Styles : de multiples saveurs

Pour relever leur cuisine, designers et cuisinistes agrémentent volontiers leurs implantations de saveurs variées. Ingrédient indispensable, le bois incorpore toutes les recettes. Selon le dosage des mélanges, l’émulsion est plus au moins contemporaine, c’est selon les goûts !

Noter cet article :

12345

Cuisine traditionnelle

  • Ajouter des meubles de métiers en bois massif (table de pesée, comptoir, billot de boucher, desserte de restaurateur) à des éviers et sols de pierre, des panières d'osier, des fourneaux en fonte...
  • Relever l'ensemble de lasures ou laques chaudes (miel, caramel).

Cuisine tendance

  • Ajouter des meubles de récup (vaisselier, buffet, table et chaises désassortis) ou des pièces de mobilier régional (hotte d'alpage, garde-manger, table à fromages, bancs…) à des modules de cuisine modernes prêts à monter.
  • Fondre les bois les plus anciens à l'aide de badigeons clairs (vanille, coquille d'œuf…) ou toniques (orange, citron, anis…).

Cuisine contemporaine

  • Sélectionner des éléments bois prêts à poser de teintes sombres (placard bas surmonté d'un plan de travail ; meuble haut vitré ; étagère ouverte ; tiroir et armoire coulissants ; hotte aspirante ; module pour électroménager intégré ; îlot central…).
  • Les agrémenter de détails en métal (crédence et évier inox, électroménager alu) et/ou en verre (étagères, dessus de table, portes de placards...) jusqu'à l'obtention d'un mélange plus ou moins high-tech.

    L'avis de Sébastien Delelis, Ingénieur méthode, établissement Fournier à Thônes (74)

    Bois.com : Quelle est l'essence de bois la plus demandée pour les cuisines en bois massif ?

    Jébastien Delelis : « Le chêne répond, à 90 %, à la demande client, parce que c'est une tradition française d'avoir du chêne dans sa cuisine, y compris pour du contemporain. On propose aussi de l'épicéa, du merisier et du bouleau.»

    Bois.com : Et côté finitions, quelle est la tendance ?

    S.D. : « Les patines et laques bicolores sur bois marchent bien. Elles apportent de la couleur tout en laissant apparaître la veine du bois. Le chêne teinté wengé est aussi très demandé. »

    Bois.com : Y a t-il encore une tradition d'ébénisterie ?

    S.D. : « Malgré la dimension industrielle de l'entreprise, de nombreuses opérations sont manuelles et exigent un jugé, un ponçage de spécialistes du bois. Une poussière sous vernis, un éclat, un écart de teinte constituent des défauts à écarter. L'exigence de la précision, le travail beau et bien fini sont d'une grande satisfaction pour nous tous. »

  • Pages :
  • 1
  • 2
  • 3