Plancher apparent formant diaphragme

Publié par MBL il y a 11 ans

La question est dans le titre, comment faire un plancher apparent formant diaphragme?

 

Dans une MOB le plancher en OSB forme un plan rigide nécessaire au contreventement de la maison. Comme c’est moche on met dessous un faux plafond en placo qui permet de gérer le feu, les réseaux et l’acoustique.

 

Le problème c’est comment faire autrement?

 

Dans une maison en pierre les murs sont auto stables et on a pas besoin que le plancher participe au contreventement, donc pas de problème. Pour une maison neuve, on a toujours besoin que le plancher forme diaphragme et c’est là mon problème, j’ai l’impression que personne ne s’est posé la question avant moi.

 

L’idée de base :

-on visse un OSB vissé à travers un plancher bois (le plancher bois pour faire joli, l’OSB pour le contreventement). Est-ce que ça se fait couramment?

 

Les éléments complémentaires :

-on noie toutes les canalisation dans une chape lourde de béton de chaux de 5cm sur l’OSB (puisque les câbles ne peuvent pas passer dans le faux plafond et pour gérer les bruits aériens).

-On pose un plancher massif cloué sur lambourdes flottantes avec interposition d’un feutre, liège ou autre (pour avoir une surface praticable, propre et gérer les bruits d’impact.

 

Le dimensionnement :

-plancher et OSB font double emploi, c’est le plancher ou l’OSB qui reprend les charges verticales en fonctions de leurs épaisseurs respectives. Soit on met un lambris casto et un OSB épais par-dessus soit on met des planches d’épaisseur normale (25mm) et un OSB fin dessus.

-mon projet c’est planches non rainurées, non rabotées car moins cher que lambris. Dans ce cas ce n’est plus l’OSB qui détermine l’entraxe des solives mais l’épaisseur des planches (beaucoup plus rigide qu’un OSB).

-j’arrive à un espacement de solives de 125cm pour un plancher de 5cm d’épaisseur !?! Les solives sont en 15cmx25cm de haut pour 3m50 de portée environ, c'est-à-dire de fois plus espacées donc deux fois plus larges que la normale. L’intérêt est de pouvoir porter des cloisons écolos lourdes (15cm en chanvre chaux +enduit soit 100kg/m2 de cloison au lieu de 25kg/m2 pour placo) et de garder une section et un espacement constant. C’est dans mon cas la solution la plus économique pour un plancher apparent. Comme je n’ai vu personne ayant fait ça, si ça ne marche pas je veux bien qu’on me le dise.

-enfin, j’ai dimensionné mes planches pour une charge ponctuelle de 200 kg (pas de rainures), du coup si je les écarte plus ça ne change rien.

-j’ai donc prévu d’écarter les planche de 17,5cm*5cm suivant un entraxe de 40cm, ce qui me laisse un vide de 22.5cm entres planches pour faire un plancher provençal (voir http://www.canosmose.com/procede/ciel.htm ).

-je prévois du coup un OSB de 15 mm en plaque de 125cm*250cm recoupé à 240cm posé sur 4 cotés avec des morceau de planches de 10cm*5cm en 22.5cm, clouées sur les solives, pour faire support des grands cotés. La longueur de la maison à 1 étage est de 12 mètres sans refends, les pignons en structures GREB (bois paille mortier assure seule le contreventement).

 

Quelques questions pour les experts des planchers bois:

-Tout cela vous semble t’il complètement farfelu ?

-Existe-t-il des plaques d’OSB rainurées en 125cm de large ?

-Le collage entre panneaux est il sensé assurer le monolithisme du plancher ou juste améliorer le comportement d’ensemble ?

-Faut-il bien comme je le pense privilégier les panneaux les plus grands possible pour un plancher formant diaphragme ou est il au contraire préférable de mettre des petit panneaux à rainures et languettes pour avoir un collage correct qui assure le monolithisme ?

-Dans le cas de panneaux OSB à bord droit faut il prévoir juste 2mm entre panneaux ( il y a blocage périphérique) ou dois-je mettre 5mm pour pouvoir faire rentrer le mastic d’étanchéité?

