Surélévation Isoler Maison ossature bois

Méthode isolation toiture terrasse surélévation ossature bois.

Publié par Elio.K il y a 2 mois

Bonjour à tous,

tout d'abord, merci pour ce forum qui est une mine d'or.


Je suis entrain de procéder la surélévation de ma maison (en briques) en ossature bois.

Celle-ci sera recouverte par une toiture terrasse.


Etant limité en hauteur, puis-je isoler celle-ci intégralement sous l'élément porteur ? (guide du programme PACTE juin 2018)

https://www.programmepacte.fr/sites/default/files/pdf/ccetanchisoltoituresterrassesboisconcintermoejuin18182web.pdf


Le complexe de l'intérieur vers l'exterieur serait celui-ci:

plaque de platre

vide technique

pare-vapeur SD1500

Isolant fibre de bois entre solives

OSB3/4 22mm

Membrane EPDM


Le guide vise entre autre, les constructions ne dépassant pas 70 m2, doit on interpréter ceci comme 70m2 de toiture?

Je demande car ma construction disposera 3 toitures terrasse à hauteurs différentes.


merci pour vos réponses


Elio.K



Publié par Elio.K il y a 2 mois

Je n'arrive pas à éditer mon post


pour le complexe ce sera plutôt


plaque de platre

vide technique

1/3 isolant

pare-vapeur SD1500

2/3 Isolant fibre de bois entre solives

OSB3/4 22mm

Membrane EPDM


A Bientôt

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 2 mois

Il s'agit d'un travail de précision pour lequel il faut suivre scrupuleusement ce guide, en particulier sur les Sd du PV et de la membrane d'étanchéité et la répartition des résistances thermiques.

Utiliser exclusivement un isolant LAINE MINÉRALE semi rigide, Laine de verre ou Laine de roche.

Calculer avec précision les résistance thermiques des produits utilisés et bien répartir les 1/3 - 2/3, les 1/3 étant un maximum.

Il s'agit de la résistance thermique TOTALE de la paroi (tous les matériaux) et non pas seulement les isolants.

Effectuer une mise en oeuvre PARFAITE et bien vérifier que les isolants entre solives soient bien comprimés entre le PV et le panneau support. 

Que les entraxes de solives soient bien des sous-multiples de la longueur utile des dalles, de telle sorte que, comme pour un plancher, les petites rives soient portées et fixées sur les solives.

Surdimensionner la largeur des isolants semi-rigides de 5 mm par rapport à l'espacement des solives de telle sorte que l'isolant soit bien en contact avec la solive (légèrement comprimé).

Veiller à ce que les bois utilisés soient secs, au grand maximum à 18 % réellement mesuré avec un humidimètre à pointes longues (sonde marteau) au moment de la pose de l'isolant.

Publié par Elio.K il y a 2 mois

Merci pour votre réponse si rapide Boisphile.

Ma question quant à la règle des 1/3  2/3; est-ce obligatoire et n'est-il pas possible de placer la totalité de l'isolation entre le PV et le panneau support?


Cordialement.


Elio.K



Boisphile

Publié par Boisphile il y a 2 mois

La réponse est non et je vous engage vivement à respecter scrupuleusement le carnet de chantier et le guide RAGE ci-joint et de lire avec une extrême attention la page 4 "AVERTISSEMENT" du guide RAGE.

https://www.programmepacte.fr/sites/default/files/pdf/guide-rage-toitures-terrasses-bois-isolees-sous-element-porteur-neuf-2014-08_0.pdf

 

Publié par Elio.K il y a 2 mois

Merci Boisphile.


J' étudie cela avec beaucoup d'intérêt.

D'autres questions viendront ????


Pour l'heure je me pose une question qui n'a rien voir avec le sujet abordé ici:

Dans les différentes vidéos/photos que l'on peut trouver sur le net on n'apperçoit jamais le morceau de pare-vapeur destiné à faire la liaison entre les murs et le toit terrasse dans le cadre d'une toiture chaude. 

Pouvez-vous m'éclairer ? 

Quel est le risque de ne pas assurer la continuité du pare-vapeur ? 

Merci de votre réponse


Elio.K


Boisphile

Publié par Boisphile il y a 2 mois

Parce que c'est très souvent oublié.

L'oubli, c'est la potentielle création d'une transmission de vapeur par convection cent fois plus néfaste qu'un mauvais OV parce que le passage de la vapeur d'eau se trouve concentrée avec très rapidement la naissance  de moisissures et de pourritures.

Publié par franckwood il y a 2 mois


Boisphile

Publié par Boisphile il y a 2 mois

Merci Franckwood de cette illustration de ce qu'il ne faudrait pas faire, mais je suppose que c'est à dessein :

1) Il convient de douter de la qualité du PV sans marque, alors que tous les fabricants apposent leur marque et le type de PV.

2) La pose du PV horizontale qui ne permet pas un jointoiement de bonne qualité et durable, le marouflage étant aléatoire au regard d'un jointoiement sur un montant.

