Le bois, un allié essentiel pour lutter contre l’effet de serre

Le renforcement de l’effet de serre, dû notamment aux émissions de CO2 d’origine humaine, provoque un réchauffement climatique inhabituel et modifie l'équilibre de l'environnement. En choisissant le bois pour la construction, l’isolation et l’aménagement, vous luttez concrètement contre ce phénomène. Mais comment ?

Noter cet article :

12345

Effet de serre : définition

L'effet de serre s'explique par la présence dans l'atmosphère de certains gaz, à l'exemple du CO2 (dioxyde de carbone). Ces gaz agissent comme les vitres d'une serre : en piégeant la chaleur solaire, ils provoquent une augmentation globale de la température terrestre.

Plus il y a de gaz à effet de serre dans l'air, plus le phénomène s'accentue. Ainsi, le CO2 émis par les transports ou l'industrie renforce l'effet de serre naturel, ce qui entraîne un réchauffement climatique aux conséquences diverses :

  • fonte des glaciers et de la banquise provoquant une élévation du niveau des océans ;
  • augmentation de la fréquence des événements climatiques extrêmes (inondations, sécheresses, cyclones) ;
  • impact sur l'habitat des êtres vivants ;
  • perturbation des activités humaines.

Choisir le bois pour protéger l'environnement

Pour lutter contre l'effet de serre, on peut diminuer les quantités de CO2 présentes dans l'atmosphère :

  • en réduisant les émissions de CO2,
  • en empêchant ce gaz de se répandre dans l'air.

Et le bois permet de répondre à ces deux objectifs. En effet :

  • Pendant leur croissance, les arbres capturent du CO2.
  • La transformation du bois en produits de construction ou d'aménagement nécessite moins d'énergie que la fabrication d'autres matériaux. Or, économiser l'énergie, c'est réduire les émissions de CO2.
  • Consommer du bois permet de conserver le Co2 stocké par les arbres pendant leur pousse. En effet, s'ils n'étaient pas coupés pour qu'on utilise leur bois, ces arbres se décomposeraient dans la nature en relâchant du dioxyde de carbone dans l'atmosphère.
  • Le bois procure une isolation thermique 15 fois plus efficace que celle du béton, d'où de nouvelles économies d'énergie et un confort thermique appréciable dans les maisons en bois.
  • Une fois terminée la période d'utilisation d'un produit à base de bois, ce matériau peut être réutilisé ou recyclé, notamment dans l'industrie de l'ameublement ou de la construction (sous forme de panneaux). Le bois continue ainsi de retenir le CO2 fixé par les arbres.
  • En fin de vie, le bois de construction peut être recyclé encore une fois ou réutilisé comme source d'énergie (pour alimenter des chaudières, par exemple). Sa combustion n'augmente pas les émissions de CO2 : elle ne fait que libérer le gaz stocké par le bois.

Dans ce contexte, dire oui au bois c'est dire non au CO2 pour lutter chaque jour contre l'effet de serre !

Propos recueillis auprès de la Chef du bureau des partenariats et des actions territoriales à la Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature du Ministère du Développement durable

Le bois présente des performances intéressantes en termes d'isolation thermique. Utilisé comme matériau de construction ou d'isolation, il contribue à réduire la consommation d'énergie liée au chauffage et à la climatisation des bâtiments. Cette réduction de la consommation énergétique participe à la lutte contre l'effet de serre.

Employés pour la construction de bâtiments ou comme isolants, le bois et ses dérivés permettent-ils des économies d'énergie par rapport à d'autres matériaux ?

Le bois est légèrement plus isolant que le béton ou le parpaing. De ce fait, l'utilisation du bois comme matériau de construction peut réduire, sous réserve d'une bonne conception, les ponts thermiques d'un bâtiment (endroits d'où la chaleur s'échappe facilement, parce que la barrière isolante est rompue à cause d'un défaut dans la conception ou la construction de l'ouvrage).

En revanche, lorsqu'on emploie du bois massif ou des panneaux de bois dans la construction de bâtiments, on doit leur associer un isolant complémentaire. En effet, ces matériaux n'ont pas un pouvoir isolant suffisant pour répondre par eux-mêmes aux exigences de la réglementation thermique actuelle, qui sont d'un niveau très élevé. Dans ce contexte, l'isolant assure l'essentiel de la performance thermique des bâtiments en bois (capacité à protéger leurs occupants du froid comme de la chaleur).

Dans ce cas, est-il possible d'isoler une maison (traditionnelle ou en bois) avec du bois ou des produits qui en sont issus ? Quels matériaux choisir pour profiter au mieux des leurs qualités isolantes ?

Oui, on peut isoler un bâtiment avec des matériaux à base de fibre de bois. Comme les autres produits disponibles sur le marché, ils présentent un pouvoir isolant caractérisé par leur résistance thermique (capacité à bloquer la circulation de la chaleur). Cette valeur est indiquée en clair sur l'emballage du produit. Plus elle est élevée, plus le matériau assurera une bonne isolation. Il faut donc choisir son isolant en fonction de cette caractéristique.

La fibre de bois présente des performances intéressantes en termes d'isolation. En été, sa densité contribue à limiter les surchauffes à l'intérieur des bâtiments. En outre, ce matériau est un excellent isolant phonique. Le liège et la laine de bois, autres isolants naturels issus du bois, limitent aussi de façon satisfaisante les déperditions de chaleur.

Toutes les essences de bois offrent-elles les mêmes qualités d'isolation ? Sinon, lesquelles faut-il choisir en priorité ?

Pour les isolants à base de bois, ce n'est pas l'essence qui est importante, mais la manière dont les fibres de bois sont agencées entre elles. Elles doivent être disposées de façon à "piéger" efficacement l'air immobile (air sans mouvement dans lequel la chaleur ne peut circuler) afin que l'utilisateur du produit profite de son pouvoir d'isolation très élevé.