Le métier de charpentier bois

Chargement du player vidéo en cours, si rien ne se passe vous devrez très probablement installer la dernière version d'Adobe Flash.

Transcript →
3 Jun 2011 - 
1 2 3 4 5  (13 votes)
 - 3237 vues

Pascal Nogaro : « Ce que j'aime le plus, c'est qu'on prend un plan, il n'y a rien, et après au final, vous avez un truc comme ça, vous l'avez monté, vous l'avez calculé, ça y est, il est là, vous le levez... Voilà, c'est super! »

Ça, pour un charpentier, c'est la fin de l'histoire. Mais revenons au début. Pascal Nogaro est charpentier, chef de travaux pour l'entreprise Rialland. Il raconte les mutations de son métier, qui est passé d'un stade quasi artisanal aux technologies les plus pointues.

Pascal Nogaro : « Aujourd'hui c'est plus structure bois, c'est beaucoup plus de murs, toitures-terrasses, que des charpentes compliquées. Ça, c'est un plan architecte. Il n'y a aucune conception, vous voyez ? Par contre, on va vous montrer le plan, après, sur l'informatique, vous allez voir tout le travail.

On a créé ici une image en trois dimensions, d'abord, du plan architecte, nous concevons, nous calculons. Donc c'est le dessinateur qui conçoit et qui calcule tous les chantiers.

Aujourd'hui, nous sommes dans une époque où tout va vite. Avant, on dessinait un plan, on le faisait passer souvent à un chef d'atelier qui contrôlait le plan et retraçait, peaufinait. Aujourd'hui, une fois que le plan est terminé sur informatique au bureau, il part au centre des images. 

Nous sommes en train de réaliser la taille d'un Mansart, une charpente typique parisienne. Nous allons réaliser la taille des entrées. Les pièces de bois sont devant la machine, l'opérateur, qui est Quentin, va lancer le départ et elles seront après percées, coupées dedans par le centre d'usinage.

Le bois vient de scieries, donc de scieries françaises et de scieries allemandes pour le... on va dire le bois de pays, qu'on appelle. Autrement, on fait venir énormément, pour tout ce qui est la construction en bois, du sapin du nord, qui vient de Finlande ou de Suède.

Le centre d'usinage, sur de la découpe facile, arrive à peu près à faire un mètre cube à l'heure. Ça, c'est très parlant, ça. Vous voyez, un assemblage comme ça? Un assemblage comme ça, à la main, on n'aurait jamais... On ne les ferait pas, on n'arriverait jamais. Regardez, ça c'est taillé avec un centre d'usinage, regardez la précision. »

Après le centre d'usinage, direction le chantier, où l'ensemble des pièces est installé. Esprit d'équipe, sens de l'équilibre, bonne condition physique. Avec ces qualités, un CAP de charpentier, et éventuellement de constructeur bois, ou un BTS, et surtout un bon apprentissage sur le terrain, il est possible de devenir charpentier.

Et comme ça, comme Pascal Nogaro, vous prendrez du plaisir à aller travailler tous les matins !

Merci à Pascal Nogaro pour sa participation. Réalisation : Pascal Moret et Valérie Rossellini. Enquête : Hélène Rochereuil. Image et son : Pierre-Louis Herrmann. Montage : Valérie Mérie. Mixage : Antonin Molino. Producteur : Fabrice Papillon. Production exécutive : Scientifilms.

Le métier de charpentier bois

Garant de la solidité d'une construction, le charpentier est l'artisan qui conçoit et réalise les ossatures en bois des bâtiments. Grâce aux techniques modernes, il réalise un travail d'une précision et d'une rapidité à toute épreuve. Pascal Nogaro fait découvrir l'évolution de son métier.

Fiche technique

  • Reportage : mars 2011
  • Lieu : Montmagny, Franconville (Val d'Oise)
  • Avec : Pascal Nogaro, charpentier bois, chef de travaux de l'entreprise Rialland