Bois de structure : les dessous cachés des planchers bois

Pris en sandwich entre plafond et parquet, le plancher bois est l’élément indispensable de toute élévation dont il supporte les charges. Gros plan sur cette face cachée.

Noter cet article :

12345

Qu'est ce qu'un plancher bois ?

Au sens général du terme, le plancher désigne la paroi horizontale du sol d'un étage. Le plancher bois proprement dit désigne la plate-forme recevant ou non un revêtement de sol et composée d'éléments en bois, planches ou panneaux. Cette plate-forme repose elle-même sur une structure porteuse primaire, le solivage.

Quels sont les différents types de plancher ?

Le plancher sur solivage non-apparent : le plus pratique

C'est un plancher composé de panneaux reposant sur des solives en bois massif ou non, cachées habituellement par un faux plafond.

Sobre et fonctionnel, ce plancher permet de loger dans sa réserve suspendue gainages techniques (eau, électricité, chauffage, ventilation, climatisation) et isolations thermo-acoustiques.

Le plancher sur solivage apparent : le plus esthétique

C'est un plancher composé de panneaux ou de planches de bois reposant sur des solives en bois massif ou non et dont la partie inférieure (retombée) est apparente en sous-face.

Léger, rapide et économique, le plancher à structure apparente est cependant plus délicat à réaliser en matière d'affaiblissement acoustique. Il convient d'utiliser un parquet flottant pour limiter les bruits d'impact.

Le plancher mixte bois-béton : le plus technique

C'est un plancher qui allie l'esthétique de la structure apparente en sous-face et un bon indice d'affaiblissement acoustique grâce à l'apport d'une couche de béton sur un solivage en bois massif ou collé.

Le plancher mixte est recommandé pour renforcer les planchers anciens. Il permet aussi d'intégrer un chauffage au sol et la pose de carrelages dans les pièces d'eau.

Quels sont les matériaux bois adaptés au solivage d'un plancher ?

Du tronc à la poutre naturelle, aux produits usinés et collés sans oublier les poutres industrielles, l'offre est plus qu'abondante :

  • Le massif : le bois est naturel et non retouché en structure.
  • Le contrecollé : Association par collage à plat de 2 ou plusieurs lames de bois massifs. Le plan de collage est parallèle à la plus grande dimension de la section ainsi reconstituée.
  • Le lamellé-collé : Association par collage à plat de plusieurs lamelles de bois massifs. Le plan de collage est perpendiculaire à la plus grande dimension de la section ainsi reconstituée.
  • Le Lamibois : Il désigne un matériau obtenue à partir de placages d'épicéa de 3 mm d'épaisseur collés à chaud sous haute pression.
  • La poutre en I : Poutres dont la section est composée de membrures en bois ou en matériaux dérivés du bois et d'une âme en bois ou panneaux dérivés du bois assemblée par collage, ou d'une âme métallique assemblée par connections mécaniques.

Quels critères retenir dans le choix d'un bois de structure pour plancher ?

Avant toute chose, le choix du matériau et de l'entraxe des solives sera déterminé par :

  • les charges à prendre en compte
  • la portée entre les appuis
  • les sections disponibles dans le matériau choisi

Le cas échéant, ce choix sera à vérifier par le calcul. Pour déterminer l'entraxe, il faudra également tenir compte des dimensions des panneaux utilisés en plancher de manière à ce que les petits côtés de ceux-ci soient toujours supportés.

D'autres critères peuvent également être pris en compte :