-Les panneaux seraient posés à coupe de pierre mais perpendiculairement à la grande portée du diaphragme donc la pose à coupe de pierre ne sert à rien vis-à-vis du cisaillement. Est-ce un problème ?

 

Je joins un fichier Autocad pour qu’on puisse y comprendre quelque chose.

 

Merci d’avance si quelqu’un se sent de répondre à mes états d’âme.

 

MBL

 

 

 

Publié par MBL il y a 11 ans

Le fichier oublié:

http://dl.free.fr/rrVoAS3sC

MBL

Publié par kbferrand il y a 11 ans

fououiouille, t'as pas une aspirine là?
je n'ai franchement pas comprit grand chose à tout cela, mais un entraxe de solive de 125, même avec tout ce que tu voudras mettre par dessus, ça va pas le faire. Il faudrait des sections de malade pour compenser l'écart et même si tes planches sont plus rigide(ce qui reste à prouver) qu'un osb, la charge globale se retrouve toujours assumé par tes solives et la tu charge la mule inutilement, (planche, osb, dalle, lambourde, parquet...)
désolé mais oui, ça me semble farfelu et plus qu'imprudent. Cependant, il est toujours bien de se poser des questions du genre pourqoui on peut pas faire autrement c'est ce qui fait avancer le schmilblick.

Publié par MBL il y a 11 ans

Salut,

Avec un plancher de 5cm d'épais (en planche de coffrage) et des solives de 25x15cm, il n'y a pas de problème pour reprendre les charges verticales. J'ai calculé les section en flèche au 1/400émé isostatique et j'ai vérifié les contraintes. l'OSB porte sur 40 cm entraxe et 22,5 cm entre nu donc rien d'extraordinaire au niveau statique.

Mon souci, c'est surtout le fonctionnement du diaphragme.

A+

Publié par MBL il y a 11 ans

Pas de réponse?
On va simplifier la question: comment vous faites un plancher apparent sur une MOB où celui-ci doit assurer le contreventement?

MBL

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 11 ans

Je n’ai pas tout lu, trop long ……….. mais j’ai vu au passage, chape lourde, ça me suffit pour arrêter la lecture.
On ne fait pas de chape béton sur plancher bois. Les planchers bois ne doivent être mis en œuvre que lorsqu’il n’y a plus de risque de ré-humidification. Avec une chape béton, c’est raté !!!

Publié par MBL il y a 11 ans

Au départ j'étais partit sur une dalle béton bois, mais pour 3m50 de portée, c'est vraiment ridicule.
J'ai donc supprimé les connecteurs le ciment et le ferraillage.
Une chape lourde ça marche quand c'est du bois béton, ça marche plus quand c'est une chappe à la chaux, OK, pourquoi pas...

Je change donc la question comment vous faites un plancher apparent assurant le contreventement?
Merci d'avance si quelqu'un a une réponse.

MBL

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 11 ans

Il faut faire un plancher plateforme, c’est-à-dire qui repose sur les murs du RCH.
Le solivage, les solives d’abouts et solives de rives étant fixées entre elles et fixées sur le chaînage.
Les dalles sont ensuite posées comme pour un plancher traditionnel, petites rives supportées et fixées, assemblages collés, fixation par vis entraxes 150 mm sur les petites rives et 300 mm en parties courante et se limiter à une trémie d’escalier, par exemple exclure la mezzanine qui ne ferait qu’une surface partielle.
Cela étant, vous n’aurez réalisé qu’un diaphragme horizontal, ce qui ne dispense pas du calcul des contreventements de murs, des ancrages au sol et de l’excentricité éventuelle.
Ne pas oublier la fragmentation par surface de 30 m² maxi dont la plus grande longueur ne doit pas dépasser 7 mètres.
Comme on est en plancher plateforme et que le jeu périphérique ne peut pas exister, il faut penser à le faire en partie courante.
Bien sur les panneaux à bords droit ne conviennent pas.

Publié par MBL il y a 11 ans

Merci pour cette réponse.

Quand vous dites les panneaux à bord droit ne conviennent pas, si on les posent sur 4 cotés avec joint de 4mm et vis tout les 15cm, on fait un plancher comme les murs et ça marche aussi non?

