plancher bois et polyane

Publié par DimitriK il y a 14 ans

Bonjour,
Je repose plus simplement la question que j'ai posée hier ("salle de bains à l'étage") :
Dans le cas d'une salle de bains située sur un étage conçu en bois (solives et plancher), faut-il prévoir un polyane entre le plancher bois (ventilé en dessous) et la chape sur laquelle se situe la salle de bains (chape allégée type béton de liège) ?
Faut-il impérativement que la chape soit hydrofuge (en ciment) ou peut-elle être faite à la chaux hydraulique ?

Merci

Dimitri

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 ans

Bonjour Dimitri,

C'est de toute façon une très mauvaise solution que de rapporter un ouvrage maçonné quel qu'il soit sur un plancher bois qui n'est pas prévu pour cela.

Si vraiment vous souhaitez une chape, préférez une solution sèche, type Prégychape par exemple.

Boisphilement votre

Publié par DimitriK il y a 14 ans

Bonjour,

Merci pour votre réponse.

J'ai lu la doc prégychape, mais j'ai l'impression que ça ne colle pas exactement à es contraintes :
Je souhaite poser au final des carreaux de terre cuite de récup' sur un lit de mortier maigre chaux-sable.
A moins que j'ai mal lu la doc prégychape, je ne peux pas le faire...
En revanche, si j'ai bien compris, le principe est de déverser un lit de matériau en vrac pour compenser les irrégularités du plancher bois, puis un matériau plus rigide pour la pose des carrelages.
Est-ce qu'un lit de pouzzolane, puis des panneaux de liège (2, 4 ou 6 cm) pourrait constituer une solution satisfaisante ?

Merci

Dimitri

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 ans

Bonjour Dimitri,

Mais, avant tout, êtes vous sur que le plancher sous-jacent est en mesure de supporter toutes ces charges permanentes supplémentaires (sans doute le double de ce qui est prévu) tout en conservant une rigidité suffisante (flèche 1/600) pour poser un carrelage ???

Boisphilement votre

Publié par DimitriK il y a 14 ans

Bonsoir

J'ai des solives en chêne que j'ai récupérées dans ma grange, qui ont une section minimale de 10 x 15cm, et la portée sera de 2 mètres, avec un entraxe de 50 cm.
Ce qui me donne un maximum de 990 daN/m2 (ou par solive, puisque la bande de chargement est de 1 mètre carré).
Je ne pense donc pas être contraint par des questions de poids.
Je suis en revanche beaucoup plus méfiant sur les questions d'humidité...
Mon problème est donc d'éviter que l'humidité qui pourrait redescendre de la salle de bains vienne se concentrer dans mon plancher et mes solives, avec la contrainte d'un mortier de pose et de tomettes par nature perméables à l'humidité.

Merci de vos conseils

Dimitri

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 ans

Bonjour Dimitri,

A NON ! mon ami, je ne sais pas où vous avez été chercher ces 990 kg/m² ??? sans doute encore les dégâts d'un logiciel en RDM, mais bon !!! de toute façon la section est plus que correcte pour cette portée.

Pour le reste je pense qu'il faut adopter un procédé approuvé, c'est-à-dire qui bénéficie d'un avis technique favorable sur plancher bois et à mon avis, il ne doit pas y en avoir des dizaines, compte tenu des contraintes et notamment de la ventilation sous plancher.

Boisphilement votre

Publié par DimitriK il y a 14 ans

Bonjour,
Je suis un peu surpris par votre réponse.
Je tire mon chiffre d'un fascicule intitulé "Initiation à la charpente" édité par le CTBA et le CAPEB.
Le tableau que j'ai consulté donne 990 daN au maximum pour une solve 10x15 sur 2 mètres de portée, inclus le poids propre et 50 % de charges permanentes.
Ces chiffres seraient-ils faux?
A qui se fier, alors ?
Merci.

