Piscine intégrée

Comment réussir l'intégration d'un équipement moderne (une piscine couverte) à un corps de bâtiment ancien (une ferme du XIX° siècle restaurée) ? En mettant en oeuvre une extension à ossature bois, qui permet d'allier tradition et innovation.

Visuel de la piscine intégrée

Noter cet article :

12345

Fiche technique

  • Lieu : Yonne
  • Surface maison : 225 m²
  • Surface terrain : N.C.
  • Année de construction : 2005
  • Bois utilisés : Ossature en pin traité autoclave et remplissage siporex, chevilles d'acacia

Rencontre avec l'architecte

Stéphane Cazenave

Diplômé en 1985, Stéphane Cazenave a depuis fait pas mal de chemin. De la réhabilitation de monuments historiques au Maroc à l'optimisation de projets de logements en France, en passant par Tahiti, où il a conçu et réalisé des hôtels de luxe.

Le bois permet à la fois des réalisations techniquement performantes, et une intégration parfaite dans l'environnement architectural et culturel d'une région.

La preuve en Bourgogne, avec cette extension réalisée par l'architecte Stéphane Cazenave. Destinée à abriter une piscine couverte, elle reprend la structure des lavoirs traditionnels.

Les plans

Visuel du plan des deux batiments

Plan du bâtiment et de l'extension.

Visuel du plan de coupe de l'extension

Plan de découpe de l'extension où la piscine intégrée se situe.

L'extension en détail

L'architecte S.Cazenave s'est inspiré des lavoirs de la région, dont il a repris la structure avec une travée principale à double pente abritant le bassin, et deux collatéraux plus bas. Cet esprit "lavoir" se retrouve à l'intérieur, avec une large margelle en pierre de la région, et la trame de poteaux qui commence au bord même du bassin. Ils sont posés sur des dés pyramidaux en pierre, destinés à préserver le bois d'une exposition prolongée à l'humidité.

Cet hommage à la tradition n'empêche pas la mise en oeuvre de solutions techniques contemporaines. Les murs à ossature en pin traité autoclave et remplissage siporex sont vêtus de clins en bois. Le deck monté sur lambourdes qui entoure la piscine permet l'évacuation de l'eau via une chape drainante inclinée à 2 %.

Enfin, une isolation mince en sous-toiture réduit les déperditions thermiques... Même si les 35 m² de surfaces vitrées se révèlent parfois gourmands en chauffage !

Visuel de l'intérieur de l'extension

Seize portes-fenêtres coulissantes et des lanterneaux assurent l'éclairage en toute saison, tout en préservant la piscine d'un ensoleillement direct.

Visuel de l'extérieur des deux batiments

Le local technique assure la liaison entre l'extension et le bâtiment initial.

Visuel de la charpente de l'extension

La charpente traditionnelle, réalisée par un maître artisan, est entièrement assemblée avec des chevilles d'acacia.

Deux questions au propriétaire M.Roy

Pourquoi choisir une piscine couverte ?

Parce que je ne voulais pas de carré bleu sur mon beau gazon vert ! Avec cette extension bois, les constructions existantes et le paysage sont respectés. Et puis, une piscine couverte est bien sûr disponible douze mois sur douze, et son entretien est réduit.

Un an que l'extension a été réalisée... Petit bilan ?

Nous ne décollons plus de cette maison, nous y passons tous nos week-end ! Le bois est chaleureux. La piscine, avec sa terrasse et ses hamacs, est un lieu extrêmement convivial. Nos enfants sont ravis... et nos amis aussi.

Deux questions à l'architecte Stéphane Cazenave

Comment êtes-vous venu à la construction bois ?

J'ai eu la chance, lors de mes études d'architecture, de rencontrer un professeur exceptionnel, Paul Maymont. Il proposait à ses étudiants de passer en parallèle... Le CAP de charpentier. Résultat : j'ai acquis très vite le goût du matériau bois, et une vraie connaissance de sa mise en oeuvre.

Cette réinterprétation du lavoir traditionnel...

A l'origine, c'est une idée du propriétaire, mais j'ai vite été conquis. C'est un défi passionnant de réaliser une maison performanteesthétiquement et techniquement, tout en respectant une forme architecturale traditionnelle.