Une forêt diversifiée, en constante progression

Les villes s'étendent, les incendies de forêt font rage... Et pourtant, chaque année, les surfaces boisées gagnent du terrain en France. Le point sur cette progression avec un observateur privilégié : Claude Vidal, directeur de l'Inventaire forestier national.

Noter cet article :

12345

Bois.com Comment la surface forestière a-t-elle évolué au cours de ces vingt dernières années ?

Claude Vidal Elle s'est nettement accrue. En 1981, on l'estimait à 14 millions d'hectares ; elle est aujourd'hui de 15,5 millions d'hectares. Soit un accroissement de 10 % en moins d'un quart de siècle.

Cette progression est régulière. La surface boisée française a connu, par le passé, des périodes de fort accroissement : lors de la valorisation des landes de Gascogne au XIX° siècle, ou juste après la seconde guerre mondiale, avec les opérations de reboisement soutenues par le Fond forestier national. Mais ces dernières années, l'accroissement est devenu plus régulier ; il est d'environ 30 000 hectares par an sur la période 1998-2004.

En France, les surfaces boisées ont progressé de plus de 10 % depuis 1981.

Bois.com Comment expliquer cette progression, alors que les villes ne cessent de s'étendre ?

C.V. La principale raison tient à la déprise agricole, c'est à dire à l'abandon de certaines surfaces cultivées au profit de bois et de forêts. Cela explique en grande partie pourquoi certaines régions voient leurs surfaces boisées progresser plus vite que d'autres : les zones de moyenne montagne ou les départements du pourtour méditerranéen, par exemple.

Bois.com Le Sud-est de la France est pourtant très touché par les incendies...

C.V. Il faut distinguer l'impact psychologique des incendies de leur impact environnemental. D'une part, les surfaces touchées sont limitées : en 2003, "année noire" dans le Var, 20 000 hectares de forêts ont été incendiés... sur un total de 350 000 !

D'autre part, les forêts méditerranéennes sont souvent confrontées à l'incendie, et on observe après chaque feu un phénomène de repousse, avec cependant une dégradation du milieu physique. Le danger provient essentiellement des incendies répétés sur une même zone, très souvent d'origine humaine. Ils empêchent alors un retour à un milieu forestier stable.

Bois.com La forêt française n'est donc pas en danger ?

C.V. Non. Elle s'accroît régulièrement, et elle conserve une variété unique en Europe. La France est en effet au carrefour de plusieurs zones bio-géographiques : Méditerranée, chaînes de montagnes, plaines et collines plus ou moins proches de l'océan... Il en résulte une grande biodiversité : on compte par exemple 136 espèces d'arbres différentes !

Mais notre pays offre également une grande variété de paysages, des garrigues de Provence aux profondes forêts vosgiennes, du bocage normand aux pinèdes landaises. Comme l'illustre notre ouvrage "Paysages de forêt", la forêt française a mille visages !

L'Inventaire forestier national

L'Inventaire forestier national (IFN) a été créé en 1958 pour mieux connaître les potentialités des forêts françaises. Il a en charge l'inventaire permanent des ressources forestières nationales.

A partir de photographies aériennes et de vérifications sur le terrain, l'IFN dresse des cartes forestières départementales.

Jusqu'à fin 2004, les opérations d'inventaire étaient effectuées par département de manière cyclique avec une période de 12 ans. En 2005, un inventaire systématique sur l'ensemble du territoire a été mis en place.

à partir de photographies aériennes, la carte forestière du département est dressée. Des données statistiques sont collectées par photo-interprétation ponctuelle et sur le terrain. Ces informations dendrométriques, écologiques et floristiques sont enregistrées dans des bases de données et mises à la disposition du public.