Réaménagement étage

Publié par iwan93 il y a 3 ans

Bonjour à tous!
Ma maison possède un étage aménagé. La charpente est de type fermette avec entraits porteurs. Je souhaiterai supprimer ces entraits porteurs encombrants afin d'augmenter la surface habitable.
Un charpentier me propose de me renforcer la charpente et le plancher:
Renfort du plancher avec une section de bois plus conséquente (madrier de 100 x 300) du fait de la portée de 8,50 ml de façade à façade (pas de mur porteur entre les deux) et entraxe de 45 au lieu de 90

Mise en oeuvre de 6 platelages de support de pannes dans les 2
pignons à ossature bois comprenant :
- Découpe des montants d'ossature existants
- Fourniture et pose de montants d'ossature en sapin traité de 45 x
120 mm, y compris doublage et platelage de support de pannes

Fourniture et pose de 3 pannes en sapin Lamellé/Collé GL24H de
120 x 440 x 9500 mm (introduction de panne entre 2 arbalétriers du
toit,)

Découpe progressive des jambes de forces au niveau des ferrures et
doublage des arbalétriers avec bois de fermette industrielle : chevron
en sapin de 36x97 mm (entraxe 45 cm)

Ma crainte était surtout par rapport au plancher (portée 8m50, cloisons non porteuses) Mais il me dit que d'après ses calculs, ca passe:
- Portée : 8,50 ml

- Entraxe : 45 cm (soit une largeur d’influence de 0,45 x 8,5 = 3,825 m²

- Section de poutre : 100 x 300 mm en sapin traité C24

- Poids propre : 12,6 kg/ml

- Poids normé « logement » : 150 kg/m²

- Poids faux plafonds, cloisons sols, isolation : 30 kg/m²

- Charge exceptionnelle d’exploitation « Q » : 50 kg/m²

On arrive aux résultats suivants :
- Flèche réelle (différence d’altitude entre le milieu de la poutre à 4,25 m et l’appui de la poutre) = 3,25 cm < flèche admissible = 3,40 cm (1/250 ème de la portée)

- Contrainte réelle de flexion = 9,82 MPa < Contrainte admissible = 16,62 MPa


Qu'en pensez-vous?
Merci

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 3 ans

La charpente est de type fermette avec entraits porteurs. Je souhaiterai supprimer ces entraits porteurs encombrants afin d'augmenter la surface habitable. Pardonnez-moi, je ne lis pas plus loin. Les entraits sont porteurs du plancher et en même temps travaillent en traction pour retenir l'écartement des arbalétriers. Il ne faut bien sur pas les supprimer. Vous ne pouvez pas non plus élargir la largeur habitable située entre les jambettes verticales. Cette largeur ne peut pas dépasser la moitié de la portée plus 300mm.

Par ailleurs, je vous mets en garde sur les modifications de charpente et en particulier de fermettes, très peu d'entreprises sont en mesure de la faire correctement et de proposer des bois massif en 100 x 300 qui ne seront forcément pas secs dans ces longueurs, montre une certaine ""approximation"" des difficultés. Et puis ne faites rien sans une note de calculs par un BE charpente. Lisez ceci également :

http://boisphile.over-blog.com/categorie-895720.html

Et voici ce qu'en pense l'agence Qualité construction

Combles perdus :

Les risques d’une transformation 

> LE CONSTAT

Rendre habitables des combles perdus représente une intervention lourde et à haut risque.

Ces travaux peuvent entraîner des déformations des charpentes, des couvertures, des planchers créés, des cloisons du rez-de-chaussée,...

Ces désordres sont généralement graves et peuvent aller jusqu'à l'effondrement des planchers créés et des charpentes modifiées.

> LE DIAGNOSTIC DES DÉSORDRES 

Les désordres ont pour cause l'ignorance des contraintes nouvelles qui résultent de la modification des hypothèses de calcul d'origine, ainsi que de défauts variés de mise en œuvre.

Défauts de renforcement

> Des éléments porteurs :

Les fermettes industrielles sont reliées entre elles par des entretoises, des contreventements et des barres anti-flambement qui assurent la stabilité de l'ensemble

Pour rendre habitables ces combles perdus, il faut supprimer toutes les barres encombrant le volume central et créer un plancher porteur.

La suppression des barres en volume central avant renforcement des fermettes provoquera leur ruine, sinon de graves déformations généralement impossibles à reprendre ultérieurement. Certaines barres raidissent notamment l'arbalétrier. Avant de les supprimer, il faut renforcer les arbalétriers existants au risque de les voir fléchir

> Aux points singuliers :

Des précautions doivent également être prises lors de la création des trémies nécessaires à l'escalier d'accès aux combles, aux lucarnes ou aux fenêtres de toit. Pour les réaliser, il est nécessaire de sectionner l'entrait ou l'arbalétrier d'une fermette existante.

Des chevêtres nouveaux reportent alors les charges sur les deux fermettes voisines. Celles-ci risquent de s'affaisser si elles ne sont pas suffisamment renforcées.

Malfaçons diverses :

• Les assemblages : tiges filetées passant dans des percements trop grands, clous et vis en nombre insuffisant, trop courts ou mal implantés (trop près du bord), etc. Le jeu ainsi provoqué dans les assemblages risque d'entraîner des déformations de structures qui s'additionnent aux déformations existantes des fermettes.

• La fixation des poutres longitudinales sans pénétration dans les pignons maçonnés est aussi particulièrement risquée.

• Des nouvelles solives sous-dimensionnées ou non-entretoisées. Le nouveau plancher risque alors de s'affaisser. Ce risque existe également si les solives sont en appui sur des éléments déformables comme une poutre longitudinale mal conçue ou mal réalisée, par exemple.

L'affaissement du plancher peut entraîner des fissurations et même l'effondrement du plafond sous-jacent, le flambement et la fissuration des cloisons de l'étage inférieur, la fissuration des cloisons des combles,… Les pignons maçonnés en parpaings creux peuvent aussi se fissurer par traction.

> LES POINTS SENSIBLES 

• La conception.

La transformation d'une charpente nécessite une très bonne connaissance des structures et des charpentes. Elle exige de vérifier par le calcul tous les points-clés.

• Les assemblages sont fortement sollicités.

Leur faiblesse entraîne la fragilisation de toute la charpente.

• La qualité des bois doit garantir leur tenue 

> LES CONSEILS DE PREVENTION

 • Le phasage des travaux doit permettre de préserver la stabilité de l'ouvrage à chaque instant du chantier. Par exemple, il ne faut pas supprimer les contreventements d';origine avant d'avoir mis en place les nouveaux ou, le cas échéant, des contreventements provisoires ;

• Porter une attention toute particulière au déroulement des travaux.

Contrôler la bonne exécution de chaque phase avant de passer à la suivante ;

• Les bois et panneaux de plancher utilisés doivent être secs et préservés des reprises d'humidité en cours de chantier. N'utiliser que des produits de qualité ;

• Veiller de très près à la bonne exécution des assemblages.  

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

réaménager d'un grenier

Publié par sha1

5 réponses
387 vues
0 like

Etage

Publié par thidoc

2 réponses
1238 vues
0 like

Extension bois horizontale et réaménagement d'une maison des années 60

Publié par Coati84

1 réponse
1979 vues
0 like

plafond d'étage

Publié par Mcspe

5 réponses
2182 vues
0 like

plancher etage

Publié par nathan

4 réponses
1352 vues
0 like