3) La pose du PV avant la pose de l'isolant laisse penser que les alvéoles seront remplies, non pas d'un isolant SEMI-RIGIDE mais d'un isolant en vrac qui INÉVITABLEMENT se tassera en créant un vide et donc un pont thermique en partie haute des caissons.

4) Les montants ne sont pas délardés pour créer un appui à muralière, à priori en LVL qui est fixée par 4 vis à chaque montant mais pas parfaitement dans l'axe de ces montants probablement en 45, pour lesquels une vis de D,6 mm est seule possible et rend donc précaire l'ancrage.

5) (sous réserve) On remarque que les sabots à bretelles sont posés pour recevoir des poutres en "I" mais avec des entraxes correspondant, à priori au entraxes des montants, et non pas à des sous-multiple de la longueur utile des futures dalles de plancher.

6) (sous réserve) On remarque la muralière qui peut être l'emplacement d'un plancher intermédiaire, et des parois qui peuvent être un angle extérieur, en une seule hauteur, alors que les deux éléments, bas et haut  d'une paroi doivent être indépendants pour diviser les effets de la pression du vent .

Publié par franckwood il y a 2 mois

c'est tiré pourtant du livre toit terrasse de BOISPE. Pour autant:

1- le pare vapeur est sd90 tres connu en largeur 1m vapostop HARO. Il y a aussi le monarvap 200B qui n'est pas siglé. 

2- J'ai plutôt l'impression que c'est au droit du montant. La pose du scotch sur une partie vide peut très bien se faire si les extrémités du parevapeur ont été agrafées, et bien tendues, bien que je reconnaisse qu'il faut prêter une attention particulière et faire extrêmement attention. Mais c'est aussi dans 99% le cas du jointoiement en mur interieur, à moins de prendre en rouleau de 3m, ce que n'ont pas tous les fabricants. Que ce soit horizontal, ou vertical, il y a toujours des parties vides. Il faut donc privilégier la minutie à la précipitation. Si j'avais quelque chose à redire, je dirai qu'il manque la boucle de détente dans l'angle.

 

3- L'insufflation peut très bien se faire en dessous de la muraillère et au dessus.

4- Il s'agit d'un plancher d'acrotère. Le délardement n'est pas obligatoire mais apporte une sécurité supplémentaire. Je crois plutôt que c'est cloué en quinconce. Etant, je crois, une image de formation interne, je pense qu'il s'agit du coté pratique de mise en oeuvre pour les stagiaires. Difficile de juger ne sachant pas la destination de cette photo.

5- Sur une autre photo, c'est décalé. Je suppose qu'ils sont tous les 416,7mm. Il faut se méfier de l'angle de vision des photos, qui est parfois trompeur.

6- Toit terrasse, donc peut être fait en un seul morceau. 



Boisphile

Publié par Boisphile il y a 2 mois

Raison pour laquelle j'ai précisé (sous réserve).

Sans une assise, le film PV offre une surface de glissement et s'il s'agit bien de clouage, la plasticité des pointes en rajoute une couche.

Quant à la charge d'une toiture terrasse, il ne faut pas oublier que cela dépend de la région de neige et de l'oubli à 90 % des 20 kg de surcharge à prendre en compte et selon l'orographie du terrain et de l'exposition aux vents, des risque d'accumulation de neige au niveau des acrotères. 

Pour autant, il ne peut plus y avoir d'insufflation, dans la mesure ou :

1) Le PV et les bandes adhésives  ne peuvent pas contenir la pression à long terme et le "ventre" du PV occasionne un abaissement du niveau supérieur qui créé le pont thermique.

2) Il a été constaté de très nombreux désordres dus à ce pont thermique.

3) Raison pour laquelle seuls les isolants SEMI-RIGIDES sont maintenant admis, avec une surcote de 5 mm pour palier les éventuels défauts des montant et que l'isolant reste bien en contact avec ces montants.

Raison pour laquelle les isolants en vrac et les panneaux rigides de type PS, PE, PU, ne sont plus admis.


Publié par franckwood il y a 2 mois

1) Le PV et les bandes adhésives  ne peuvent pas contenir la pression à long terme et le "ventre" du PV occasionne un abaissement du niveau supérieur qui créé le pont thermique.

La partie sup va être rabattue sur le plancher. La partie inf n'est peut-être pas terminée et s'il y a insufflation, il y aura un tassautage de renfort. Et s'il y a tassement, ce sera dans la partie sup de l'acrotère, donc pas d'incidence.

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

isolation toiture

Publié par jul39

3 réponses
28 vues
0 like

double garage ossature bois

Publié par jeanlecharpentier

0 réponse
56 vues
0 like

Contreventement mur ossature bois

Publié par pi

15 réponses
294 vues
0 like

Surrélévation charpente 45° à 60°

Publié par Maellini

9 réponses
86 vues
0 like

Jonction des murs ossature bois pour le vent

Publié par stepeter

2 réponses
236 vues
0 like