CTBS ou CTBH ?

Publié par michcfr il y a 11 ans

Bonjour,

Dans un précédent mail, Boisphile m'a judicieusement conseillé sur la pose de planché.

Or, il m'a ete conseillé de mettre du CTBH plutot que tu CTBS sinon on peut rien coller dessus.

Depuis, j'ai parcouru notre excellent site et sur le guide : http://www.bois.com/amenager/parquet-plancher/pose-plancher-panneaux-particules/panneaux, il est suggéré de poser du CTBS. Il est meme fait l'hypothèse que le parquet peut recevoir un sol plastique (voir le paragraphe conseil sur la meme page).

D'autre part, j'ai appelé le service qualité de EGGER (fabricant de Rolidal), nous avons parcouru ensemble le DTU sur le sujet et il semble que rien n'est indiqué sur ce sujet.

Quelle est votre opinion sur le sujet ? CTBS ou CTBH pour du parquet collé ?


Merci.

Michel

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 11 ans

Peut importe ce qu'il y a écrit ici ou là et y compris sur ce site, ces textes sont indicatifs, seuls les textes officiels font foi.

Si vous lisez dans un magasine que vous pouvez rouler à 150 sur l'autoroute, ce n'est pas pour autant que vous le ferez car vous savez que même si techniquement vous pouvez la faire, c'est interdit par la loi.

Les règles, normes  et DTU sont le minimum à respecter.

Donc, voici un extrait du texte avec en bleu les points qui vous intéressent :

 

5 Exécution des ouvrages

On classe les travaux de mise en oeuvre des planchers selon les catégories suivantes :

— les planchers porteurs sur solivage mis en oeuvre à l’abri de l’eau ;

— les planchers porteurs sur solivage mis en oeuvre avec risque d’exposition à l’eau ;

— les planchers sur lambourdes ;

— les planchers de doublage ;

— les planchers flottants en panneaux dérivés du bois sur supports continus ;

tels que définis au chapitre 3.

Certaines dispositions de mise en oeuvre sont communes et détaillées en 5.1, d’autres sont particulières et détaillées au chapitre correspondant (5.2, 5.3, 5.4, 5.5).

Les planchers porteurs sur solivage mis en oeuvre à l’abri de l’eau (5.1) et ceux mis en oeuvre avec risque d’expo-

sition à l’eau (5.2) peuvent assurer une fonction de contreventement.

Les deux premiers types de plancher (5.1 et 5.2) sont posés sur une structure discontinue telle que solivage bois, métal, etc. Les deux derniers types de plancher (5.4 et 5.5) sont posés sur une structure continue, telle que dalle de béton, entrevous, etc. Les planchers sur lambourdes (5.3) sont posés indifféremment sur une structure discontinue ou continue.

Lorsque le revêtement de sol n’est pas connu, le support du revêtement de sol est réalisé dans les conditions de mise en oeuvre répondant à la classe de service 2. Les assemblages entre panneaux doivent être collés.

5.1 Planchers porteurs sur solivage mis en oeuvre à l’abri de l’eau

5.1.1 Généralités

Ces planchers reçoivent généralement un revêtement de sol ou une finition de surface formant couche d’usure et décorative.

Les planchers sur vide sanitaire sont traités en 5.2.

5.1.2 État du chantier avant mise en oeuvre

La planéité de l’ouvrage terminé est conditionnée en grande partie par celle du support.

5.1.2.1 Nature du solivage

Le solivage bois ou en produits dérivés du bois doit être réalisé conformément aux DTU 31.1, 31.2, aux

Règles CB 71, et à l’ENV 1995-1-1.

Le solivage métallique doit avoir été réalisé conformément aux DTU 32.1 et l’Eurocode 3.

Le solivage béton doit avoir été réalisé conformément au DTU 20. Les solives béton comportent un tasseau en bois à leur partie supérieure.

Les solivages doivent comporter les renforts nécessaires au droit des charges lourdes (baignoires par exemple).

5.1.2.2 Conditions requises pour l’exécution des travaux

La pose du plancher ne peut être entreprise que si les conditions ci-après sont toutes satisfaites :

1) Caractéristiques des supports :

- supports en bois constituant l’ossature primaire : l’humidité moyenne des divers éléments constitutifs du

solivage ne doit pas dépasser 18 % ; aucun élément ne doit présenter une humidité supérieure à 20 % ;

NOTE Pour tenir compte de l’humidité en classe de service 1, il est recommandé que le solivage mis en oeuvre ne

dépasse pas 16 %.

