Réparer montants d'ossature bois abîmés

Publié par Appelo il y a 6 mois

Bonjour,

Je découvre ce forum et vous fais part de mon problème. Les spécialistes du bois sauront peu-être me conseiller.

Mon charpentier a posé des équerres sismiques sur mon ossature bois. Enfin, il l'a fait faire par un apprenti qui a massacré la pose.

Au lieu de mettre 4 clous dans le haut de l'équerre au milieu comme préconisé par le manuel, il a fait deux rangées de clous de chaque côté. Comme c'était très près du bord des montants ceux-ci ont éclaté... .


Du coup je me demande comment réparer la bêtise. Mon charpentier ne sait pas quoi faire.

J'ai pensé à réparer les montants après dépose des équerres et les reposer ailleurs (config 3 par exemple).
Mais je ne sais pas comment on peut s'y prendre: résine époxy? Autre?

Comment ça se passe l'arrachage de pointes crantées annelées?

Des idées?

Merci!

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 6 mois

Tout d'abord, à voir la poussière de béton autour du goujon d'ancrage, le trou n'a pas été soufflé de sa poussière, ce qui est obligatoire sous peine de perdre une grosse partie des efforts à l'arrachement.
Tous les fabricants de goujons l'écrivent dans leurs manuels.

Ce que le charpentier doit faire :
1) Démontages des équerres.
2) percement de la lisse basse et de la semelle d'assise coté intérieur de l'alvéole.
3) percement du béton à la bonne profondeur qui est aussi importante et prescrite par le fabricant.
4) Souffler minutieusement le trou pour évacuer toutes les poussières et en particulier celles qui auraient pu se loger entre béton et bande d'arase et entre bande d'arase et bois pour éviter le glissement du goujon et les remontées capillaires.
5) Refixer l'équerre.

Le nettoyage du trou après le perçage, par aspiration ou soufflage, est indispensable.
La qualité du nettoyage du trou pour une cheville affecte directement la résistance de la cheville. Le nettoyage du trou est donc une étape très importante pour garantir les performances optimales des chevilles.
Résultat de recherche d'images pour



Résultat de recherche d'images pour

Publié par Appelo il y a 6 mois

@boisphile,

Merci pour cette réponse!

Malheureusement aucun des trous n'a été dépoussiéré durant le chantier. Je le savais mais comme c'était déjà tendu entre nous je n'ai rien dit. Ce ne sont pas des goujons d'ancrage mais des vis à béton qui ont été utilisées.
EDIT: est-il possible de dévisser et revisser après dépoussiérage?

Donc vous préconisez de placer les équerres comme sur le schéma plutôt que directement dans le béton. C'est à cause de la fragilisation du bas des montants due à la pose actuelle? Ou bien c'est mieux de faire comme ça dans l'absolu?

Est-ce difficle d'arracher des pointes crantées? Est-ce que ça peut finir d'abîmer le bois?

Que pensez-vous de la solidité des montants qui sont abîmés? Faut-il faire une réparation?

Publié par Appelo il y a 6 mois

@boisphile,

PS: C'est quoi le côté intérieur de l'alvéole?

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 6 mois

ATTENTION : Les ancrages de la lisse basse d'une construction bois sont des ouvrages structurels.
Il servent à transmettre les efforts verticaux descendants et ascendants, les efforts horizontaux et leurs résultantes.
Ce sont des éléments essentiels pour la durabilité et la stabilité de l'ouvrage.
De plus en zone sismiques des dispositions particulières sont à prendre.

Les goujons d'ancrage à expansion en Inox sont obligatoires accompagnés des particularités de mise en œuvre qui leurs sont propre, diamètre et profondeur de perçage, nettoyage scrupuleux des percements et mode de pose.

Le type de fixation dont vous faites référence n'est pas admis pour des ancrages de structure.

Publié par Appelo il y a 6 mois

@boisphile,

Merci pour votre aide. Je vais voir avec le charpentier ce qu'on peut faire.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 6 mois

A vous lire, je nourri quelques inquiétudes !!!...........
S'agit-il du charpentier qui a monté cette maison ?

Publié par Appelo il y a 6 mois

@boisphile,

Il s'agit en effet du charpentier qui a monté cette maison. Je crains malheureusement qu'il ne soit pas le seul à travailler comme ça dans ma région. C'est moi qui ai insisté pour avoir du parasismique (je suis en zone 3: modérée) mais aucune maison de la région n'est montée en respectant cette norme. Il y a même une maison en briques dans mon village qui vient d'être montée sans aucun ferraillage... ne parlons même pas du parasismique... .

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 6 mois

Bigre ! Pardonnez-moi, mais vous vivez sur une autre planète ???
Je ne comprends pas, normalement, lorsque votre construction est située en zone de sismicité III et au-delà, dans le dossier de demande du permis de construire vous devez joindre l'étude de sol et la preuve que les calculs de stabilité ont été réalisés selon l'Eurocode 8.

