Sylvothérapie, quand les arbres nous soignent

« Quand des personnes se sont mises [à la sylvothérapie] au début des années 1980, cette pratique n’était basée que sur du bon sens et de l’intuition que la fréquentation des jolies forêts vertes japonaises nous ferait du bien », explique le docteur Qing Li, auteur de Shinrin Yoku : l’art et la science du bain de forêt. Pourtant, il était unanimement admis depuis des millénaires que la forêt possède un pouvoir apaisant et revigorant. C’est pourquoi, depuis les années 1980, des chercheurs tentent de percer les secrets de la forêt et de ses nombreux bienfaits. Voici un résumé des recherches du docteur Qing Li.

SYLVOTHÉRAPIE

Concrètement, quels sont les effets sur notre corps ?

Aujourd’hui, nous savons que passer du temps en forêt renforce le système immunitaire, réduit le stress et l’anxiété, améliore la qualité du sommeil et permet de gagner en énergie. Mais comment cela est-il possible ?

  • L’explication psychique Le silence, le calme et la beauté du paysage offrent un cadre propice à la détente, loin de l’agitation du quotidien. En forêt, nous pouvons nous autoriser à respirer profondément. L’air pur et l’atmosphère apaisante contribuent déjà à apaiser l’âme. Le stress diminue, ce qui permet déjà une meilleure concentration et un sommeil de meilleure qualité. Nous sommes déjà revigorés.
  • L’explication chimique Pour se protéger des bactéries, des insectes et des champignons qui pourraient leur nuire, les arbres libèrent des phytoncides. Des recherches ont démontré que cette substance favorise la fabrication et l’activation de certains globules blancs (les cellules NK) et des protéines anticancer. Les cellules NK, avec l’aide des protéines anticancer, ont la capacité d’éliminer les cellules cancéreuses ou infectées par un virus. Les phytoncides influent également sur le taux de cortisol, l’hormone de stress. Lors d’un bain de forêt, nous respirons ces molécules en suspension dans l’air. Leur assimilation par notre organisme nous permet donc de diminuer l’anxiété et renforcer notre système immunitaire, ce qui influe sur la tension artérielle et sur la qualité du sommeil. Ainsi, selon les études menées par le Dr Qing Li, un bain de forêt de 2 heures aurait des bienfaits sur notre système immunitaire pendant un mois.

Citadins, le bain de forêt plutôt que le bain de foule

Il n’est pas forcément nécessaire de vivre en lisière de forêt pour profiter des bienfaits des arbres. L’idéal serait de nous offrir une échappée verte chaque week-end, mais ce n’est pas toujours possible. Il est alors possible de pratiquer la sylvothérapie au cœur de la ville, en s’imposant un détour quotidien par les parcs autour de nous. Les arbres des villes participent au rafraîchissement et à l’oxygénation de l’air tout en filtrant les particules polluantes. Les parcs sont alors des espaces relaxants et régénérants où s’abandonner à la sylvothérapie quelques heures, le temps d’une balade, d’un déjeuner ou d’un jogging.

Les bienfaits de la forêt chez soi, est-ce possible ?

À défaut de faire entrer les arbres dans nos maisons et bureaux, pourquoi ne pas introduire le bois dans nos intérieurs ? Et si ce matériau naturel contribuait également à améliorer notre bien-être et notre santé ? De récentes études canadiennes et japonaises ont démontré qu’habiller, aménager et décorer une pièce à partir d’éléments en bois, en plus de créer un environnement de vie avenant et chaleureux, agirait sur notre bien-être psychophysiologique. Dans un environnement plus naturel et serein, le système parasympathique s’active. Le bois diminuerait la tension artérielle, limiterait le stress, favoriserait la concentration et permettrait un repos plus profond et une récupération plus rapide. Si nous ne pouvons pas aller à la Nature, invitons la Nature à venir à nous !

Plus d'articles

charger plus