  • Portée
    C'est un critère primordial. Afin d'employer des sections de solives moins importantes, on peut envisager de diviser une portée libre trop grande par la mise en place d'une poutre porteuse intermédiaire ou se servir d'un mur intérieur comme appui.
  • Résistance à la flexion
    Un autre critère capital. Le matériau doit pouvoir supporter sans fléchir les charges structurelles (le plancher proprement dit) et d'équipement (cloisons, mobilier, occupants....). A performance égale, la hauteur des différents types de solives peut être un autre facteur de choix.
  • Facilité de mise en oeuvre
    Le poids propre des éléments structurels est déterminant tant pour le coût de transport, que la manutention. Des pièces de forte section et en grande longueur peuvent nécessiter l'emploi d'un engin de levage et compliquer l'accès au chantier.
  • Esthétique
    Dans le cas d'un solivage destiné à rester apparent, le veinage du bois est un facteur de choix. Feuillu ou résineux, bois massif ou encollé, offrent des aspects très différents.
  • Prix
    Il est fonction du type de plancher choisi.
Exemple de différentes solives calculées avec une même portée, un même écartement ainsi qu'un même chargement :
TypeBois massif raboté solivage apparent
ChêneEpicéa
ep. x ht. 120 x 200 100 x 210
Poids 72 kg 39 kg
L'esthétique Plusieurs essences possibles, feuillues ou résineuses, large gamme d'aspect du moderne au rustique.
Le petit plus Recyclage de poutres anciennes possible.
TypeBois massif - brut de sciage - solivage non-apparent / Epicéa
ep. x ht. 75 x 225
Poids 32 kg
L'esthétique En sapin ou en épicéa, il n'est pas destiné à rester apparent.
Le petit plus Avec une grande disponibilité sur le marché, il est certainement le plus économique mais reste destiné à des petites portées.
TypeContre-collé / Epicéa
ep. x ht. 90 x 220
Poids 36 kg
L'esthétique Bois raboté, sec et sans défaut, plusieurs essences résineuses possibles. Ses qualités esthétiques sont voisines de celles du bois massif.
Le petit plus Fabrication en grande longueur, jusqu'à 9 mètres et dans de nombreuse sections.
TypeLamellé-collé sans contreflèche / Pin sylvestreLamellé-collé avec contreflèche de fabrication / Pin sylvestre
ep. x ht. 73 x 220 93 x 180
Poids 32 kg 33 kg
L'esthétique Bois raboté, sec et sans défaut, le choix d'une colle incolore le rapprochera visuellement du bois massif.
Le petit plus Bonnes performances mécaniques. De nombreuses sections possibles en grande longueur, possibilité de contreflèche et de pièces cintrées
TypeLamibois / Epicéa
ep. x ht. 45 x 240
Poids 25 kg
L'esthétique D'emploi essentiellement structurel, il peut néanmoins recevoir tous types de finition pour s'intégrer agréablement dans le décor. Une seule essence possible.
Le petit plus Bonnes performances mécaniques. Peut être usiné pour s'adapter à tout type de construction.
TypePoutre en I en résineux membrures 62x97 / Ame en métal
ep. x ht. ht. 230
Poids 31 kg
L'esthétique Si là n'est pas son point fort, certains lui trouveront un certain aspect décoratif.
Le petit plus Légère et performante, elle excelle dans les grandes portées et par son coté pratique (le passage de câble et de gaines dans les plafonds est facilité).

 

Jean-Pierre Hamon, Gérant de Maisons Wedgwood, construction bois

Comment choisissez-vous le bois de structure d'un plancher ?

Le choix dépend vraiment du projet. Le lamellé-collé et le Lamibois offrent des portées intéressantes. Le Lamibois est peu esthétique, du moins pour de l'habitation individuelle. Le lamellé-collé en revanche est un matériau sans surprise qui passe bien dans l'habitat moderne urbain. Même si le choix se limite au Sapin du Nord ou au Douglas, le résultat est propre et sobre ; le collage incolore. De plus, il est sec et utilisable de suite.

Est-ce à dire que la tendance est aux retombées apparentes ?

Non, aujourd'hui on cache beaucoup plus le matériau que dans les années 1980-90. De ce fait, les planchers apparents en massif sont jugés un peu rustiques. Souvent on cache le massif avec des rails Placo®. C'est aussi très pratique car on passe les gaines techniques dans ce faux plafond suspendu. On cherche aussi à alléger la mise en œuvre. C'est là que la poutre en I est intéressante ! Sa légèreté, son déballage facile font gagner du temps. Sans parler du second œuvre. L'âme de la poutre est prépercée et l'on peut y faire passer tous les gainages, l'isolation dans la membrure.