Pente toit plat et isolation

Pente toit plat et isolation

il y a 2 mois

Bonjour,

Avant tout merci pour ce site très enrichissant et rempli d’informations essentielles,

Nous avons un projet d’extension (15m X 5m), un RDC seulement avec un toit plat (contrainte PLU) accessible (et pour partie végétalisé)

Les murs seront des blocs de chanvre à emboitement (Biosys)

Compte tenu de la complexité d’accès au chantier et afin de faire un maximum en auto-construction, nous envisageons le toit plat sur la base d’une structure bois, à savoir solivage, OSB 3 22mm, isolant PIR de 20cm (ne trouvant pas de solution en isolant écologique…)

Les contraintes de charge permettent difficilement de travailler avec du solivage en bois massif, et cela reste également compliqué avec des LVL (et le poids des solives sur des longueurs de 5m n’aide pas à l’auto-construction). Nous avons trouvé et fait calculer des solives NailWeb (bois et armature métallique). Elles feront 37cm de hauteur.

Nous avons trois interrogations svp :

1)    L’OSB 3 22mm est-il convenable, ou faut-il de l’OSB 4 ?

2)    Il nous faut réaliser ce toit plat avec une pente (minimum 3% si nous sommes bien renseignés). Cette pente s’obtient-elle toujours en jouant sur le niveau des solives ou peut-on rapporter des pièces de bois sur les solives pour créer une pente (existe-il des morceaux de bois pré-coupés en « triangle ». Nous ne trouvons pas, ou n’utilisons pas les bons mots :) (Donner une pente aux solives est plus complexe pour nous pour la fixation des solives au mur)

3)    Nous sommes alertés sur la difficulté des toitures chaudes avec EPDM et des problématiques de condensation. L’isolant PIR de 20cm aurait un R de 8, et nous souhaitons rapporter en dessous des solives des panneaux de laine de chanvre en 10cm (R=2,5). (Nous hésitons avec une laine de bois de même taille, nous privilégions le chanvre surtout par rapport à l’humidité ; si vous avez un avis nous sommes preneurs).Nous aurions donc le complexe suivant :

EPDM / PIR 20cm (R=8) / pare vapeur / OSB 3/ solive de 37Cm de hauteur / Laine de chanvre 10CM (R=2,5) / Frein vapeur (il nous semble ?) / puis plafond placo autoportant.

De ce que nous comprenons l’isolant sous OSB ne doit pas être « plaqué » sous cet OSB, mais rapporté sous les solives, en respectant la règle 2/3 1/3 (au niveau du R). Est-ce bien cela ? car nous voyons des schémas avec l’application des règles 2/3 1/3 mais isolant rapporté sous OSB directement (exemple lien suivant … https://www.epdm-tpo.fr/uploads/medias/schema-epdm-systems-toiture-chaude-support-bois.webp)

Plus largement, même en respectant cette règle 2/3 1/3 et isolant sous solives, est ce fiable dans le temps ou source de problèmes ?

Merci par avance de votre aide,

Cordialement.

Romai

Photo des solives si nécessaire


1 réponse

1-1 sur 1 réponse
1/1
1. Pente toit plat et isolation il y a 2 mois

Pour ""planter le décor"", je rappelle que du point de vue normatif, les toiture accessibles sur ossature bois ne sont toujours pas autorisées. Cela étant, en auto-construction, vous faites comme vous le souhaitez, dans la mesure ou vous ne bénéficiez d'aucune assurance. 

Toutefois, quelques remarques - 1) Attention, concernant les toitures terrasse, il faut prévoir une double pente, l'une de 3 % minimum et l'autre de 1 à 1.5% pour conduire les EP dans un angle. - 2) Pour les calculs de charges, il convient d'inclure une surcharge supplémentaire de neige pour accumulation sur toiture plate. 3) Il n'y a pas de DTU pour la partie végétalisée et pour le calcul des charges il convient de prendre en compte les prescriptions des règles professionnelles de cette activité, avec une charge de sécurité forfaitaire. Ce qui me porte à dire que des solives de 37 cm m'étonne beaucoup.  4) Ce n'est pas un frein-vapeur qu'il faut prévoir sur le panneau support, mais un pare-vapeur dont le Sd doit être au minimum de 6 fois celui de l'étanchéité.

Je précise également que les toiture terrasse ou toitures plates sont des ouvrages extrêmement techniques à réaliser de la part des entreprises et sans vouloir mettre en doute vos capacité, je me permets de vous en avertir. En outre, le platelage est dans ce cas un diaphragme horizontal qui teint lieu de contreventement, avec les contraintes de ""couturage"" périphérique liées à ce type d'ouvrage. Je précise enfin que ces conseils ne sont pas exhaustifs et pourraient être éventuellement complétés en fonction du lieu précis de l'implantation de l'ouvrage.

1-1 sur 1 réponse
1/1

Votre message :

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Nouvelle discussion

Vous n'avez pas trouvé les réponses à vos questions ?

Créer une discussion

Inspirations

0 photos pour vous inspirer