Pose de parquet massif 23mm sur carrelage

Publié par Thibault il y a 10 ans

Bonjour,

Je souhaite poser du parquet en chêne massif de 23 mm d'épaisseur ( lames de 52mm de largeur ) dans un studio entièrement carrelé au sol au 6ème étage sur une surface de 22m2 environ. Le local est très sain, pas d'humidité. Le parquet est un ancien parquet en parfait état que j'ai récupéré de ma famille, et que j'ai en prévision déjà entreposé dans le studio. C'est donc un paramètre invariable de l'opération. 

Mon idée première (qui n'était pas bonne) était de le poser collé au cordon avec une colle PU avec une sous-couche acoustique de type Sikalayer en ayant préalablement préparé mon support carrelé (ponçage mécanique).
Mais d'après ce que j'ai pu lire et ce qu'on a pu me dire (fournisseurs), la pose collée n'est pas conseillée pour un parquet de 23mm. 
(Pour faire bien en pose collée, on m'incitait plutôt à opter pour du parquet chêne massif de 14mm type Panaget à coller dont le prix au m2 n'entrait pas vraiment dans mon budget.)

Quelque peu désabusé, je me suis donc intéressé à la pose clouée (qui me faisait un peu peur), et j'ai lu les dossiers de Boisphile. 
Voici donc, d'après mes lectures attentives, la solution "clouée" vers laquelle je me tourne mais dont je voudrais confirmer certains points :

Je résume ici les paramètres de départ:
- lames de parquet en chêne massif de 23 mm d'épaisseur (52mm de largeur)
- Pose à l'anglaise
- support carrelage, pièce saine, en étage

Le choix des lambourdes :
- lambourdes de 27mm - 80mm de large
- entraxe de pose des lambourdes de 450mm ou 350mm
j'ai opté pour cette épaisseur de lambourdes afin de minimiser la hauteur du complexe, (c'est dans un studio) mais est-ce suffisant? quid des pointes?
quelle essence doit-je privilégier pour les lambourdes?

La pose des lambourdes doit-elle être flottante ou fixée ?
je pensais plutôt fixée, collée en plein sur le carrelage (préalablement préparé), mais dans ce cas qu'en est il de la matière résiliante sous la lambourde?
une pose collée au cordon avec une colle PU et une sous-couche Sikalayer des lambourdes est-elle envisageable dans ce cas?
ou alors une pose fixée avec vise et cheville?

Pour les finitions, un ponçage et une finition vitrifiée de l'ensemble est prévue.
Est-ce nécessaire de mettre en œuvre un pare-vapeur ici comme le sol est déjà carrelé?

(Je joint un schéma de la pose envisagée.)

Merci par avance, pour vos réponses.

Thibault




Publié par Thibault il y a 10 ans

Bonjour,

Mes interrogations ne semblent pas déchaîner les foules, je vais donc m'auto-répondre car j'ai avancé dans mes recherches.

Pour les lambourdes, ce sera du 27x80 en chêne.

Dans mon message précédent, concernant la pose des lambourdes, je me rend compte qu'en regardant le schéma de la pose flottante des lambourdes sur le blog de Boisphile, j'ai fait un amalgame des différents éléments nécessaires aux différents types de pose des lambourdes…

Ma question était de déterminer la pose des lambourdes : "flottante", "vissée-chevillée" ou "collée"?
Après recherches et réflexions, je me dirige plutôt vers la pose "flottante" des lambourdes qui me parait plus simple.
(Même si pour ce cas elle ne m'apparaît pas plus indiquée que les 2 autres modes de pose. Mais comme ça, j'ai pas besoin de préparation du support pour une pose collée des lambourdes, ni de pré-percer lambourdes et sol pour une pose vissée-chevillée.)

Pour la mise en œuvre, j'ai trouvé du Polyane en guise de pare-vapeur et du "Foltex" 10mm en guise de matière résiliente.

J'ai tout de même une dernière question assez bête sur les entailles sous les lambourdes, de combien doit être le rythme entre ces entailles?

Par avance, merci.

Thibault

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 10 ans

Pour les lambourdes, prenez du contreplaqué CTBX en 25 mm et ça ira très bien puisque vous êtes sur support continu.
De plus vous ne vous casserez pas la tête à faire des traits de scie.
Phaltex au sol et pose flottante des lambourdes
Pas de Polyane qui engendrera de la condensation, placez un vrai PV, surtout si vous vitrifiez.
Si vous huilez, ne mettez rien.