MBL

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 11 ans

Oui ! mais c’est chiant et ça vous interdit les revêtements souples et les revêtements collés et du coup, il faut calculer les charges à reprendre, comme un contreventement de mur. Mais bon ! c’est vous qui voyez ……………..Par contre, c’est un plancher, donc le sens long des panneaux perpendiculaire aux solivage.

Mistoukwak

Publié par Mistoukwak il y a 11 ans

Bonjour,
Je me permet de rebondir sur le sujet car je n'ai pas vraiment saisi en quoi une chape lourde est incompatible avec un plancher bois.
En effet, il ne faut pas de reprise possible d'humidité dans le bois et on comprend tous pourquoi.
Cependant, sous réserves de prendre certaines précautions :
- film étanche (type polyane) sur les panneaux avec remonté le long des murs au dessus du niveau de la dalle
- gestion des angles avec produits type salle de bain (coin étanche tout fait)
- ouverture à tout vent pendant la phase de séchage
Je ne comprend pas ce qui ferait reprendre de l'humidité à la dalle bois ?
Merci pour vos éclaircissements.
Mistoukwak

Mistoukwak

Publié par Mistoukwak il y a 11 ans

Je rajoute, après quelque recherche complémentaire sur le sujet, qu'au lieu de poser un film étanche avant de couler la dalle certains préconisent de mettre une couche absorbante isolante (par ex chenevotte + chaux aérienne sur qq cm.).
Cette couche en plus de renforcer l'isolation absorbera le surplus d'eau de la dalle.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 11 ans

Les dizaines de litres d'eau qui sont contenus dans le béton, doivent bien s'en aller quelque part ………… Hors ici, nous sommes dans une MOB et cette humidité va s'en aller dans les murs, c'est inévitable.
Il y a des retours d'expérience nombreux dans ce domaine et c'est pourquoi, dès la sortie du DTU 31-2, il y a plus de 20 ans, cette clause a été précisée et ce n'est pas en vain. Dans un lotissement, des planchers ont été fait et une chape béton a été coulée ensuite, les murs ont été poussés de 7 centimètres, ça fait réfléchir, surtout sur 11 maisons ………………..

Mistoukwak

Publié par Mistoukwak il y a 11 ans

Bonjour,

Je suis OK avec vous sur le fait qu'il ne faut pas faire n'importe quoi.
Et effectivement ce retour d'expérience fait réfléchir.
Je comprend d'ailleurs que ce soit interdit aux professionnels pour ces raisons.

En fait ma remarque portait plutôt sur l'autoconstructeur qui a moins de contraintes et peut donc mettre en place certaines précautions.
L'intérêt fondamental étant d'amener de l'inertie au sol pour gérer les apports solaires dans une MOB (au sens large).

On est d'accord sur le fait que l'humidité doit bien aller qq part.
Mais pourquoi elle n'irait pas dehors ?
Si la ventilation est correcte, (on peut même imaginer faire tourner une ou plusieurs vmc à fond qq jours pour gérer expulser cette humidité), il n'y a pas de raisons qu'elle migre dans les murs ou du moins pas dans des quantité pharaoniques.
On peut aussi dans le cas d'un béton de chaux le faire assez sec. Il sera plus dur à tirer mais rejettera moins d'humidité. Surtout si on dispose une couche absorbante (et isolante) dessous.
On peut même imaginer couler cette dalle juste après la pose de l'OSB et avant même de monter le premier mur. (ce qui est évidement impossible pour un professionnel qui n'a pas les mêmes contraintes de temps).
Dans ce cas l'humidité ne peut que s'en aller.

Encore merci pour votre avis.
Et félicitations pour votre blog qui est à mon sens LA référence technique gratuite sur le web.

Mistoukwak

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Calcul d'un Diaphragme de plancher?

Publié par Seb85

1 réponse
1755 vues
0 like

plancher avec solivage apparent

Publié par chironimo

4 réponses
1388 vues
0 like

SOLIVAGE APPARENT

Publié par Sebastien03260

0 réponse
1971 vues
0 like

plancher en bois avec solivage apparent

Publié par chokofraises

0 réponse
1293 vues
0 like

Plancher sur solivage apparent sur maçonnerie

Publié par Sablotin

4 réponses
2475 vues
0 like