La dynamique forestière au cours du temps

Chargement du player vidéo en cours, si rien ne se passe vous devrez très probablement installer la dernière version d'Adobe Flash.

Transcript →
30 Jan 2012 - 
1 2 3 4 5  (10 votes)
 - 1032 vues

La France dispose aujourd'hui d'un important domaine forestier d'environ 16 millions d'hectares, soit plus d'un quart du territoire métropolitain. Mais il n'en a pas toujours été ainsi.

A l'Institut national de recherche en sciences et technologie pour l'environnement et l'agriculture, anciennement Cemagref, plusieurs scientifiques étudient la croissance des systèmes forestiers.

PATRICK VALLET, chargé de modéliser le renouvellement des forêts, nous explique l'évolution des surfaces boisées depuis la période postglaciaire.

Patrick Vallet : Donc là on a une évolution des surfaces forestières françaises en lien avec la population. Simultanément à l'augmentation des populations d'habitants en France, on a eu une érosion de la surface forestière française, qui a diminué jusqu'à environ la Révolution française et la Révolution industrielle. Et depuis cette date, la forêt est en pleine recolonisation, et la surface forestière a à peu près doublé depuis 1800, donc en 200 ans la surface forestière a doublé.

Cet accroissement se poursuit à un rythme similaire à celui des deux siècles passés. C'est notamment le résultat d'une politique de reboisement volontaire rendu possible du fait de l'abandon de terres agricoles au sol trop ingrat pour permettre une culture rentable.

CHRISTIAN GINISTY, responsable de l'unité de recherche de Nogent-sur-Vernisson, nous emmène au cœur de l'Orléanais, dans l'une de ces nouvelles forêts.

Christian Ginisty : On est ici dans une forêt plantée, on le voit parce que les arbres sont en ligne, alignés, tous d'une même espèce, donc… et sur un sol qui était propre au départ, puisque issu de l'agriculture, donc labouré et nettoyé, et donc aujourd'hui on ne trouve que les pins et puis quelques herbacées qui apparaissent petit à petit.

Pour aider au développement des espèces dans ces nouvelles forêts, Patrick Vallet propose des outils de simulation qui guident les gestionnaires des forêts dans leur politique d'exploitation.

Patrick Vallet  : On travaille en particulier sur la modélisation de la croissance, donc qui nous permet d'avoir une représentation de l'évolution des peuplements forestiers au cours du temps, pour la prévision de récoltes et comment optimiser la sylviculture.

Là, vous avez une représentation d'un peuplement chênes / pins, les chênes en vert, les pins en rouge, et on va, de manière simulatoire sur l'ordinateur, couper un certain nombre d'arbres pour libérer de l'espace pour les autres qui puissent mieux pousser, en fonction des objectifs qu'on s'est fixés pour la forêt, que ce soient des objectifs de production de bois, de préservation de l'environnement via la biodiversité ou alors par exemple de stockage de carbone.

Mais l'accroissement des surfaces forestières est également le fait de boisements spontanés sur des terrains délaissés. Plus ces zones sont proches d'une forêt, plus vite elles accueilleront à leur tour de nouvelles espèces forestières.

Christian Ginisty : Ici, on est dans une zone de colonisation naturelle, de boisement naturel, suite à l'abandon de l'usage de ces terrains. La dynamique forestière fait qu'on a une colonisation plus lente, on a beaucoup plus d'espèces. Voilà, il y a l'alternative volontariste pour boiser ces espaces ou d'attendre une dynamique naturelle et d'en profiter plus tard et sans doute avec une rentabilité plus faible.

On exploite actuellement autour de 50 millions de mètres cubes de bois annuellement, alors que la production annuelle est plutôt de 80. On a accumulé depuis cinquante ans du bois en forêt, on peut… on pourrait doubler la récolte, quasiment, en France, notamment en bois d'œuvre, et puis aussi en bois d'industrie, à l'horizon 2020 - 2030.

Merci à Patrick Vallet et Christian Ginisty pour leur participation. Réalisation, enquête et journaliste : Anne-Claire Préfol. Montage et mixage : Antony Noyelle. Image et son : Pierre Grillot. Producteur : Fabrice Papillon. Production exécutive : Scientifilms.

La dynamique forestière au cours du temps

Avec ses 16 millions d’hectares, la forêt française se porte plutôt bien ! Une bonne santé affichée depuis la révolution industrielle, qui a vu les surfaces boisées du pays commencer à grignoter les terres anciennement cultivées. Au centre de l’IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture, anciennement Cemagref) de Nogent-sur-Vernisson, 45 agents étudient l’écosystème forestier. Patrick Vallet et Christian Ginisty décryptent l’histoire de la dynamique forestière, entre politique de reboisement et reconquête spontanée.

Fiche technique

  • Reportage : novembre 2011
  • Lieu : Nogent-sur-Vernisson (Loiret)
  • Avec : Patrick Vallet, chargé de recherches en modélisation de la croissance des peuplements, et Christian Ginisty, responsable de l’unité de recherche de Nogent-sur-Vernisson de l’IRSTEA