Dimitri

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 ans

Bonjour Dimitri,

La lecture est exacte, mais comme tous les documents qui sont sur le marché, il faut les interpréter et il ne donnent que des indications, il ne faut pas effectuer des dimensionnements avec. Cela étant si ma mémoire est bonne, les calculs ont été effectués en 1997, il y a 9 ans et à cette époque, le coefficient de fluage était de 1,5 et il est passé à 1,8 et comme c'est un multiplicateur des charges permanentes, cela crée une différence. Mais comme je vous l'ai dis ce n'est pas le problème, le dimensionnement est plus que bon.

Boisphilement votre

Publié par DimitriK il y a 14 ans

Bonjour Boisphile,
Merci pour cette réponse précise.
Dans le cas présent, je n'étais pas très inquiet concernant la section de mes solives.
Cependant, j'ai utilisé ce tableau à plusieurs reprises pour déterminer la section de solives ou de poutres pour d'autres pièces de ma maison.
Que voulez-vous dire par "il ne donnent que des indications, il ne faut pas effectuer des dimensionnements avec" ?
Ai-je pris des risques à utiliser les chiffres de charge admissible en déformation présentés par ce tableau ?
Enfin, concernant mon plancher de salle de bains, je pense avoir trouvé la solution : les plaques de sol Fermacell. Mon sol de salle de bains serait donc constitué de :
- planches chêne 27 mm passées à l'huile de lin
- granulés d'égalisation Fermacell
- plaques gypse/cellulose Fermacell
- carreaux de terre cuite
Comme je vous l'avais précisé, le plancher chêne reste apparent en-desoous, et est donc ventilé.
Une solution de ce type est-elle satisfaisante pour le bois d'un point de vue hygrométrique ?
Merci.

Dimitri

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 ans

Bonjour Dimitri,

J'utilise le logiciel qui à servi à calculer ces tableaux, sauf qu'il a été actualisé au fur et à mesure des évolutions, ce qui n'est pas le cas des abaques et autres documents papiers qui, même s'ils sont réédités ne sont pas mis à jour.

Vous comprendrez bien que les connaissances d'un charpentier ne peuvent pas se limiter à un tel document.

Dans ce métier, comme dans d'autres, il y a les gens qui ont suivi une formation, le compagnonnage, l'ESB etc. et puis il a ceux qui ont travaillé chez un patron charpentier, ont appris le métier sur le tas et un jour ont décidé de se mettre à leur compte. Ces gens là, s'ils sont de bons professionnels, n'ont pas appris à calculer et travaillent plus avec les habitudes. Hors, même s'il y a que très rarement de grosse pathologies, il y a parfois des petits désordres dus à cette insuffisance de connaissances théorique. Ce fascicule permet de ""débroussailler""  de comprendre les grands principes de base, de vérifier grossièrement une section etc.  mais pas de dimensionner précisément un ouvrage.

Point de vue risque, la réponse est "NON", vous n'avez pas pris de risque car les coefficients de sécurité du bois absorbent ce type de décalage.

Pour en revenir à votre chantier, la solution est bonne et vous permet une lise en œuvre sèche.

Boisphilement votre

Publié par DimitriK il y a 14 ans

Bonsoir Boisphile,

Merci beaucoup pour tous les renseignements que vous m'avez apportés.
Et je crois que par rapport à la solution que j'envisageais au départ, le chantier va être simplifié, pour un résultat nettement plus sain.
Longue vie à ce forum !

Dimitri

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Polyane et plancher bois

Publié par jeanpaulmichel

16 réponses
5576 vues
0 like

Plancher sur pilotis et polyane

Publié par gbill

2 réponses
2121 vues
0 like

polyane sur vide sanitaire?

Publié par coyote

1 réponse
1308 vues
0 like

Avis sur présence de polyane sous parquet

Publié par bonneballe

1 réponse
1217 vues
0 like

Plancher OSB: pare vapeur, film polyane, ou rien du tout?

Publié par pokk

0 réponse
1814 vues
0 like