Pannes verticales ou obliques

Publié par lumioguninca il y a 14 ans

Bonjour

Quelqu'un pourait-il me dire (je ne vise personne Boisphile) pourquoi cetaines maisons ont des pannes intermédiaires inclinées et d'autres les ont verticales? Quelle est la meilleure disposition et pourquoi?
Autre question: dans une charpente à entrait retroussé, la jambe de force prend appui sur l'arbalétrier sous la panne intermédiaire ou ça n'a rien à voir?
merci et bien cordialement
LumiOgunInca

Publié par Jeromeles il y a 14 ans

Bonjour Lumioguninca,
Pour la première question, les pannes intermédiaires sont posées soit d'aplomb soit dans le rampan en fonction de la pente du toit :
Pente comprise entre 30 et 80 % (non incluse) : pannes dans le rampan
Pente à partir de 80 % et plus : panne d'aplomb

Pour la deuxième question : oui, en théorie, la jambe de force sur une ferme sur blochet et donc entraits retroussée se doit de reprendre la charge de la première panne intermédiaire.

Salut, jeromeles

Publié par lumioguninca il y a 14 ans

Merci beaucoup Jeromeles
mais d'aplomb ça veut dire vertical et dans le rampant perpendiculaire à la pente du toit ou l'inverse??
Bien cordialement

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 ans

Bonjour  Jerome

Ah ! Jérome encore moi, qui mêle mon grain de sel, mais je sais que vous ne m'en voulez pas parce que vous êtes un pro !!!

Encore des idées reçues !!! En fait ce n'est pas la pente qui commande, mais le choix entre deux types de charge suivant le lieu d'implantation de l'ouvrage : La neige et le vent.

En effet si vous avez un toit à faible pente, donc avec peu d'effet du vent mais que votre toiture soit dans une région exposée à la neige en dehors de 1A  vous avez tout intérêt à poser les pannes d'aplomb.

Par contre, si votre toiture est très pentue 100 % et plus, donc peu de risque d'accumulation de neige, mais par conséquent une action du vent à 100% vous avez intérêt à poser les pannes en déversé.

D'une manière générale et sauf forte sollicitation aux charges verticales (neige) une panne déversée travaille mieux que d'aplomb, de plus la pose d'aplomb contraint la pose de chanlattes pour l'assise des chevrons qui ne doivent pas porter sur l'arête des pannes.

Boisphilement votre

Publié par lumioguninca il y a 14 ans

Bonjour Boisphile

donc si je comprends bien les pannes verticales sont d'aplomb
et les pannes dans le rampant sont déversées
notre maison sera à Cour et buis (Isère) zone 3 pour la neige à 400 m d'altitude protégé du vent du Nord par la forêt mais plein Sud à découvert et il peut y avaoir du vent qui vient de par là
mais c'est en fait à l'Ouest de l'Isère (15 km SE de Vienne) mais il y a de la neige
la toiture sera pour la partie haute (1er étage) à 45% et pour une partie basse située en rdc à 35%
alors ???
aplomb ou déversé??
merci de vos conseils
Bien cordialement

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 ans

Sans aucun doute : D'aplomb

Publié par Jeromeles il y a 14 ans

Salut à tous,
Certes, le raisonnement est juste mais pour contraindre les effets de vents ou encore de neige sur pente forte ou faible et afin que les pannes puissent travailler dans le bon sens : je surdimensionne un peu.
Dans une pente à partir de 80%, les pannes intermédiaires travaillent excessivement mal surtout avec les sections couremment utilisées pour des entraxes de ferme d'environ 3m.
Déversée, la panne, sous l'effet du cisaimment, les pannes arrivent à s'incurver. Cela donne ou bout de quelques années d'effort, de vent, de neige, des fermes qui poussent dans les murs. Si elle est supérieur à 80%, je surdimensionnes mes pannes (en épaisseur) et je place une croix de Saint André entre la sablière et la première panne intermédiaire si je place la panne dans le rampan. Par ailleurs, l'échantignole qui doit être taillée le fil dans le dos (et peu  de charpentier s'amuse à y réfléchir), ne travaille plus uniquement au cisaillement mais également à l'arrachement. Donc, par conséquence, l'échantignole d'aplomb travaillera beaucoup mieux.
Tout ceci est bien du vécu dans la rénovation : on voit ce que cela donne quelques années après.
Donc, je suis entièrement  d'accord avec toit Boisphile, mais des précautions sont à prendre afin d'éviter toutes surprises.
Salut, jérome

