Une dépendance au fond du jardin : un rêve d'enfant

On a tous rêvé d'un petit paradis perdu dans la nature, un espace intime à l'abri du temps... Grâce au matériau bois, ce rêve peut devenir réalité. N'hésitez plus, (im)plantez vos idées bois au jardin, elles feront merveille !

Noter cet article :

12345

Une pièce indépendante

Rarement bâtie en tandem avec l'habitation principale, la dépendance appelle une fonctionnalité précise. Ce volume complémentaire peut être un(e) :

  • salle de jeux, de gym,
  • sauna,
  • piscine couverte,
  • atelier,
  • salon de musique ou Home Cinema,
  • chambre d'étudiant, d'amis,
  • gîte,
  • bureau professionnel...

Un volume à valeur ajoutée

Espace dédié à uneactivité professionnelle, sportive ou de loisir, la dépendance au fond du jardin est par nature un volume à part, au fonctionnement autonome (réception, agencement, horaires...) qui permet :

  • d'augmenter la surface habitable sans déménager,
  • de moderniser et valoriser le bien existant,
  • d'accroître les m² habitables sans achat additionnel de foncier.

Un espace bois unique

Outre l'esthétique, la chaleur et l'originalité propres au matériau, le bois offre des solutions aux problèmes d'accessibilité, et permet d'intégrer la dépendance sur des lots difficiles (meubles, en pente, enclavés).

Alors, oubliez la boue des bétonnières et pensez à la solution bois rapide, propre et légère !

Comme pour une extension, il faudra procéder à une demande de permis de construire en mairie pour toute surface supérieure à 20 m². Le droit à construire dépendent du PLU (Plan Local d'Urbanisme) dont la lecture renseigne sur la faisabilité du projet.

Christophe Arnone Architecte

« Dans ce projet de "pièce en plus" en milieu occupé, la solution en filière sèche s'imposait » explique l'architecte. En effet, la volonté du maître d'ouvrage d'un volume contemporain de style japonisant, un problème évident d'accessibilité (passage par la cuisine à l'avant, à-pic de 4 m à l'arrière et mitoyennetés de part et d'autre) comme l'exiguïté d'un terrain tout en longueur (7 m de large) ont naturellement orienté Christophe Arnone vers une solution préfabriquée en bois.

A l'image d'une extension, « la greffe est réussie lorsque la transition se passe en douceur » explique l'architecte. Dans ce cas précis, le patio extérieur permet d'introduire le matériau bois et relie les bâtis neuf (ossature bois) et ancien (pavillon années 50) via un cheminement très étudié (terrasse bois, bassin, passerelle à pas japonais).

« Pour ce type de construction, il faut penser à une autre échelle. Penser petit est un travail différent de conception puisque l'on ne peut pas multiplier d'effets, techniques et graphiques », explique l'homme de l'art.

Et de poursuivre : « Livrer un bel objet design, fini en intérieur et extérieur donne beaucoup de satisfaction. ça n'a rien à voir avec la cabane à pioches que l'on trouve habituellement au fond du jardin ! »

  • Surface : 41 m2 (chambre, salle de bains et dressing)
  • Ossature : pin douglas
  • Isolation thermique/acoustique : liège
  • Bardage : red cedar non traité.