- supports en maçonnerie : l’humidité ne doit pas dépasser 2,5 % ;

2) État d’avancement des autres ouvrages :

a) bâtiments clos et couverts, vitrages posés ;

b) séchage suffisant du gros oeuvre, des enduits et raccords ; l’humidité maximale de 2,5 % pour les maçonneries

et de 5% pour les plâtres ;

c) vérification de l’étanchéité des installations sanitaires et de chauffage.

3) Apport ultérieur d’humidité :

Une ré-humidification importante des locaux ne doit plus être à craindre.

5.1.3 Matériaux utilisés

5.1.3.1 Bois et panneaux à base de bois

Respecter les critères des matériaux prévus dans la partie 1.2 (CGM), du présent document :

a) Dans tous les cas, et en particulier celui des planchers de locaux humides, des planchers destinés à recevoir

un revêtement de sol étanche et des planchers qui remplissent une fonction de contreventement, sont autorisés

- éléments en bois massif, tels que définis à l’article 2.1 «Matériaux en bois massif» de la partie 1.2 (CGM)

du présent document,

- panneaux à base de bois :

• contreplaqués à usage structurel (marquage S), conformes à la norme NF EN 636 (-2 ou -3),

• OSB conformes aux classes OSB/3 et OSB/4 de la norme NF EN 300.

Lorsque les rives perpendiculaires aux appuis ne sont pas supportées, elles doivent obligatoirement comporter

un usinage (par exemple rainure et languette, vraie ou fausse)

 

Dans ce texte, les panneaux de particules ont été omis, mais on peut se reporter au paragraphe :

 

5.2.3 Matériaux utilisés

5.2.3.1 Bois et panneaux à base de bois

Utiliser exclusivement :

— lames et planches en bois massif telles que définies dans le CGM ;

— des contreplaqués à usage structurel (marquage S) conformes aux classes 2 et 3 de la norme NF EN 636, du lamibois conforme au prEN 14279 (LVL/2 ou LVL/3) des panneaux de particules conformes à la normes NF EN 312 (P5), des OSB conformes aux classes 3 et 4 de la norme NF EN 300.

Lorsque les rives perpendiculaires aux appuis ne sont pas assemblées par rainures et languettes, elles sont supportées par un appui continu.

Le choix des épaisseurs est fonction de la classe de service, de la nature du matériau (bois massif, panneau), des charges et des entraxes des appuis. Pour déterminer l’épaisseur minimale, se reporter aux Règles de calcul ou aux Règles professionnelles.

 

Dans le paragraphe 5.1.3.1, on se rend bien compte que les panneaux cités sont bien des panneaux structurels au sens de la en 13986 et qu'il sont en classe de service 2, milieu humide, donc pour les panneaux de particules, il convient d'utiliser des 312 P5 donc CTBH

En conclusion, les possibilités d'utilisation des panneaux de type P4 ou CTBS sont peut nombreuses, par exemple dans le cas de deux pièces dites sèches comme deux chambres, placées l'une au dessus de l'autre et pour autant que l'échange hydrique ne soit pas stoppé par un revêtement étanche et ne risque pas de l'être un jour. Raison pour laquelle il est précisé : Lorsque le revêtement de sol n’est pas connu, le support du revêtement de sol est réalisé dans les conditions de mise en oeuvre répondant à la classe de service 2. Les assemblages entre panneaux doivent être collés.

Je vous précise en outre que je suis expert membre de la commission française de normalisation et co-rédacteur de la révision de ce DTU

Publié par michcfr il y a 11 ans

Ok, message reçu.

N'empeche, à la décharge des sites qui vont à 150, j'ai l'impression qu'il faut être Bac+10 pour comprendre le code de la route (le DTU).
De plus le code de la route (voir le DTU, §5.1.3.1) ne cite pas le CTBH, contrairement à l'OSB ou le contreplaqué qu'il cite explicitement.

A propos du site en question, l'auteur m'a dit qu'il va modifier son texte.
Comme tout spécialiste, il sait qu'il faut rouler à 110 mais avais oublié de le préciser. :-)


Encore merci pour votre analyse,


Michel

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

CTBH ou CTBX pour toit terrasse ?

Publié par Wizard33

1 réponse
5389 vues
0 like

Revêtement CTBX

Publié par Groshat

2 réponses
748 vues
0 like

Crépi sur CTBX

Publié par BlackFox

0 réponse
1778 vues
0 like

doublage en lambourde et ctbs

Publié par fageou

4 réponses
1807 vues
0 like

Bardage en CTB-X?

Publié par Luciole

1 réponse
1377 vues
0 like