IMR sur chevrons et complément d'isolation

Publié par Bricofred il y a 5 ans

Bonjour,

Je suis dans une configuration pourrie : ma maison est "isolée" avec uniquement un IMR [citation commerciale] posé sur chevrons. C'est un fait pas un choix. Je me suis vite rendu compte que cette situation était incompatible avec tout complément d'isolation épais puisque dans ce cas l'IMR doit être posé côté intérieur, l'inverse exposant à des risques de condensation dans l'isolant, même avec un pare vapeur disposant d'un sd de compétition (dans mon cas il y'a de toute façon deux murs de refend en pierres et terre par lesquels l'humidité pourra toujours un peu atteindre la charpente). "Gommer" l'IMR en le lacérant me laisse sans pare pluie et m'expose à d'autres risques.

Bref la seule solution réglementaire qu'on m'ait proposée est simple : dépose des tuiles, dépose des liteaux, dépose de l'IMR et remplacement par un pare pluie [citation commerciale] pour permettre ensuite une isolation entre et sous chevrons dans les règles. C'est tout simple mais j'ai pas les moyens, tout aussi simplement : la maison est haute, la pente du toit est raide, je ne me risquerai pas à le faire moi même, ce n'est pas dans mes cordes. Pour les mêmes raisons un pro me prend un bras pour le faire.

Un peu dépité mais pas encore résigné à accepter cette situation, je me suis adressé à un architecte spécialiste des problèmes d'isolation. A ce stade j'avais abandonné depuis longtemps l'idée d'une solution "réglementaire", la question était juste de savoir si il n'y avait aucune solution "juste technique" à mon problème. Et il m'en a en effet proposée une, à défriser plus d'un DTU sans grande surprise : Plaquer l'isolant épais entre chevrons contre l'IMR (limiter l'air humide) puis une seconde couche sous chevrons. Puis faire l'étanchéité à l'air avec une membrane hygrovariable pour permettre d'assécher l'ensemble à la belle saison. Il m'a recommandé d'attendre les commercialisations imminentes (?) de membrane comme [citation commerciale] dont les sd étendus dépasseraient 18, les plaçant dans la catégorie des pare vapeur, a contrario du [citation commerciale] qui sont des freins vapeur.

De son point de vue cette solution est techniquement adaptée à ma situation. La stratégie étant de limiter au maximum l'apport d'humidité dans l'isolant grâce à une membrane qui soit un vrai pare vapeur en saison froide et d'évacuer le peu qui sera passé (ne serait-ce que par les murs de refend) à la saison chaude.

À supposer que les membranes [citation commerciale] soient bien à la hauteur de ce qu'elles annoncent, j'aurais bien aimer avoir l'avis des spécialistes du forum sur le réalisme de cette solution ? (Réglementairement c'est hors cadre on est bien d'accord mais la réglementation n'a pas de solution que je puisse me payer...)

Merci d'avance et félicitation pour m'avoir lu jusqu'au bout :)

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 5 ans

Heu !!! Il faut qu'il révise sa copie l'archi ……….. mais bon !!!
Les "isolants" minces réfléchissant ne sont pas des isolants, par contre s'ils sont bien posés, ce sont de bons pare vapeur.
Alors si vous placez à l'intérieur un pare vapeur à SD variable, celui-ci laissera passer la vapeur d'eau qui ne pourra pas sécher puisque la paroi est fermée par l'IMR.
De plus, comme vous le dites justement, il y aura des fuites par les refends.
Sincèrement, je ne vois pas de solution durable sans retirer l'IMR, ce que vous pourriez éventuellement faire de l'intérieur en découpant, mais du coup, plus da pare-pluie …………..
Selon la pente, la couverture, l'exposition et le lieu, peut-être pouvez-vous prendre le risque de vous passer de pare pluie, mais je ne peu pas vous le conseiller, dans la mesure où la moindre fuite par siphonage, tuile poreuse eu cassée, sera impossible à déceler et vous pourrira l'isolant et le bois.
La solution qu'on vous a proposée est malheureusement pour vous la seule solution durable, c'est le prix à payer pour une erreur grave de conception, même si ce n'est pas de votre fait.

Publié par Bricofred il y a 5 ans

Bonjour Boisphile,


L'archi m'a bien expliqué tout ça et m'a bien précisé que LA solution restait d'enlever l'IMR. Après il a bien voulu me dire ce qui, selon lui, serait le mieux que je puisse faire en partant du principe que je n'avais pas les moyens d'enlever cet IMR.

Conservant l'IMR, son constat (celui de tout le monde en fait) est que j'aurai de l'humidité inévitablement. Après son avis, (et ma foi le votre m'intéresse sur ce point !) c'est qu'une membrane hygrovariable, mais avec un sd > 18, est en mesure de réguler cette humidité au cours de l'année. Cela vous semble-t-il plausible sous cette condition ? Je dis plausible car j'ai bien conscience que sans recul, pas de certitude. (Je précise que j'habite en Haute-Vienne à 600 mètres d'altitude, le pare pluie n'est pas une option :) )

J'ai lu plusieurs de vos messages sur les membranes hygrovariables actuelles (des passoirs :) ) qui sont de simples freins vapeur en effet puisque leur sd ne dépasse pas 5 ou 10. L'archi pense d'ailleurs la même chose et m'a déconseillé ces produits car selon lui, la quantité d'humidité qu'ils laisseraient passer serait trop importante pour être totalement évacuée à la belle saison. Mais son avis change si le sd dépasse 18.

