Les bois d’extérieur : cinq conseils pour traverser le temps

Terrasse, volets, menuiseries, portail, clôture, bardage... Le bois, esthétique et performant, vous semble idéal, mais il est réputé difficile d'entretien. Un a priori qui n'a plus lieu d'être : bien mis en œuvre, le bois est un matériau résistant et durable.

Noter cet article :

12345

Le bon bois, au bon endroit

Le choix du bois et la qualité de sa mise en œuvre sont capitaux : ils conditionnent, à 80 %, sa durée de vie et sa facilité d'entretien. Alors, ne négligez aucun détail !

Bien mis en œuvre

Jamais en contact avec de l'eau stagnante, jamais en contact direct avec le sol ! Favorisez l'écoulement des eaux de ruissellement. Pour une terrasse par exemple, prévoir une légère pente.

Bien choisi...

En fonction des utilisations (bardage, terrasse...), privilégiez les bois naturellement résistants : douglas, châtaignier, mélèze, robinier… et certains bois tropicaux tels que l'Ipé, le Bangkirai ou le teck.

... Ou bien préparé

D'autres essences peuvent être utilisées, mais nécessitent des traitements contre les insectes et les champignons, qui peuvent être appliqués en usine. De nouvelles techniques de préservation sont en développement et semblent prometteuses, comme le bois traité haute température ou par oléothermie.

Bien protégé

Laissé naturel, le bois acquiert, sous l'effet des UV, une patine protectrice de couleur argentée. Si vous souhaitez conserver l'aspect original du bois, ou lui donner une autre couleur, il faut une couche protectrice de peinture ou de lasure. Certaines finitions contiennent aussi des biocides qui protègent le bois contre les attaques des champignons, moisissures et insectes.

Facile à entretenir !

Avec un bois bien choisi et bien mis en oeuvre, l'entretien est rapide, économique et durable !

Les bons produits

Choisissez des produits microporeux en phase aqueuse : non filmogènes, ils laissent le bois respirer, sont plus sains et préservent l'environnement. Certains produits sont garantis 5, voire 10 ans.

Respectez les recommandations !

Certains produits et certaines essences nécessitent une sous-couche (bois acides, gras, à fort tanin ou très résineux…).

Vive les pigments... Mais sans excès !

Plus une peinture ou une lasure est chargée en pigments (couleur), plus longtemps elle protège le bois. Mais attention ! Une teinte trop sombre entraîne un échauffement du bois lorsqu'il est exposé au soleil. A éviter, donc, les vernis transparents… et les peintures noires !

Brossage ou ponçage rapide ?

Avant de passer une couche d'entretien, poncez grossièrement ou brossez le bois : une trop grande superposition de couches risque à la longue de l'empêcher de respirer.

Pas d'entretien, c'est possible ?

Oui, si vous acceptez que le bois brut prenne une patine grise avec le temps ou en choisissant des produits peints en usine. Un simple nettoyage suffit pour de longues années !

En bref...

  • Evaluez le degré d'exposition du bois selon l'usage.
  • Choisissez la bonne essence de bois selon sa durabilité et son utilisation.
  • Si nécessaire, appliquez un traitement de préservation.
  • Selon l'aspect et la fréquence d'entretien recherchés, choisissez une finition adaptée.
  • Entretenez régulièrement... si nécessaire !

Classes d'emploi d'un ouvrage

1 et 2 : Bois d'intérieur et protégés.

3 : Bois soumis aux intempéries, ou à humidification fréquente, non en contact avec le sol (fenêtres et autres menuiseries extérieures, bardages...).

4 : Bois en contact avec le sol ou avec eau douce (mobilier, clôtures, pilotis, pontons...).

5 : Bois en permanence exposé à de l'eau salée.