Publié par DanielW il y a 14 ans

Bonjour
Specialiste charpente d'une epoque ou les logiciels etaient balbutiants , je profite de ce fil pour apporter ma contribution à ce sujet
Tout d'abord ,eliminons les effets du vent ,pour toutes pentes inferieures à 100% ,il agit en negatif ( depression)  versant au vent comme sous le vent ,
Il ne reste donc que des charges verticales ,neige + poids propre ,ce qui simplifie les choses.
Disposition des pannes :
-D'aplomb :les pannes reprennent la totalite des charges verticales  ,il n'y a pas de composante selon versant ;
-Deversées :elles sont calculées pour reprendre la composante perpendiculaire au versant (ce qui est inferieur aux charges verticales ) ,mais il y a necessite  de transmettre  , par le biais des chevrons  la composante selon versant  ,  vers la sabliére.........
En conclusion ,les 2 solutions sont possibles ,mais preference pour les pannes deversées , avec obligation  dans ce cas de pouvoir justifier du transfert de cette composante vers la sabliére.
Difficile d'etre clair sans croquis......
Cordialement

Publié par lumioguninca il y a 14 ans

Bonjour merci de vos réponses
question à DanielW: tout cela est fort intéressant et je comprends bien les composantes verticales et de versant mais je fais quoi dans mon cas décrit plus haut où les pentes ne dépasseront jamais 45%
et à l'affirmation

"En conclusion ,les 2 solutions sont possibles ,mais preference pour les pannes deversées , avec obligation dans ce cas de pouvoir justifier du transfert de cette composante vers la sabliére."

pourquoi préférence aux pannes déversées alors que Boisphile et Jeromeles sont d'accord sur les pannes d'aplomb?
comment (pratiquement) justifie-t-on le transfert de cette composante vers la sabliére?

bonne journée

Publié par DanielW il y a 14 ans

Bonjour
Si tu as une toiture à chevrons (ce qui n'est pas forcement le cas  , par exemple bac acier  ou  plaque soutuile)  ,  il te suffit d'un jambage entre 1ére panne intermediaire  et ton chainage  béton pour assurer  le transfert  de cette composante  vers le gros oeuvre..........., ou  bien tu la transmets par l'intermediaire de tes chevrons sur ta sabliére qu'il convient bien sûr de determiner en tenant compte de cette charge supplementaire
Cordialement

Publié par JoséD il y a 14 ans

Bonjour daniel,
tu veux dire une flèche constituée de 2 madriers partant de chaque coté de la sablière et rejoignant la première panne intermédiaire en son milieu ?

Publié par DanielW il y a 14 ans

Bonjour
José ,tu me decris une triangulation  partant des pieds de ferme avec  ses  2 diagonales se rejoignant en milieu de portée de la panne intermediaire  ? Est ce bien celà?
Ce pourrait etre une solution , mais ce n'est vraiment pas la plus simple !
Si la sabliére peut reprendre cette poussée , les chevrons  à eux seuls assurent la transfert.......
Si ta sabliére est insuffisante , tu mets un simple poussard perpendiculaire à ta 1ére panne et tu le mets en appui sur un element resistant du gros oeuvre.
C'est une disposition courante en charpente bois  , alors qu'à 'linverse en charpente metallique ,cette composante est transmise vers le faitage par les liens de pannes
Cordialement

