L'isolation acoustique dans les constructions bois

Chargement du player vidéo en cours, si rien ne se passe vous devrez très probablement installer la dernière version d'Adobe Flash.

Transcript →
23 Jan 2012 - 
1 2 3 4 5  (25 votes)
 - 5137 vues

Nous sommes à Conflans-Sainte-Honorine, sur le chantier d'un bâtiment de onze logements basse consommation. JEAN-PHILIPPE FERREIRA, président de Bois et Futur Workshop, a rendez-vous avec KARIN LE TYRANT, acousticienne, qui constate que les performances acoustiques des bâtis en bois peuvent être équivalentes voire meilleures que celles d'autres types de constructions.

Petite démonstration des outils utilisés : un générateur de bruit aérien pour mesurer l'isolement entre les habitations. Une machine à chocs pour tester l'isolation aux bruits d'impacts. Mais attention ici ce n'est pas un essai réel : les tests sont toujours réalisés une fois le bâtiment entièrement terminé. La mesure est prise à l'étage inférieur grâce à un sonomètre. L'essentiel du travail d'un acousticien se fait cependant en amont, lors de la phase de conception.

Cinq points essentiels sont à étudier pour prendre en charge la qualité et le confort acoustique d'un bâtiment.

Karin Le Tyrant : L'isolement acoustique vis-à-vis de l'extérieur, notamment l'étude de la constitution des façades et de la toiture, l'isolement aux bruits aériens, entre logements, pour se protéger du bruit des paroles, des conversations et de la télévision, par exemple, l'isolement aux bruits d'impact, pour se protéger de la transmission des bruits de pas, le niveau de bruit engendré par les équipements, et l'acoustique interne, c'est-à-dire la façon dont ça résonne, et notamment dans les circulations.

Bois et Futur Workshop, réalise ici l'ensemble de la structure, de l'isolation, des fenêtres, de la ventilation et des planchers. Ils utilisent du bois massif tourillonné, sans colle et sans vis, donc écologique, et qui apporte une masse importante qui contribue à augmenter les performances acoustiques du bâtiment.

Jean-Philippe Ferreira : Sur cette opération, les principes d'isolement acoustique portent sur deux champs. Des cloisons séparatives qui sont des cloisons doubles : chaque cloison est isolée, on a un plénum d'air entre les deux cloisons. Et donc ces doubles cloisons permettent un isolement aux bruits aériens, notamment.

Le deuxième principe est pour l'isolation en vertical, c'est-à-dire d'un logement à un autre, et on travaille ici sur les planchers. Donc les planchers massifs qui sont structurels ici sont surmontés d'un faux plancher acoustique sur plots, donc des plots vibratiles, donc constitués d'une couche de résilient ici et d'une couche de bois, et on vient surmonter ces plots vibratiles d'un fond de coffrage qui va recevoir ensuite une dalle béton de 80 millimètres qui fait également plancher chauffant.

Donc encore une fois le principe masse - ressort - masse, mais ici désolidarisé, avec des points de contact réduits au minimum sur ces plots anti-vibratiles.

Le ressort utilisé ici est un système qui s'inspire du monde industriel. Chaque chantier peut être l'occasion de nouveaux développements, de nouveaux tests, de nouveaux systèmes.

Ici, par exemple, des rainures dans les murs permettent d'absorber le son et offrent un confort acoustique supplémentaire. L'attention du détail a un impact sur la performance globale du bâtiment.

Karin Le Tyrant : La qualité acoustique d'un séparatif ne dépend pas seulement de l'élément plein, par exemple ici la façade en bois, mais également de l'ensemble des éléments qui le constituent, comme la menuiserie, l'éventuelle entrée d'air, le coffre de volet roulant et tous les percements qui peuvent apparaître.

Les jonctions et la réalisation des joints sont des points cruciaux à traiter. Toute la qualité acoustique en est dépendante. Si le joint n'était pas étanche, cela ne permettrait plus d'être protégé du bruit de la circulation et on ne respecterait plus la réglementation acoustique.

Chaque détail doit donc être pris en compte lors de la conception mais également lors de la mise en œuvre. Les contraintes liées à la nouvelle réglementation thermique vont aussi dans le sens d'une meilleure isolation acoustique de l'enveloppe du bâtiment. Jean-Philippe Ferreira insiste sur le fait qu'il n'y a jamais de solution unique.

Jean-Philippe Ferreira : En laboratoire on va tester une partie courante d'un plancher ou une partie courante d'un mur, donc qui va être limitée à 10 ou 20 mètres carrés selon la normalisation des essais, mais ce morceau... ce même morceau de plancher mis en situation avec des raccords, avec des jonctions, traversé par le tuyau d'un plombier, traversé par les gaines d'un électricien, ne va pas réagir du tout de la même façon.

Ici, sur le chantier, tous ces détails sont mis en oeuvre en même temps, et on a donc, avec nos tests, un résultat qui est tangible et qui correspond vraiment à la réalité. Ca, c'est aussi un enseignement qu'on retient de ces tests in situ, c'est que c'est dans le détail et dans la mise en oeuvre du détail que réside vraiment la performance globale acoustique du bâtiment.

Merci à Karin Le Tyrant et Jean-Philippe Ferreira pour leur participation. Enquête et réalisation : Ioana Sincu. Journaliste : Pierre Grillot. Montage et mixage : Dove Belhassen. Image et son : Pierre Grillot et Dove Belhassen. Producteur : Fabrice Papillon. Production exécutive : Scientifilms.

L'isolation acoustique dans les constructions bois

Caractéristique indissociable des autres éléments qui définissent l'identité d'un bâtiment, l'isolation acoustique est un travail de précision. Karin Le Tyrant, acousticienne et dirigeante de l'entreprise Aïda, en explique les points essentiels. Force est de constater que dans les constructions en bois, contrairement aux idées reçues, le résultat est excellent quand on applique ces principes avec soin. Profitons-en pour découvrir l'importance des tests in situ avec Jean-Philippe Ferreira, président de Bois et Futur Workshop, qui accorde une part de recherche importante à l'isolation acoustique de ses constructions.

Fiche technique

  • Reportage : décembre 2011
  • Lieu : Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines)
  • Avec : Karin Le Tyrant, acousticienne, dirigeante de la société Aïda, et Jean-Philippe Ferreira, président de Woodeum (ex Bois et Futur Workshop)