Parquet cloué sur lamboudes

Publié par Olivier10tab il y a 14 ans

J'envisage de poser du parquet en pin ép.22 mm cloué sur lambourdes. Le support est une dalle béton, les pièces seront des chamres à coucher. La hauteur finie doit être de 60 mm :
parquet 22 mm + phaltex 8 mm + lambourde 30 mm.

1) De quel type de bois doivent être les lambourdes ?
2) Quelle doit être leur largeur et leur entraxe de pose ?
3) La pose de phaltex, conseillée par un professionnel, est-elle justifiée ?
4) Le phaltex doit-il se placer entre la dalle et la lambourde, ou entre la lambourde et le
    parquet ?
5) Comment les lambourdes doivent-elles être fixées sur la dalle ?
6) Les murs des pièces viennent d'être platrés. Dans combien de temps pourrais-je
    commencer la pose ?

Merci de m'éclairer sur ce sujet.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 ans

Bonjour Olivier

Je vous fais profiter d'un texte à paraître, vous l'aurez en avant-première. Ne tenez pas compte des N° de paragraphes; ils ne vous concernent pas.

5 – Connaissances de base.
Quel que soit le type de parquet choisi et son mode de pose, il convient de respecter certaines règles afin de réunir les meilleures conditions pour réussir sa mise en œuvre.
Le bois est un matériau naturel et vivant, ses caractéristiques se modifient sous l'action des variations de température et d'hygrométrie, selon les saisons et le milieu dans lequel il est placé.
Les conseils qui sont donnés ci-dessous pour la pose d'un parquet dans un local d'habitation, bien qu'inspirés des normes et DTU, ne sont ni prescriptifs ni normatifs. Ils sont le fruit d'une l'expérience, mise au service de ceux qui l'utiliseront afin de contribuer à la bonne réalisation de leurs projets.
Les parquets sont destinés à être utilisé en milieu sec, classe de service 1, il n'est donc pas inutile d'en rappeler ici la définition :
classe de service 1 (milieu sec) selon norme NF EN 13986 : Classe de service caractérisée par une teneur en humidité dans les matériaux qui correspond à une température de 20 °C et une humidité relative de l’air ambiant ne dépassant 65 % que quelques semaines par an.

5.1 – Stockage : Les parquets doivent être placés dans des locaux propres, parfaitement secs et non sujet à des risques de condensation de vapeur d'eau. Ils doivent être stockés à plats pour éviter tout risque de déformation, isolés du sol pour éviter tout risque de remontées d'humidité.

5.2 – Les supports : Peuvent recevoir un parquet les solives ou lambourdes en bois, dérivés du bois ou métal, les planchers en bois ou en panneaux dérivés du bois (mis en œuvre selon DTU 51-3) et les chapes ou dalles béton.
Les tolérances d'exécution des supports doivent être conformes aux DTU auxquels ils se rapportent.

5.3 – Conditions de mise en œuvre : La pose de parquet ne peut s'entreprendre que si les conditions suivantes sont satisfaites.
-        L'humidité des supports en maçonnerie (dalles béton) ne doit pas excéder 2,5%. (Il faut compter un minimum de
deux semaines de séchage par centimètre d'épaisseur)
-        Le gros œuvre, les plâtres, raccords et enduits doivent être achevés et leur humidité ne doit pas dépasser 5%.
-       Lorsqu'ils sont en bois, l'humidité des différents éléments constitutifs du plancher ne doit pas dépasser 18%, toutefois il est recommandé que pour le support direct du parquet, l'humidité ne dépasse pas 16%.
-       Les locaux doivent être clos, couverts, vitrages posés.
-        L'étanchéité des installations de plomberie et de chauffage doit être vérifiée.
-        Il ne doit subsister aucun risque de réhumidification ultérieure des locaux.
Il existe plusieurs méthodes pour vérifier l'humidité d'un support en maçonnerie :
-       Déposer un tapis de caoutchouc sur le sol, un support trop humide occasionnera une condensation sous le tapis dans les 48 heures.
-        Déposer du sel recouvert d'une coupelle à différents endroits sur le support, si le sel se dissout, le support est trop humide.
-        Une solution plus scientifique, irréfutable et rapide, consiste à demander à votre pharmacien de vous préparer dans une petite fiole (20 à 30 ml suffisent) à compte gouttes, une solution de phénolphtaléine à 2% dans de l'alcool à 90°. (le coût est négligeable) La solution est incolore, déposer quelques gouttes à plusieurs endroits directement sur le support, si la solution se colore, le support est humide. Plus la solution vire rapidement au violet, plus le support est humide.

5.4 – Précautions à prendre avant mise en œuvre : Il est bon de rappeler ici, un certain nombre de précautions qui peuvent paraître élémentaires, mais qui, malheureusement sont souvent oubliées.