Publié par Thibault il y a 10 ans

Merci pour ces indications.
Je pensais que le polyane était pare-vapeur, je vais modifier ma commande auprès de mon fournisseur.
(j'ai passé commande ce matin.)

Un dernier conseil pour m'indiquer les références d'un "vrai" pare-vapeur? et le coût moyen au m2?

Merci.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 10 ans

Pour vous et tous les autres :
Les films pare-vapeur dans la construction bois

Les parois d’une construction bois sont en général constituées :
- d’une ossature porteuse, constituée de montants espacés de 40 à 60 cm ;
- d’une isolation thermique disposée dans les alvéoles ainsi crées ;
- d'un panneau de contreventement intérieur ou extérieur ;
- dans certains cas, d'un complément d'isolation intérieur ou extérieur ;
- d'un parement intérieur ;
- d'une vêture extérieure.

Outre, les exigences de stabilité mécanique, de durabilité, d'étanchéité aux intempéries, la construction doit également satisfaire à l'exigence d'étanchéité à l'air :
- du coté extérieur de la paroi, placé derrière le bardage le pare-pluie protège des ruissellements accidentels et du vent ;
- du coté intérieur de la paroi, un pare-vapeur est collé ou agrafé directement sur l'ossature. Son rôle est essentiel pour l'étanchéité à l'air et pour freiner, voire empêcher, la diffusion de vapeur d'eau dans la paroi.


Définition

Le pare-vapeur est un matériau imperméable en plaque ou en film, mis en œuvre sur la face chaude de la paroi, dont la fonction est de limiter la transmission de vapeur d'eau. Il peut contribuer à assurer l'étanchéité à l'air de l'ouvrage.
Le pare-vapeur doit avoir une perméance ≤ 0,005 g/m2•h•mmHg , ce qui correspond à une valeur Sd ≥ 18 m.

Dans le cas particulier ou la paroi ne dispose pas d'une lame d'air ventilée derrière le bardage (par exemple lorsqu'un complément d'isolation est collé sur le contreventement pour recevoir un RPE), le pare-vapeur doit avoir une perméance ≤ 0,001 g/m2•h•mmHg, ce qui correspond à une valeur Sd ≥ 90 m.

Les papiers kraft, qu’ils soient ou non enduits de bitume, et dont sont équipés certains isolants fibreux, ne permettent pas d’assurer la fonction de pare-vapeur.


Mise en œuvre

La continuité du film pare-vapeur doit être parfaitement assurée :
- entre les lés ;
- en périphérie ;
- dans les angles ;
- et aux raccordements avec les baies, plafonds et planchers.

 Il convient d'utiliser des adhésifs de qualité dont la durabilité est prouvée. Le mieux est d'utiliser l'adhésif proposé par le fabricant du pare-vapeur.

 Les raccords périphériques du pare vapeur sur le dormant des menuiseries doivent être exécutés avec précision. Utiliser les adhésifs qui conviennent pour ce travail. Ce sont généralement des adhésifs qui présentent deux plages de collage sur la même face, espacées d'une partie non adhésive. La partie non adhésive est placée dans l'angle et permet les pliages aisés et un raccord parfait autour de la menuiserie puisque la périphérie peut-être d'une seule longueur.

 Il est préférable de coller le PV sur l'ossature, au moins en périphérie de chaque élément constructif. Utiliser par exemple des bandes de caoutchouc butyle, garantie d'une meilleure tenue dans le temps et compatible avec tous types de PV. Le collage permet de limiter l'agrafage qui est source de fuites.

 Il existe des taquets d'étanchéité pour les clous, vis et agrafes. Il existe également des patchs de réparation pour boucher un percement accidentel du PV.

Il convient de sensibiliser tous les corps de métiers qui interviennent après la pose du pare-vapeur, afin qu’ils signalent tout accident, décollement ou déchirure du PV, de telle sorte qu'une réparation soit faite au plus vite. A titre d'exemple, un coup de cutter malheureux dans le PV sur une longueur de 1 mètre, réduit de 10 fois la performance de l'isolant. C'est-à-dire que 240 mm d'isolant sont réduits à une efficacité égale à 2,5 centimètres.

 Les passages de gaines, tuyauteries d'alimentation et d'évacuation sont prévus dès la conception. Il est donc facile de réaliser et de mettre en place des fourreaux d'un diamètre suffisant (par exemple 125mm) en PVC rigide, de telle sorte que chaque entreprise puisse passer ses équipements sans difficulté.


 L'étanchéité autour de ces fourreaux est réalisée par du caoutchouc butyle. L'étanchéité des gaines à l'intérieur du fourreau est réalisée avec un bourrage de laine minérale et un bouchon de faible épaisseur avec une mousse polyuréthanne. Les extrémités de gaines électriques traversantes peuvent être équipées de bouchons perforables.


