Fixation muralière sur ossature bois

Fixation muralière sur ossature bois

il y a 2 mois

Bonjour Je réalise un solivage pour un plancher dans une grange. D'un côté je m'appuie sur un vieux colombage en chêne, de l'autre côté je fixe une muralière sur une ossature bois. C'est pour l'ossature bois que je voudrais votre avis. Les solives font 75x200 sur 3660 de portée. La muralière, 75x200 aussi, mais sur 8400. Mon ossature bois est constituée de montants de 45x200 à l'espacement variable (présence de portes en dessous), mais en moyenne espacés de 60 cm. J'ai utilisé des vis structurelles à tête plate de 8x160 pour me fixer sur les montants, avec deux vis par montant. J'ai placé un total de 36 vis sur l'ensemble de la muralière. J'avais pensé initialement étayer la muralière par des poteaux, éventuellement rajouter une troisième vis pour chaque montant, mais maintenant je me demande si j'en ai vraiment besoin. qu'en pensez-vous ? Merci

5 réponses

1-5 sur 5 réponses
1/1
1. Fixation muralière sur ossature bois il y a 2 mois

En ossature bois, on pratique un embrèvement de 15mm dans chaque montant pour assoir la muralière. Une muralière d'épaisseur 50mm suffit largement. De plus, comme elle est en partie portée dans les embrèvements cela permet de la fixer avec des vis de D.6mm. Le 8mm est à proscrire parce que 6 x 8 = 48 pour un montant de 45, surtout que vous n'êtes pas absolument certain de fixer avec précision dans l'axe des montants et que ce diamètre diamètre peut créer des amorces de fendage du montant qui pourra s'aggraver lorsque le plancher sera en charge.  

Si je prends pour hypothèse des solives avec entraxes de 500, la réaction d'appui d'une solive est de 230kg soit environ 280kg par montant.

Une vis de 8 x 160 a une valeur de cisaillement de 230kg, mais sans doute affaibli du fait du diamètre et de l'incertitude du positionnement et du risque de fendage.

Dans l'absolu, si on compte une fixation de 350kg pour 280, cela passe mais ce n'est qu'une hypothèse. 

2. Fixation muralière sur ossature bois il y a 2 mois

Merci pour la réponse Boisphile


Je ne peux procéder à un embrèvement, les cloisons sont déjà posées et pleines d'isolants. On vient se fixer dessus plusieurs années après la fin de la construction.


J'ai déjà percé à 8, mais avec un préforage à 6mm pour éviter d'éclater le bois. J'ai zappé le fait que potentiellement ça serait trop gros pour le montant. J'ai un entraxe à 400 entre les solives.


Est-ce que du coup il faut que je prévois de reprendre des charges sur un appui au sol pour limiter les risques ?


3. Fixation muralière sur ossature bois il y a 2 mois

Ce serait bien de poser des équerre EB 7048 fixées sur un montant sur deux et sous la muralière, mais il faudrait repercer 3 trous dans l'axe sur la grande aile, parce qu'il y a des tous pour tirefond et il faudrait des trous de D.5 pour des vis CSA 5 x 50.

4. Fixation muralière sur ossature bois il y a 2 mois

ok, équerre sous la muralière, ou poteaux (qui serviront de montant aussi pour les étagères), ça sera ok.


Autre question, car je n'ai pas trouvé cette réponse sur les forums. Le bois sèche, il va se bouger et pourtant on le fixe souvent alors qu'il n'est pas encore sec. En règle générale, je me suis toujours demandé comment se comporte la muralière et les solives qu'on a clouées dans les sabots.
Si la muralière a un retrait ou un gonflement, les solives qui sont fixées aux sabots bougent aussi, non ? 


Si on prend mon exemple, lorsque mon douglas sera parfaitement sec, j'aurais potentiellement un retrait de 3 mm en hauteur et de 2 mm en largeur (mesures arrondies) sur la muralière. Mes solives étant alors fixées de part et d'autre dans les sabots, le retrait longitudinal est minime, mais sur 3600 mm, il va y avoir quand même quelques mm de retrait. Du coup, cela peut-il mettre une tension trop importante sur les montants de part et d'autres ?


merci pour le temps passé à me répondre.

5. Fixation muralière sur ossature bois il y a 2 mois

Pardonnez-moi de vous répondre cela, j'en suis désolé, mais ce n'est pas parce que des imbéciles roulent à 180 sur l'autoroute qu'il faut en faire autant.

Concernant la mise en oeuvre des bois dans la construction et en particulier dans un ouvrage structurel se réalise avec des bois dont l'humidité vérifiée avec un testeur à pointes longues sur sonde marteau est mesuré à 18% maximum.

<<La messe est dite>> chacun reste libre, mais il est évident que lorsqu'il y a des problèmes de retrait ou de transfert d'humidité aux autres matériaux, plancher, isolants, ou que les solives ont travaillé ou fléchies plus que de normal, etc., il n'y aura pas de question à se poser. 

1-5 sur 5 réponses
1/1

Votre message :

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Nouvelle discussion

Vous n'avez pas trouvé les réponses à vos questions ?

Créer une discussion