Hygrométrie de l'air ambiant en %

Humidité d'équilibre

du bois en %

50

9

55

10

60

11

65

12

70

13 – 14

75

15

 













Afin de réduire les mouvements du parquet après pose pour s'adapter à l'ambiance de la pièce, il convient préalablement d'équilibrer température et hygrométrie du local et du parquet, de telle sorte qu'elles soient le plus proche possible des conditions d'utilisation.
Le tableau ci-dessus indique l'humidité d'équilibre du bois en fonction de l'hygrométrie de l'air ambiant.Le taux d'humidité du bois est le rapport de la masse d'eau qu'il contient, à la masse de bois totalement sec. (Anhydre)
Ainsi, une solive en pin de 4000 x 200 x 63 mm pesant 28 Kg et présentant 18% de taux d'humidité mesuré au testeur, est composée de 28 / 1.18 = 23,7 kg de bois sec et 4,3 kg d'eau.
-          Vérifier avec un testeur à pointes, le taux d'humidité du parquet. Au-dessus de 12 %, il convient mieux le laisser sécher encore quelques semaines.
-            Stocker le parquet bien à plat et sans le déballer de son emballage d'origine, dans la pièce où il doit être posé le temps nécessaire pour que son humidité d'équilibre corresponde à l'hygrométrie de la pièce.
-           Maintenir la température entre 15 et 20 degrés et l'hygrométrie entre 55 et 65 % dans un local correctement ventilé, pour amener le bois à s'équilibrer autour de 11%.
-          Ėteindre le chauffage 48 heures avant de débuter la pose
-         Ne déballer le parquet qu'au fur et à mesure de sa mise en œuvre.

5.5 – Précautions à prendre après la pose :
Bravo, la réussite est totale, mais attention il subsiste des pièges qui peuvent encore tout gâcher.
-    Les conditions d'utilisation du milieu sec doivent être réunies.
-        Attendre au moins trois jours (sans dépasser une semaine) avant de remettre le chauffage en montant la température lentement par petits paliers de 5 degrés.
-         S'il reste quelques menus travaux à exécuter et qu'il soit nécessaire de protéger le beau parquet, étendre au sol une toile, mais surtout pas une bâche étanche en polyéthylène qui pourrait entraîner de graves désordres et en particulier le gonflement du parquet.
-         Il convient de laisser le plancher se stabiliser plusieurs semaines avant d'entreprendre les travaux de finition.
Il ne faut pas être pressé de vernir le plancher dès sa pose achevée.
Son équilibre hydrique ne pourrait se faire que par sa face inférieure, ce qui pourrait occasionner des déformations.
De plus le pouvoir "collant" des vernis et vitrificateurs peut solidariser plusieurs lames entre elles, cumuler les retraits et entraîner l'apparition de joints irréguliers et disgracieux.

 7 – Conseils de mise en œuvre des lames à parquets clouées et de leurs supports.Ce type de mise en œuvre s'adresse aux lames à parquet en bois massif d'une épaisseur minimale de 16 mm.

 7.1 – La pose clouée sur lambourdes ou solives.
La pose du paquet peut débuter lorsque les conditions de mise en œuvre sont réunies et que les précautions avant pose ont été prises.
Dans la mesure du possible, il est préférable que les lames de parquet soient orientées dans le sens de la lumière dominante ou parallèlement à la longueur de la pièce. Dans le cas d'un plancher traditionnel solives – lambourdes, il convient donc de le prévoir dès la conception du plancher, car généralement, les solives sont posées dans le sens de la largeur de la pièce, ce qui nécessite la pose de contre-lambourdes puis de lambourdes pour que le parquet soit posé dans le sens long.
Lorsque la lumière dominante provient de la façade la plus longue, les lames sont posées perpendiculairement à la longueur de la pièce, donc parallèlement aux solives ce qui nécessite la pose de lambourdes. Il convient donc de prévoir ces dispositions avant même la pose des solives afin de ménager la réservation nécessaire pour que le parquet fini soit au même niveau que les revêtements de sol des autres pièces.
Il en est de même si le parquet est fixé directement sur les solives, mais ce type de pose implique que celles-ci soient rigoureusement de niveau et alignées, puisqu'il n'y a pas de possibilité de calage. De même, l'entraxe de pose des solives, doit tenir compte de l'épaisseur du parquet choisi.