Mise en garde

Il existe maintenant des films qui présentent une perméance variable. Dans la plus part des cas, il s'agit d'excellents produits, mais qui ne sont pas adaptés aux constructions bois au sens normatif du terme. Le plus souvent, ils ont été mis au point pour satisfaire au marché des constructions à murs perspirants. Pour cette utilisation marginale, il convient de maîtriser parfaitement la perméance des matériaux composant les murs. A ce jour, cette maîtrise ne peut être assurée et c'est la raison pour laquelle ce type de construction n'est pas reconnue dans le DTU-31-2 Construction à ossature bois.

La valeur Sd de ces films est variable, de quelques dizaines de centimètres à moins de 5 mètres. Ils ne peuvent donc pas assurer le rôle de pare vapeur. A terme, ils peuvent générer des pathologies importantes à l'intérieur de la paroi (pourritures).


Quelques marques de pare-vapeur à titre d'exemple (liste non exhaustive)

Marque Modèle Sd -mètres
AMPACK Ampatex DB9 23
DORKEN Delta réflex 150
Delta Fol PVB 78
Delta Fol WS 40
Delta Fol DBF 20
BWK BDS 107 107
DUPONT AIR GUARD 2000
UBBINK Par'Reflex Alu 102
Protec'Vap 33
SOPREMA Sopravap Kraft 18
Sopravap Visio 18
ALUFLEX 158
WURTH DB 20 20
DS 100 110


En gros pour un particulier 1.8 euro / m² par rouleau de 150 m²

Publié par Thibault il y a 10 ans

Merci Boisphile pour cette réponse plus qu'étayée et pour les références…

Mais je voudrais être sur de bien comprendre la fonction du pare vapeur pour mon cas, parce que je m'aperçois que c'est pas évident. (je ne remet rien en question, je ne veux pas ouvrir de débat, je veux juste comprendre pour bien faire).

Dans le cas de maisons ossature bois, je comprend son utilité; si je résume, il s'agit d'empêcher la vapeur d'eau (chauffage + activité humaine) de se transmettre de l'intérieur d'une pièce vers les éléments bois constitutifs de la paroi, et ainsi éviter moisissures et détériorations accélérées du bois.
(dites-moi si je me trompe…)

Dans mon cas, immeuble parisien ancien, 6ème étage, sol carrelé, en mettant un pare-vapeur sur mon sol, est-ce pour protéger mon complexe parquet-lambourdes des remontées humides de mes voisins du dessous et de l'humidité résiduelle constante des murs et de la dalle?
Si j'ai bien compris, du fait de la vitrification du parquet cette vapeur ne transiterait pas naturellement à travers lambourdes et parquet mais se trouverait bloquée?
Mais alors dans ce cas en employant le pare-vapeur, qu'advient-il de la vapeur bloquée entre mon sol carrelé et le pare vapeur?

Désolé si ces questions paraissent idiotes ou ont déjà été posées, et merci pour vos réponses.

Thibault

Publié par sdiop il y a 10 ans

Bonjour,

je me permets d'intervenir sur ce fil de discutions car j'envisageais un projet analogue.
J'aurais cependant deux questions supplémentaires:

Sur un support continue avec des lambourdes en CTBX, quel type de clous faut-il utiliser ( longueur)?

Le collage en plein de parquet massifs d'épaisseurs 23mm est-il vraiment déconseillé?


Merci à Thibault pour ce post et à Boisphile pour ces réponses toujours très précises!

Publié par Thibault il y a 10 ans

Salut

je ravive le post, notamment pour déclencher des réponses à mes dernières questions.

sdiop, le collage en plein de parquet massifs d'épaisseurs 23mm est déconseillé dans la mesure ou un parquet de cette épaisseur travaillera beaucoup plus et finira par se décoller et tuiler (si j'ai bien compris).
Si tu compares, les parquets massifs "à coller" ont des lames plus larges moins épaisses, un système de rainures languettes similaire au clip du parquet flottant et ont un motif nervuré sur la sous-face à coller. Toutes ces précautions sont faites pour optimiser son collage et l'empêcher de tuiler.

Pour les clous, je dirais qu'il faut adapter la longueur en fonction de l'épaisseur de la lambourde.
(c'est du moins ce que je m'apprête à faire, parce que sur le principe dans mon cas des clous de 50 traverseraient mes lambourdes).