Publié par lumioguninca il y a 14 ans

Bonjour DanielW

tout cela ne me dit pas pourquoi votre préférence va aux pannes deversées (message du 13/1)
merci

Publié par DanielW il y a 14 ans

Bonjour
Parceque la fleche prise par une panne deversée  n'est provoquée que par la  seule composante perpendiculaire au versant , composante qui est inferieure à la totalite de la charge verticale !
Dans le plan du versant , cette panne ne peut prendre de fleche puique bloquée soit par  le poussard , soit par la sabliére  , via les chevrons....
Cordialement

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 ans

Bonjour  Daniel et à tous

Désolé de vous contredire, mais dans le cas précis où nous sommes en zone 3 alt. 400m, sous neige accidentelle la charge est de 130 kg/m²  pour 45% et 72 en normal. Dans ces conditions de fortes sollicitations, le dimensionnement ne se fait plus par la flèche mais par la contrainte admissible et ici, le meilleur résultat est obtenu en travail vertical pour une même section.

Boisphilement votre

Publié par DanielW il y a 14 ans

Re
Boisfile , je considére vos avis comme murement reflechis ,mais je suis surpris !
Ce serait bien la 1ére fois que je suis devant un cas pratique ou le calcul du taux de travail est determinant  face au calcul de la fléche......
Les regles CB71  font bien  reférence à de la flexion simple deviée pour laquelle il y a majoration des charges selon l'inclinaison  ,  mais  uniquement  pour le calcul de  contrainte à flexion , pas pour la fléche.
J'epluche cette question et ne manquerais pas de  vous en  tenir  informé
Cordialement

Publié par Jeromeles il y a 14 ans

Bonjour à tous,
Si vous ne voulez pas vous tromper, le seule moyen est de mettre les pannes verticale et prévoir un délardement de 3cm  sur l'arête recevant le chevron.
A titre indicatif, toutes ces explications sont extrêmement bien décrites dans un livre intitulé : "Charpentier d'aujourd'*** ; technologie des charpentes bois ; calcul et mise en oeuvre ; en page 68, 69 et 70"
Salut

Publié par DanielW il y a 14 ans

Re
Apres relecture des CB71 , il s'avére qu'en cas de flexion deviée supérieure à 25% , le calcul du taux de travail à flexion doit etre mené avec une charge majorée par 2 (pente 45% ,rapport h/b=3)
Ce qui revient à mener les calculs avec un Rf admissible de 40kg/cm² ,conjointement avec un  calcul de fleche avec E =80500kg/cm² minoré du  coeff de fluage habituel...
La contrainte à flexion  deviée  est donc plus "sérrée "car plus vite atteinte qu'en flexion simple, mais demeure à mes yeux secondaire car pour un calcul de poutre  de rapport h/L habituel ,le calcul à la fléche de 1/300éme conduit à un Rf tres inférieur aux 80kg/m² admissibles .....proche des 40kg/cm² de l'exemple present
En conclusion , je crois pouvoir dire que le  choix du mode de positionnement des pannes  est influencé (mais pas exclusivement) par l'inclinaison du toit  , par contre  , il est independant de l'importance  des charges
CQFD
Bonne nuit à tous
Cordialement

Publié par lumioguninca il y a 14 ans

OK merci à tous de toutes ces explications
c'est vrai que le soir on s'endort moins bête sur ce forum
bonne journée

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

montant verticaux

Publié par coyote

3 réponses
1448 vues
0 like

finition bardage à la verticale

Publié par Jean59

0 réponse
1124 vues
0 like

Bardage vertical brut ou raboté ?

Publié par Cabanenbois

1 réponse
1556 vues
0 like

Platelage en madriers verticaux cloués

Publié par GL

16 réponses
4418 vues
0 like

bardage en claire voie vertical

Publié par giovendee85

1 réponse
40 vues
0 like