J'ai aussi pensé à une solution intermédiaire ou complémentaire: découvrir seulement au niveau de la faitière (disons 3 rangées de tuiles hugenots sur chaque pan) et juste sur cette surface, enlever l'IMR et le remplacer par un écran HPV (avec recouvrement sur le reste d'IMR) pour ménager en haut de toiture une sortie pour l'humidité. C'est un chantier à taille beaucoup plus humaine sans traitement de point singulier qui serait à ma portée ou celle de mes finances plutôt.

Désolé j'ai encore fait trop long ! Merci pour votre patience !


Boisphile

Publié par Boisphile il y a 5 ans

Non, ce n'est pas plausible, pourquoi ?
1) Parce que vous n'aurez pas de PV hygrovariable avec un SD supérieur à 18m, il sont tous à environ 5 mètres.
2) Que vous placerez donc un PV normal avec SD de 18mètres en laissant des passage au niveau des refends qui vont être des concentrés de condensation.
Quant au séchage de l'isolant, surtout dans votre région et altitude comme dans la plus part des cas, c'est un "truc" d'appentis sorcier" que vous ne pourrez pas maîtriser en rénovation.
De plus, dans votre cas, l'IMR ne laissera rien passer, il est un pare vapeur posé à l'envers.
3) Dans le cas que vous proposez, il faut créer une véritable ventilation entre l'IMR et l'isolant, prenant naissance en bas de versant et évacué en faîtage. Faîtage que vous devrez démonter pour placer des faîtières de ventilation. Faîtières que se posent en dernier ….. Comment allez-vous faire ?

Publié par Bricofred il y a 5 ans

Oui c'est certain, comme je le disais dès le départ, je suis dans une configuration pourrie. Je dois pas être le seul en même temps, car de l'IMR sur chevrons je pense qu'il s'en ait posé un paquet de m2 ces dernières années... Concernant votre remarque 1, ce n'est peut être (presque) plus vrai. [citation commerciale]. Evidemment il faut s'en remettre dans l'immédiat aux dires des fabriquants en attendant un ATEC, si il y en a un. C'est en cours dans le premier cas. Si les ATEC sont délivrés favorablement, il n'y a pas de raison de remettre en cause les propriétés annoncées je pense. Mais si j'ai bien compris, ce n'est pas élément qui ferait évoluer votre avis :)

Publié par domino il y a 5 ans

Bonjour, votre isolant mince est cousu? Votre isolant est pose dans les regles de l'art avec faitage fermé et une sous face d'isolant non ventilé?

Un isolant mince cousu laisse passer un légé flux de vapeur d'eau si toutefois vous seriez en ambiance chargée en vapeur d'eau.
Si cet isolant est cousu, vous pouvez poser un isolant fibreux entre chevron avec 2 cm de lame d'air entre l'isolant mince et la laine. Ensuite rapporter un véritable pare vapeur sd 200 sous l'isolant qui bloquera tous passages de vapeur d'eau dans votre paroi.
En été, si votre isolant réflecteur est cousu, en plus de couper le rayonnement solaire il permettra a votre paroi d'évacuer la vapeur d'eau contenu dans l'isolant en chaffant la paroi.

Ce serait dommage de l'enlever, se sont des produits efficaces qu'ils faut bien mettre en oeuvre.

Si pas de couture et completement fermé comme certain produit à bulle ou soudé aux ultrasons, faites des trous dans votre isolant reflecteur entre chaque vos chevrons au niveau de la sabliere et au niveau de la faitière, (le faire dans toute les travées, entre chaque chevron) vous conserverez ainsi les performances de l'isolant en été mais perdrez son pouvoir isolant l'hiver.
Rajouter un isolant fibreux entre chevron avec 2 cm de lame d'air entre l'isolant réflecteur et votre isolant fibreux. Rajouter un pare vapeur réflecteur de préférence qui empechera la migration de vapeur d'eau dans l'isolant.
Préféré un isolant naturel en toiture comme le lin ou le chanvre afin d'eviter le dégagement de vapeur toxique en cas de chauffe de l'isolant et surtout afin d'apporter de l'inertie en toiture.

cdlt

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

isolation sur chevrons

Publié par pyros

1 réponse
1114 vues
0 like

Plancher longére compliqué

Publié par herbe10

6 réponses
1555 vues
0 like

Pavatex pour isolation sur chevrons toiture

Publié par uclee

1 réponse
1466 vues
0 like

ISOLATION SOUS CHEVRONS DE TOITURE

Publié par GillesM

2 réponses
2011 vues
0 like

Renforcement des chevrons avant isolation ?

Publié par sebolino

0 réponse
1495 vues
0 like