Le contreplaqué : un matériau qui sait tout faire

On l'utilise partout ! En structure pour les murs, planchers, supports de toiture, charpentes composite, poutres en I… En agencement, pour les meubles, comptoirs, stands, habillages droits ou cintrés, décoration… Mais aussi en emballage, en construction navale, en coffrage…

Noter cet article :

12345

Secrets de fabrication

Le contreplaqué est constitué de plusieurs feuilles de placage déroulées, épaisses de 0,8 à 4 mm, collées les unes sur les autres en croisant le sens du fil du bois (voir schéma ci-contre).

Les feuilles sont disposées autour d'un pli central appelé âme (souvent en bois tendre), leur nombre est ainsi toujours impair pour garantir un bon équilibre au panneau.

L'épaisseur d'un panneau dépend donc :

  • du nombre de plis
  • de l'épaisseur des feuilles de placages qui le composent

Pour la construction, les essences les plus courantes sont les résineux, l'okoumé, le peuplier, le hêtre mais on utilise aussi le moabi, le sipo, le teck…

Pour l'ébénisterie (essences fines) le choix est vaste : châtaignier, chêne, noyer, hêtre, merisier, poirier, bouleau, charme, bois précieux

  • Les formats les plus courants sont 250 x 122 (ou 125) cm et 310 x 153 cm.
  • Les épaisseurs varient de 3 à 40 mm.

Marquage CE

Logo CE

La norme NF EN 636 distingue 3 classes de collage : milieu intérieur sec, milieu intérieur humide ou extérieur. Depuis le 1er avril 2004, le marquage CE est obligatoire sur tous les panneaux à base de bois pour une utilisation, structurelle ou non, en construction.

Stabilité, légèreté et résistance

Les plis croisés confèrent au contreplaqué une stabilité dimensionnelle et une grande résistance. Ses propriétés mécaniques sont les mêmes dans toutes les directions. C'est un matériau léger et facile à travailler.

Les qualités recherchées vont dicter le choix des différentes essences et des colles utilisées :

  • Grande résistance mécanique : usage en structure, construction, panneaux de façade, emballage, carrosserie, coffrage à béton…
  • Grande souplesse : mobilier cintré, moulage, modelage, découpe au laser…
  • Bel aspect : ébénisterie ou décoration (placage noble, panneaux décoratifs aspect lambris)
  • Résistance à l'eau : contreplaqué marine (construction navale, salle de bain…)
  • Résistance au feu : traitement ignifuge
  • Grande légèreté : contreplaqué aviation, ULM, modélisme, instruments de musique…

Toujours plus fort !

Le contreplaqué peut être associé à d'autres matériaux pour améliorer encore ses performances.

C'est le cas des films phénoliques, qu'ils soient lisses (coffrage structure béton, signalétique, aires de jeux pour enfants…) ou antidérapants (planchers d'échafaudage, semi-remorques). Il est également associé à des isolants phoniques (planchers TGV) ou thermiques (panneaux sandwich).

Bref, le contreplaqué, c'est le matériau multifonctionnel par excellence !

Pierre Tardy Menuisier-agenceur dans l'Yonne

« Le contreplaqué est notre matière première de base. Nous l'utilisons systématiquement pour les ossatures de meubles. Il est résistant et léger, facile à visser, il ne se dédouble pas, il se cintre facilement.

Spécialisés dans le haut de gamme, nous consommons surtout du contreplaqué marine okoumé. S'il doit rester apparent, nous choisissons du contreplaqué avec face extérieure en bouleau. Le contreplaqué est plus cher que l'aggloméré mais ses performances mécaniques justifient pleinement l'investissement. »