homme, les arbres, en fin de vie, se décomposent et libèrent dans l'atmosphère le gaz carbonique qu'ils ont piégé au cours de leur existence.

Noter cet article :

12345

Piéger le carbone

Si l'on coupe un arbre à maturité et que l'on conserve durablement le bois, le carbone reste piégé. Ainsi, l'exploitation raisonnée des forêts permet d'éviter que le carbone ne soit relâché.

Mais surtout, elle garantit le renouvellement et la progression de cette ressource naturelle. Les jeunes arbres absorbent le carbone, tandis que les plus anciens, devenus maison, bardage ou mobilier, permettent de le fixer de manière permanente. C'est ce que l'on appelle des "puits de carbone".

Construire en bois, une démarche nécessaire

L'utilisation du matériau bois permet de poursuivre le rôle bénéfique de la forêt. Édifier des maisons, fabriquer des meubles ou ériger des charpentes en bois apparaît comme la meilleure et la plus simple des manières d'agir pour l'environnement.

Une maison construite en bois permet de conserver les 15 à 20 tonnes de CO2 emmagasinées tout au long de la croissance des arbres qui auront été nécessaires à sa réalisation.

Construire en bois, c'est donc participer activement et efficacement à la lutte contre l'effet de serre.