L'exploitation forestière

Exploiter les forêts pour leur bien

Il ne faut donc pas craindre de voir la forêt diminuer si l'on consomme du bois. Non seulement la récolte de bois est très inférieure à l'accroissement naturel, mais l'exploitation forestière vise avant tout à accompagner le travail de la nature.

Noter cet article :

12345

« Les coupes de bois poursuivent trois grands objectifs, explique Jean-Luc Peyron. Elles ont tout d'abord un rôle d'amélioration de la forêt : les éclaircies permettent aux arbres au profit desquels elles sont effectuées de bénéficier de meilleures conditions vis-à-vis de leur croissance et de leur santé ; elles apportent aussi de la lumière au sol et favorisent par là même la flore et la faune. »

Les coupes poursuivent trois grands objectifs : la récolte, bien sûr, mais aussi l'amélioration de la forêt et le renouvellement des arbres.

« Une seconde fonction des coupes est le renouvellement des arbres et la régénération de la forêt.
En troisième lieu, les coupes ont un rôle de récolte qui contribue aussi bien à satisfaire les besoins en bois qu'à engendrer des revenus ou autres avantages. »

Les coupes et la vente de bois jouent donc un rôle autant écologique qu'économique.

La forêt, une source d'emplois

Les emplois liés à la forêt et au bois relèvent essentiellement d'entreprises moyennes, petites, artisanales, voire unipersonnelles. Il n'est donc pas facile de les comptabiliser. On peut dire cependant qu'ils sont de l'ordre de 500 000 qui se répartissent en six catégories assez équilibrées :

  • l'ameublement
  • les travaux en forêt
  • le travail mécanique du bois
  • l'industrie papetière
  • l'ameublement
  • la mise en oeuvre du bois dans le bâtiment
  • le commerce du bois

Ainsi, la filière forêt-bois emploie environ 2 % de la population active. Mais de nouveaux types d'emplois liés à la forêt apparaissent, de plus en plus difficiles à comptabiliser. Il en va ainsi des services offerts par la forêt dans les loisirs (activités sportives, tourisme, artisanat).

En outre, la forêt et le bois suscitent de nombreuses activités non rémunérées mais qui n'en sont pas moins économiquement importantes comme le bricolage, qui s'appuie fortement sur la facilité de mise en œuvre d'un matériau écologique, le bois.

Jean-Luc Peyron GIP Ecofor

Portrait de Jean-Luc Peyron (Groupement d'Intérêt Public Ecosystèmes Forestiers (GIP Ecofor))

L'exploitation de la forêt ne la met donc pas en péril ?

« Outre le fait qu'elles assurent souvent un rôle d'amélioration ou de régénération, les coupes, vues sous leur seul angle de récolte de bois, sont bien loin de mettre en péril la forêt française.

D'autres opérations d'amélioration contribuent également à préserver des milieux remarquables, tels que zones humides et tourbières.

Et encore une fois, les prélèvements y sont très inférieurs à l'accroissement biologique, si bien que le volume de bois sur pied ne cesse d'augmenter. »

Le bois est donc une ressource naturelle, renouvelable, et dont les réserves croissent régulièrement. Trois raisons (au moins) de l'utiliser sans compter !