Plancher bois-béton : le succès de la mixité

Exclusivement composé de planches, le plancher d'hier formait avec le parquet, un couple indissociable, souvent confondu. Le tête-à-tête bois-béton ouvre désormais la voie de l'union libre comme celle de la mixité...

Noter cet article :

12345

Une alliance inédite

Duo inattendu mais néanmoins complémentaire, le plancher bois-béton est un élément de séparation horizontale qui peut être revêtu à la carte (carrelage, parquet, stratifié). Il est composé :

  • d'une structure porteuse en bois massif ou lamellé,
  • d'une sous-face bois en plafond,
  • d'une fine dalle béton,
  • de connecteurs métalliques rigidifiants.

Une union convoitée

Eligible quelle que soit sa filière d'origine (sèche ou humide), le plancher mixte bois-béton équipe nombre de nouvelles constructions : Etablissements Recevant du Public (ERP), bureaux, habitations...

Comparé à une dalle en béton armé, le plancher collaborant permet de réduire :

  • la charge d'un bâtiment,
  • l'épaisseur des séparations horizontales,
  • les ponts thermiques.

En rénovation, après stricte vérification des murs et fondations, le plancher mixte admet de :

  • conserver la structure bois apparente en sous face de plancher,
  • renforcer les planchers et le solivage en place,
  • cacher gaines et tuyauterie dans la dalle,
  • poser un carrelage dans les pièces d'eau.

Un métissage réussi

Techniquement, le métissage bois-béton du plancher collaborant est une force. Il autorise en effet :

  • un travail optimal de compression (béton), traction et flexion (bois) de la structure,
  • de grandes portées sans appuis intermédiaires,
  • un bon indice d'affaiblissement acoustique,
  • le passage des réseaux (fluides, électriques, chauffage...).

En outre, la mise en oeuvre d'un plancher mixte est une action qui :

  • valorise les ressources forestières,
  • limite les émissions de CO2,
  • incite à l'usage du bois en neuf.

En bref, les performances mécaniques et acoustiques, comme les aspects pratiques et esthétiques du plancher bois-béton en fond un produit de structure moderne, incontournable.

Catherine Charvon Ingénieur chargée d'affaires

Comment est née la pré-dalle bois du plancher bois-béton Lignadal ?

L'entreprise à toujours eu une tonalité bois très prononcée. Le produit est né, il y a 10 ans environ. La société voulait trouver des débouchés aux sous-produits d'une scierie (ces bois de petites sections impropres à l'utilisation en charpente et habituellement transformés en palettes de stockage)

Rabotés, séchés puis cloués entre eux, ces bastaings de rives non triés mais très appréciés pour leur aspect naturel servent désormais à fabriquer des pré-dalles en pin, sapin, épicéa et douglas de pays. Leurs sous-faces sont proposées lisses ou "à la française" pour plus de perspective.

Qui prescrit votre plancher mixte ? Les métiers de la filière bois, du bâtiment ou les deux ?

Les architectes bois ont déjà l'habitude des produits mixtes bois-béton. Ils sont attentifs à la possibilité de ramener de l'inertie au plancher comme de s'affranchir de contraintes de vibrations d'autant que les nouvelles normes acoustiques sont très restrictives.

Les prescripteurs de la filière humide n'ont pas encore tout à fait l'habitude de ce produit mixte innovant, mais y viennent progressivement notamment pour remplir les critères HQE. Il reste cependant du chemin à parcourir dans le domaine de l'habitat collectif, où la solution tout béton est souvent retenue.

Cependant, si on raisonnait en termes de coût global, la solution d'un plancher mixte bois-béton, plus légère, présenterait un avantage constructif et donc financier.