Thibault

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 10 ans

Il faut savoir qu'en moyenne (mais c'est une moyenne) une famille de 4 personnes + les activités de l'habitation + les plantes + les lavages de sol etc produisent la valeur d'un seau d'eau par 24 heures. C'est vapeur doit s'évacuer. Pour cela elle traverse les matériaux poreux. Si vous laissez votre paquet respirer, pas besoin de PV mais si vous l'empêchez de respirer, il faut aussi empêcher la vapeur d'eau de passer, dans un sens ou un autre, il ne faut pas la piéger dans les bois.
C'est pour cela que nos grands parents laissaient le parquet brut ou le cirait

Publié par sdiop il y a 10 ans

Merci pour ces informations Boisphile et Thibault!!!
j'ai faillit faire l'erreur de collé un parquet de forte épaisseur car je me fié aux performances donnés par les fabricants de colle et certains vendeurs de parquet...

Une question en amenant d'autres:
* jusqu'à quelle épaisseur de lame la technique "collée" est elle envisageable?
* boisphil, il y a t'il un risque quelconque à laisser un parquet brut? je pose la question car on parle systématiquement de finition pour un parquet alors que finalement plus le bois "respire" mieux s'est.

Publié par Thibault il y a 10 ans

Salut

Je suis allé chercher ma commande ce matin.
J'ai donc pris pour le PV du Delta Fol DBF et du Phaltex.
Je commence la pose la semaine prochaine.

* jusqu'à quelle épaisseur de lame la technique "collée" est elle envisageable?
comme je le dis dans mon premier message pour une pose collée de massif, on m'a conseillé ce type de produit destiné à une pose collée :
- parquet chêne massif à coller type Sonate de chez Panaget 14 mm 4 chanfreins, en lames de 90 ou 140 mm
(http://www.panaget.com/fr/la-gamme-de-parquets/la-collection-panaget/gamme/sonate/teinte/finitions-teintees-claires/finition/huile-blanche/index.html)

Pour ce qui est de la question du parquet brut, je dirais que la finition a deux rôles, obtenir une teinte désirée ainsi qu'un fini plus "sophistiqué" mais surtout s'affranchir des taches.

Mais je vais laisser les pros répondre.

Thibault

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 10 ans

Pour collage en plein, épaisseur 14 – 15 mm et de bonne qualité.
OUI, Panaget, La Berrichonne sont de bonne qualité

Publié par yanlaquenelle il y a 10 ans

Bonjour,
même projet dans les jours qui viennent :
parquet chataignier 23mm cloué sur lambourdes 37mm, sur une ancienne tomette + film polyane pour éviter les remontées humides de la cave.

Le vendeur me conseille de clouer sur lambourdes flottantes pour permettre au bois de faire ce qu'il veut, qu'il ne faut surtout pas fixer les lambourdes. (c'est pourtant ce que tout le monde fait, ou presque)
d'autres personnes disent au contraire qu'il faut fixer les lambourdes pour éviter que le bois ne travaille trop.

Difficile de se décider, même si la pose sur lambourdes fixes me semble + aisée.
d'autres avis? Merci.

Autre question : je ne comprend pas très bien cette histoire d'entailles sous les lambourdes? Comment? Pourquoi? merci

(Pour le clouage, ou m'a conseillé des pointes torsadées têtes plates de 60mm. ça me semble pas mal pour bien tenir les lames aux lambourdes, plutôt que les têtes homme.)

yanlaquenelle

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 10 ans

Dans certains cas il faut fixer les lambourdes, dans d'autres non. Dans votre cas, vous n'avez pas intérêt car vous perdriez l'étanchéité du sol.
Pour éviter que le bois travaille, comme vous posez sur du carrelage, vous n'êtes pas obligé de prendre du bois massif, dans ce cas il est préférable de prendre des bandes de contreplaqué CTBX en 25 mm par exemple et là, plus de problème.
Pour la fixation, oui, c'est un vieux truc de compagnon de clouer avec des pointes TP à condition de bien les chasser dans l'angle de la languette. Par contre ne dépassez pas du 2 x 45, cela suffit.

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Pose parquet massif sur carrelage

Publié par Gunus812

2 réponses
2000 vues
0 like

Parquet massif : pose collée sur carrelage

Publié par Canardo

4 réponses
4909 vues
0 like

Pose d'un parquet massif sur carrelage.

Publié par cold.apok

4 réponses
1482 vues
0 like

Pose collée du parquet massif sur carrelage

Publié par Vincent59

0 réponse
1214 vues
0 like

Pose d'un parquet massif sur du carrelage

Publié par JcC

0 réponse
2122 vues
0 like