Fond de dalle bois sur vide sanitaire

Publié par Joss Randall il y a 1 an

Bonjour, et bonne année à tous,

Je réhabilite une vieille ferme de la fin du 18ème siècle. Je souhaite réaliser une dalle bois sur vide sanitaire dans une pièce de 40m2. : après avoir décaissé, je me retrouve donc avec de la terre battue au sol. Je pense procéder ainsi :



J'ai deux questions. La première est générale : est-ce que mon système tient la route ou est-ce que vous voyez une faille qui m'aurait échappée?

La seconde est plus précise et concerne la couche x sur le schéma. J'hésite entre 3 solutions. Laquelle me préconiseriez-vous?

- Agepan 16mm
- volige douglas 15mm hors aubier + géotextile pour éviter que le liège en vrac ne tombe dans les interstices entre les planches
- panneaux d'isolant rigide en fibre de bois (style steico therm) en 20mm?

Si je ne m'abuse, tous les trois laissent passer la vapeur d'eau. Ma question concerne la résistance de ces matériaux à l'humidité sur le long terme, étant placés juste au dessus d'un vide sanitaire, qui bien que ventilé pourrait être potentiellement assez humide une partie de l'année...

Je vous remercie par avance de vos retours,
Joss






Boisphile

Publié par Boisphile il y a 1 an

Le premier problème à résoudre sera l'assise sur terre battue non stabilisée.
Sur une surface de 40m² vous prenez tous les risques d'avoir des tassements différentiels.
Concernant la couche "X" je ne vois guère qu'un contreplaqué CTBX Okoumé.
Concernant le pare-vapeur, il y a nécessité d'un vrai PV avec un Sd minimum de 18 mètres.
Concernant la ventilation du VS, elle doit être au minimum de 1/500 de la surface à ventiler soit 800 cm², mais c'est un minimum et à condition que les bouches de ventilations soient réparties sur la 4 faces et créent de réels courants d'air.
Je vous conseille la plus extrême vigilance pour ce type de réalisation à haut risque et veillez particulièrement à l'étanchéité du PV, en périphérie et entre les lés pour éviter les transferts par convection.

Publié par Joss Randall il y a 1 an

Bonjour !

J'ai bien noté vos préconisations en terme de matériau, de pare vapeur, de ventilation et de vigilance et je vous en remercie.

Quant à votre première remarque, elle appelle évidemment une nouvelle question de ma part :

Connaissez-vous un moyen empirique de dimensionner la surface minimale des appuis de la structure pour que cela ne s'enfonce pas dans le sol?

J'imagine que cela dépend évidemment de la nature du sol. Tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il s'agit d'un mélange de terre argileuse et de cailloux, tassés par 200 ans d'habitation et par une minipelle de 3,5t lors du décaissage.

Concrètement j’ai prévu 52 parpaings couchés sur le côté pour supporter la structure, ce qui représente 52x0,5x0,2= 5,2m2 d’appui au sol disposés comme suit :



L’ensemble de ma structure, isolation comprise devrait peser aux alentours de 2 tonnes.
Je peux facilement insérer une rangée supplémentaire de parpaings / plots entre chaque rangée déjà prévue si cela présente un intérêt....

Vous remerciant par avance,
Joss

Publié par Joss Randall il y a 1 an

Re-bonjour,

Je me creuse les méninges nuit et jour pour trouver la solution optimale... je me permets donc de vous soumettre une seconde question. (J'espère que ce sujet n'a pas été débattu maintes et maintes fois, mais j'ai fait des recherches sur le forum et je n'ai rien trouvé de similaire)

En partie basse, les murs de ma maison sont constitués d'énormes pierres et font plus de 70cm d'épaisseur. Autant dire que réaliser des ouvertures de 800cm2 est difficilement envisageable, ou alors au delà de mes compétences.

