Le bois et l'humidité

Chargement du player vidéo en cours, si rien ne se passe vous devrez très probablement installer la dernière version d'Adobe Flash.

Transcript →
19 Apr 2012 - 
1 2 3 4 5  (20 votes)
 - 5200 vues

Nous sommes en Eure et Loire, où nous découvrons une maison réalisée en 2006 en ossature bois. Et pour prévenir tout dommage dû aux intempéries c'est encore du bois qui a été utilisé : un bardage qui protège la structure de l'humidité grâce à un choix d'essence spécialement adaptée à l'extérieur et à une mise en œuvre précise. EDDIE LE DREIN, le constructeur de la maison, nous explique ce qui est essentiel pour une durée de vie maximale.

Eddie Le Drein : Ici, on a fait le choix d'avoir un bardage bois qui est naturellement classe 3, c'est-à-dire qu'il est prévu pour être mis en extérieur. Par contre, cela a des contraintes, en particulier esthétiques : avec le temps et avec les conditions météorologiques, le bardage bois va changer de teinte. Mais il faut que les propriétaires l'acceptent dès le départ.

Ou alors il faut partir sur des bardages bois qu'on va lasurer, qu'on va huiler dans le temps, mais là, il y a un entretien qui va être périodique et qui va être répétitif tout au long de la vie de la maison de la part des propriétaires actuels et futurs. L'avantage du bardage bois naturellement classe 3, le Red Cedar, le mélèze, le Douglas, ce sont des bardages bois qui sont prévus pour être mis en extérieur et qui ne demanderont aucun entretien sur la vie de la maison en extérieur. Alors les règles de base dans la mise en œuvre, elles sont assez simples, il n'y en a pas beaucoup, mais elles sont importantes.

D'abord, pour un bardage bois naturel, on doit absolument avoir un clouage en pointes inox sur la partie visible de la lame, en général ce sont deux pointes par lame, entraxées tous les 50 centimètres. Ensuite on a une distance minimum à respecter entre le terrain naturel et le bas du bardage, donc environ 20 centimètres. Ici on est très bien, sachant qu'en plus on a le platelage bois en épicéa qui nous protège d'une manière supplémentaire par rapport au terrain naturel. Le bois aura toujours un minimum d'humidité intérieure.

Le plus important, c'est que la lame de bardage en elle-même maîtrise toujours la goutte d'eau, donc l'humidité au centre du bardage. A l'extérieur vous avez donc le bardage bois, qui a une épaisseur qui va de 18 à 22 millimètres d'épaisseur, en fonction de l'essence qu'on va retenir pour le bardage, et par derrière nous avons un contre-lattage, qui est entraxé tous les 50, 60 centimètres, et qui va permettre d'avoir un vide d'air entre le bardage et la structure. Ce vide d'air est très important. Il permet de ventiler l'ensemble de la façade, et ensuite de permettre d'avoir une structure supplémentaire puisque le meilleur isolant aujourd'hui qu'on a, c'est l'air.

Cette double peau joue en même temps un autre rôle, non négligeable, en renforçant le coefficient énergétique de la maison. Pour garantir la résistance à l'humidité, le choix de l'essence est primordial, mais des traitements en amont permettent d'élargir la palette des essences utilisables.

Eddie Le Drein : Là, par exemple, nous avons un bois épicéa. C'est un bois qui est prévu pour être mis en extérieur si celui-ci est traité autoclave. Donc contrairement aux bardages bois qui sont eux naturellement classe 3, celui-ci a ce traitement pour avoir les mêmes avantages dans le temps.
Donc pas d'entretien de la part des propriétaires, mais par contre un traitement dès le départ. Il y a d'autres traitements qui peuvent être prévus sur différents bois. On parle maintenant beaucoup de thermo-chauffé, thermo-huilé, plus écologique sur le principe, sur des peupliers, sur des épicéas, qui ont l'avantage de ne demander, là aussi, aucun entretien dans le temps aux propriétaires.

Quant à la terrasse, elle a aussi été réalisée entièrement en bois, et cela, même en bordure de piscine, où l'humidité est permanente. Quand l'essence est adéquate, la mise en œuvre est d'une simplicité étonnante.

Eddie Le Drein : Le bois en lui-même a beaucoup d'avantages pour le bardage, mais là aussi pour tout ce qui est extérieur, les aménagements paysagers tels que les terrasses, les platelages. Ici, autour de la piscine par exemple, on n'a pas de débord avec une pierre naturelle. On est directement avec un épicéa d'Aquitaine, qui est traité lui aussi autoclave, et qui est directement autour de la piscine. Il n'y a pas eu de protection supplémentaire par rapport au chlore, par rapport aux éclaboussures, ou par rapport à un traitement de manière à avoir une teinte différente. On peut être directement les pieds dans la piscine.

Merci à Eddie Le Drein pour sa participation et à Hélène Bernier d'Architecture Bois pour l'organisation du tournage. Réalisation, enquête et montage : Ioana Sincu. Journaliste : Dove Belhassen. Image et son : Dove Belhassen et Antony Noyelle. Mixage : Antony Noyelle. Producteur : Fabrice Papillon. Production exécutive : Scientifilms

Le bois et l'humidité

Le bois, matériau hygroscopique, a une extraordinaire capacité à absorber l'humidité et à la rejeter par la suite. Utilisé en extérieur il est soumis aux intempéries, mais grâce à ses capacités, à un choix d'essence adaptée et à une mise en œuvre intelligente, il est le matériau par excellence pour protéger un bâti. Eddie Le Drein, constructeur des maisons à ossature bois Le Drein Courgeon, nous invite à découvrir tous ces avantages lors de la visite d'une de ses réalisations.

Fiche technique

  • Reportage : avril 2012
  • Avec : Eddie Le Drein, dirigeant de l'entreprise Le Drein Courgeon.
  • Lieu : Donnemain-Saint-Mamès (Eure-et-Loire)