En tant que Maître d'ouvrage vous en êtes responsable.
La réglementation parasismique n'est pas une norme, c'est comme son nom l'indique une réglementation, donc une LOI d'application OBLIGATOIRE.

Vous devez tout justifier, les contreventements verticaux et horizontaux, les ancrages au sol et d'étage, les assemblages d'angles, la charpente et ses ancrages etc...
Il y a des départements où en cas d'absence de ces dispositions, c'est la démolition-reconstruction directe.
Cette construction est située où précisément ? (Si ce n'est pas indiscret)

Publié par Appelo il y a 6 mois

J'avais fait une simulation sur http://www.planseisme.fr et ma maison dans ma commune peut utiliser les règles PSMI.
Et d'après l'Article R111-38 du code de la construction il n'y a pas de contrôle technique obligatoire pour ce genre de projet.
Rien ne m'a été demandé pour le permis de construire. J'ai juste attesté que j'allais suivre le PSMI.

Pour vous faire encore plus peur: sur les 5 charpentiers de la région que j'ai consultés, aucun ne savait qu'il fallait appliquer les règles parasismiques. Et aucun n'en avait entendu parler.

Pour les maçons c'est encore pire. J'ai dû leur faire un cahier des clauses techniques et vérifier plusieurs fois par jour qu'il était respecté. Et j'ai changé de maçon en cours de route car le premier m'avait fait des fondations  dangereuses et non conformes... qu'il a refaites dans les règles de l'art après consultation d'un expert.

Pour rester vague je suis autour de Saint-Gaudens.

Il y a une nonchalance à la limite du jmenfoutisme sur les règles ici, c'est attérant. Et je passe pour un gros chieur auprès des artisans. Je dois avoir la seule maison faites à peu près dans les règles dans le coin.


Publié par Appelo il y a 6 mois

J'ai vu le charpentier aujourd'***.
Il propose de rajouter des équerres près des montants pour lesquels la pose des équerres n'est pas correcte en config 3 (comme sur votre shéma) et de laisser celles en place en enlevant les pointes qui dépassent. Pour celles-ci il va dévisser, souffler la poussière et revisser. Les vis utilisées sont des [Citation commerciale]Multi-MONTI-plus SS 10 x 120. Sur la doc constructeur elles sont homologuées sismique (à partir de 10 mm de diamètre) et elles sont zinguées. Elles ont l'homologation ATE Option [citation commerciale] Lien constructeur D'après ce que j'en lis l'électro-zingué est plus utilisé que l'inox (et compatible avec une utilisation intérieure) et les vis avec AT concurrencent les goujons dans l'industrie.
Article :https://www.baselopresse.fr/batidistribution/produits/fixation/les-goujons-d-ancrage Lien Au niveau de la constitution des goujons, la matière la plus employée
est l’acier électrozingué loin devant l’inox, ces matériaux pouvant tous
deux être utilisés dans le cadre des ATE option 1 et ATE option 7. Par
contre, les fixations en acier électrozingué sont normalement
préconisées pour l’intérieur (ambiance intérieure sèche) tandis que la
législation impose de se servir de goujons remplissant des conditions de
résistance élevée à la corrosion pour les fixations réalisées en
extérieur. Mais dans les faits, en raison d’un coût bien plus élevé,
dans un rapport de 1 à 3, les goujons inox ne sont en général utilisés
qu’en bord de mer et dans les milieux agressifs. Il existe d’autres
solutions pour résister à la corrosion comme le revêtement zinc
lamellaire (1 000 h de résistance au brouillard salin), la
shérardisation, la galvanisation… qui peuvent être des solutions
alternatives et moins coûteuses.""Concernant l’évolution du marché, les goujons sont totalement dépendant de la construction et leur marché est actuellement difficile. Au-delà de cet aspect, même s’ils sont proposés à un prix modique et bénéficient d’une grande facilité de mise en œuvre, les goujons ont déjà cédé du terrain face aux scellements chimiques et font aujourd’*** face à une
autre solution mécanique qui possèdent de grands atouts, la vis béton.
Facile à fabriquer et à poser, cette fixation est par ailleurs
démontable et ne souffre pas d’une finition médiocre avec une tige
filetée qui dépasse de l’assemblage, autant d'arguments forts face au
goujon. Donc en résumé les vis utilisées dans ma construction ont l'homologation sismique en béton fissuré et sont compatibles avec une utilisation intérieure (ce qui est le cas). Donc j'ai l'impression que c'est ok de ce côté là.

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Alignement montant ossature

Publié par heliot

1 réponse
901 vues
0 like

Montant ossature en bois devenu.... poussiere!

Publié par legnoso

0 réponse
1412 vues
0 like

entraxe montant ossature : 40 ou 60

Publié par patmelen

5 réponses
18893 vues
0 like

bois abimé

Publié par Cinto22

1 réponse
1498 vues
0 like

montant verticaux

Publié par coyote

3 réponses
1412 vues
0 like