J'ai imaginé une autre solution, dérivée de la première : je pourrais poser mes parpaings et mes plots plastiques, déverser l’isolant en vrac directement sur la terre battue, entre les parpaings, (ou déverser d'abord une couche de cailloux, puis le liège en vrac), isoler tous les murs en périphérie sous la hauteur du plancher avec des panneaux de liège, poser mes montants d'ossature sur les plots, puis des lambourdes perpendiculaires en chêne et enfin le plancher en chêne, et enfin installer 2 (ou 4) grilles sur mon plancher de chaque côté de ma pièce.
De cette manière, tout mon dessous de plancher est isolé du froid, et je laisse circuler une lame d'air sous le plancher qui permet de ventiler le plancher et les solives.

Petit schéma obligé :





Voilà, je précise que ma pièce est décaissée depuis depuis 5 mois et qu'en plein hiver, alors que tout le jardin est une mare de boue, le sol de cette pièce ne présente aucune trace d'humidité.

Est-ce que cette idée tient à peu près la route ou faut-il l'oublier tout de suite?
Merci d'avance pour vos réponses.
Joss

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 1 an

NON ! Je pense que nous sommes partis pour en écrire 25 pages sans trouver de solution correctes.
De plus vous voulez une ossature en Douglas qui sera forcément en forte section compte tenu des entraxes de 2m50 et à 25 ou 30% d'humidité pour un bois qui sèche très lentement.
Il faudrait couler une fondation béton armé chaînée pour y poser les parpaings avec des liaisons entre les rangées pour que l'ensemble soit stable.
Tout cela est du "bricolo" de haut vol qui, au final ne donnera pas satisfaction tout en coûtant un bras !
A mon avis, la meilleure solution est :

C'est quelque chose que j'ai étudié avec la participation de Lafarge pour un chantier de construction de MOB, mais on peut s'en inspirer.
1) Terre plein
2) Hérisson 100mm
3) Ravoirage 50mm
14) Film anti capillarité
10) Isolant UNIMAT sol 80mm
11) Isolant UNIMAT sol 100mm
15) Film Poyéthylène
8) Dalle béton armé 150mm.
A partir de cette dalle, qui doit sécher environ 1 an si c'est possible, si non il faudra poser dessus des lambourdes en bois traité autoclave en classe 4 posée sur des bandes d'arase, ce qui ne règlera pas le séchage de la dalle si vous souhaitez un parquet massif.
Tout dépend de ce que vous avez d'autre à faire comme travaux dans cette maison ...........
Mais tant qu'il y aura quelques risque de remontées d'humidité, vous aurez en même temps des risques avec le bois.


Publié par Joss Randall il y a 1 an

Bonjour,
Merci pour votre réponse, mais rénovant une maison du 18ème siècle, donc en pierre et chaux, je ne souhaite pas couler une dalle béton afin de ne pas piéger l'humidité sous la dalle et subir les remontées d'humidité dans les murs.
J'essaye donc de trouver une solution permettant de se passer de dalle béton et d'éviter de percer des ouvertures dans des murs de 90cm d'épaisseur à leur base. Mais peut-être aucune solution bois ne permet de réaliser cela dans les règles de l'art...

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 1 an

Il faut savoir raison garder, en rénovation, on ne peut pas faire ce que l'on veut, il faut compter avec l'existant et la nature.
Si le site est si humide que vous craignez les remontées d'humidité dans les murs, que vous ne pouvez pas envisager la ventilation du VS, je suis pourtant pro-bois, mais il faut savoir être raisonnable et passer au béton quand il s'impose ou bien tout travailler en classe 4 autoclave et savoir que la durabilité sera de toute façon limitée.

Publié par NCLS il y a 3 mois

Bonjour Joss

Je me trouve dans la même configuration que vous, avec les mêmes questions. Est-il possible de savoir pour quelle solution vous avez finalement opté ?

Merci.
/Nicolas

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

dalle sur vide sanitaire

Publié par batisseur50

2 réponses
988 vues
0 like

ventilation vide sanitaire dalle bois

Publié par m&m's1

8 réponses
1397 vues
0 like

Dalle béton sur vide sanitaire ou plancher bois+dalle

Publié par eraynaud

2 réponses
794 vues
0 like

Plancher bois sur vide sanitaire

Publié par Franz31

0 réponse
28 vues
0 like

plancher bois sur vide sanitaire

Publié par tom25

1 réponse
1550 vues
0 like