7.1.1 – Section des lambourdes. La largueur usuelle des lambourdes est de 80mm. Dans le cas où elles reposent sur support continu, leur largeur minimale peut être de 40mm si la pose est faite à l'anglaise, à coupe de pierre ou à coupe perdue, 50mm dans le cas où les joints sont posés sur les lambourdes et 70mm si la pose est à bâtons rompus ou à point de Hongrie.
Pour des lambourdes de largeur 80mm, l'épaisseur minimale généralement admise est de 20mm sur support continu, 25mm pour une pose des supports avec entraxe maximum de 350mm, 32mm pour un entraxe de supports compris entre 350 et 450mm et 52mm pour un entraxe de supports compris entre 450 et 600mm.
Les lambourdes posées sur support continu doivent avoir une longueur minimale de 0m75 mais en moyenne supérieure à 1m. Les lambourdes sur supports doivent avoir une longueur minimale de 1m50 et présenter en contre-parement des traits de scie transversaux d'une profondeur correspondant à la moitié de l'épaisseur de la lambourde. Les traits de scie doivent obligatoirement correspondre et reposer au niveau d'un support. 

7.1.2 – Ecartement des lambourdes. Dans les pièces à usage courant, l'entraxe de pose des lambourdes doit être au maximum de :
- 450 mm pour des lames en bois massif d'épaisseur 23 mm.
- 300 mm pour des lames en bois massif d'épaisseur 16 mm.
Dans les lieux de passage important, il est conseillé de diminuer cet entraxe de 100 mm.

71.3 – Pose des lambourdes. Elles peuvent être posées flottantes ou fixées.

71.3.1 – Pose flottante. Elle est particulièrement bien adaptée aux surfaces planes, pour lesquelles ce type de pose qui désolidarise le parquet de son support, est conseillée.
La pose flottante est la solution optimale, lorsque le support est une dalle béton récente ou au rez-de-chaussée d'une construction et plus généralement, lorsqu'il y a un risque de remontée d'humidité et que la pose d'un film étanche est fortement conseillé. De plus, cette solution permet d'améliorer le confort acoustique en interposant un isolant entre le support et les lambourdes.
Le film étanche est étalé au sol en recouvrant largement les lés (une trentaine de centimètres) et en effectuant des relevés en périphérie des pièces, le long des murs.
Les lambourdes, dans ce cas, de largeur minimale de 80 mm, sont posées sur une bande de matériau résiliant.
Les isolants admis sont : Les panneaux de fibres asphaltés, les bandes caoutchoutées, les thibaudes et le liège.
Tracer l'emplacement des lambourdes avec un cordeau à poudre, pour l'ensemble de la pièce.
Il peut être nécessaire de caler les lambourdes pour rattraper des inégalités du support ou permettre le nivellement. Les cales de dimensions minimales 100 x 100 mm, sont soigneusement fixées sous les lambourdes et reposent sur l'isolant.
Il convient de repérer et de démarrer au point le plus haut qui servira de repère. Caler parfaitement de niveau la première lambourde. Les lambourdes placées le long des murs, sont positionnées en laissant un jeu de 20 mm.
Lorsque toutes les lambourdes sont en place, leur position peut être provisoirement maintenue en clouant partiellement des liteaux perpendiculairement.
Avant la pose du parquet, un isolant peut être posé entre les solives. Il n'est pas permis d'utiliser des isolants en granulés ou en poudre entre des lambourdes posées flottantes.

En ce qui vous concerne, les lambourdes sont posées flottantes, donc sans aucune fixation, sur le Phaltex.
Oui, le professionnel vous a bien conseillé, le Paltex isolera des bruits d'impact.

Boisphilement votre

Publié par Olivier10tab il y a 14 ans

Merci Boisphile pour cette réponse très complète.

Encore un détail concernant la nature des lambourdes : des tasseaux en sapin section 30 mm x 80 mm longueur 2m feront-ils l'affaire ?

Les travaux sont situés à l'étage d'une maison dont la dalle a été coulée le 24/06/05. Pensez-vous qu'un film étanche (type polyane) soit nécessaire ?

Les clous utilisés pour fixer le parquet sur les lambourdes doivent-il être spécifiques (torsadés ou d'une matière particulière)?

A vous lire.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 ans

 

Bonjour Olivier

Bien sur que le film est nécessaire, il faut compter au minimum 2 semaines de séchage par centimètre d'épaisseur de dalle, vérifiez l'humidité comme indiqué.
Pour les lambourdes, j'ai peur qu'un résineux de cette section se tortille, choisissez plutôt un feuillu dur type chêne ou châtaignier.
Les lames sont clouées avec des pointes lisses courante; Un truc de ""vieux"", employez des têtes plates et chassez les au chasse-clous.
Les pointes tête homme finissent par entrer dans le bois et les lames grincent.
Respectez bien les instruction avant mise en œuvre et les humidités d'équilibre.

Boisphilement votre

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

parquet cloué

Publié par draus

2 réponses
1348 vues
0 like

parquet cloues

Publié par slays

3 réponses
3616 vues
0 like

clous pour parquet

Publié par prioux

2 réponses
2615 vues
0 like

Parquet cloué et moquette

Publié par Olivier1

1 réponse
1568 vues
0 like

Parquet cloué ou vissé

Publié par addy89

0 réponse
1263 vues
0 like