Au delà de la mode, le bois présente des vertus uniques

L'image du bois est celle d'un matériau tendance, chaleureux et bon pour la planète. Mais comment sont perçues ses autres qualités et quels atouts possède-t-il pour s'intégrer dans les modes constructifs de demain ? Le point avec Régis Olagne, directeur de clientèle chez BVA.

Noter cet article :

12345

Bois.com Comment le grand public perçoit-il le bois aujourd'hui ?

Régis Olagne Globalement, le bois est "à la mode". De moins en moins considéré comme désuet, il fait figure de matériau d'avenir pour bien des gens. Bien sûr, il possède ses supporters et ses détracteurs. Par exemple, il a une image très positive en termes d'esthétique, d'environnement et d'économies d'énergie. Mais il est aussi parfois jugé comme peu résistant à l'eau. En cela, il faut faire passer le bon message concernant son utilisation à l'extérieur et la traçabilité des essences et des traitements utilisés pour les bardages.

Bois.com Quels sont les principaux freins  à l'utilisation du bois en construction ?

R.O. Tout d'abord, c'est une question culturelle. L'histoire des "Trois Petits Cochons", que l'on a tous entendue dans notre jeunesse, et qui a marqué notre inconscient, en est un bon exemple. Ensuite, il existe une méconnaissance concernant l'utilisation du bois de nos forêts et l'exploitation de celles-ci. Encore une fois le discours "il ne faut pas tuer un arbre" nous vient de loin. Combiné aux mises en garde contre la déforestation, en Amazonie notamment, cet argument constitue un obstacle à l'intention d'utilisation de bois dans la construction.

Il faudrait plus communiquer sur l'entretien des forêts, sur nos réserves en la matière, mais aussi sur le fait qu'en Europe, le bois est issu de forêts gérées durablement.

L'histoire des "Trois Petits Cochons" a marqué notre inconscient.

Bois.com Que pensez-vous de l'argument écologique ?

R.O. Cet argument revêt une dimension fondamentale pour 5 à 10 % de la population. Mais on peut dire qu'en général, il est pris en compte dans l'arbitrage global, notamment sur le plan économique. Sachant également que le sujet des économies d'énergie pèse lourdement dans la balance et que cela s'accentuera dans le futur.

Bois.com Justement, avec la RT 2005, va-t-on observer une évolution ?

R.O. Je pense que la nouvelle Réglementation Thermique va changer la donne en matière de mode constructif et que la dimension économique sera un axe de choix important. Et 30 % de la population est déjà ouverte à ce genre d'arguments.

L'offre de la maison bois est en train de se structurer.

Bois.com On dit que le bois est un mode constructif peu concurrentiel, qu'en est-il exactement ?

R.O. Face aux solutions standardisées qui sont bien implantées, le bois fait encore figure d'outsider. Cependant, l'offre de la maison bois est en train de se structurer petit à petit et l'on peut déjà constater son apparition dans le catalogue de grands constructeurs. Cela n'a rien à voir avec un phénomène de mode, car il va bientôt falloir raisonner dans une logique de bilans globaux et pas seulement sur la base de la seule construction. Cette nouvelle configuration jouera sûrement en faveur du bois.