Pose plancher sapin sur plancher existant

Publié par Jean-François il y a 14 ans

Bonjour,

tout d'abord merci aux habitués du forum pour leurs échanges très pertinents, on apprend beaucoup même sans poster de message. Ayant un problème peut-être spécifique, je suis à la recherche d'un avis éclairé. Je me permets de faire un message un peu long pour donner tous les détails techniques, afin d'éviter les imprécisions et échanges à rallonge.

je souhaite réaliser un plancher massif en combles dans le cadre d'une rénovation assez importante. Le support existant est un faux plancher en voliges sapin à recouvrement (lames d'environ 20 cm de large par 4 m de long, épaisseur 16 mm raboté) , cloué par pointes crantées de 7 cm environ,  sur solives sapin 22*14 cm avec entraxes de 54 cm environ. La surface au sol représente environ 4,4 m * 11 m. Le parquet devrait être du sapin (lames de 13,5 cm * 20,5 mm épaisseur en 2 m de long. Usage : salle de jeux ou chambres d'enfants (petits et plutôt remuants).

Mes contraintes principales sont (par ordre d'importance) : 
- une isolation phonique correcte, notamment aux bruits d'impact 
-  l'épaisseur du plancher, que je souhaite la plus petite possible pour des raisons de place sous toiture (disons environ 50 mm, moins si possible),
- cloisonnement léger que je souhaite facilement modifiable après quelques années.

J'envisage la pose du plancher en vissé sur lambourdes reposant sur une bande résiliente, type PHALTEX 7 mm ou feutre bitumé type ASSOUR (ep 3 mm). Je souhaiterais ne pas solidariser les lambourdes avec le faux plancher existant afin de ne pas transmettre les bruits d'impact en dessous, mais éventuellement solidariser les lambourdes entre elles par des traverses afin de donner la rigidité suffisante avant fixation du parquet. Lambourdes perpendiculaires aux solives, donc dans l'axe du faux plancher existant (longueur du rectangle 4,4 * 11).

A priori je comptais prendre des lambourdes de 27*40 (25*40 en réalité) espacées de 30 à 40 cm. L'espace libre permettra de faire circuler quelques gaines électricité. Il devrait être comblé avec de la laine de roche, ou de la laine de verre phonique type SONIROLL, pour les bruits aériens et la résonnance aux bruits de pas. (NB : les solives 14*22 et les voliges restant apparentes, pas d'isolation phonique possible en plafond...)

Les questions que je me pose sont les suivantes :
- ce montage est-il conforme aux règles de l'art ?
- sera-t-il efficace pour les objectifs visés ?
- pourrais-je descendre à 20 mm d'épaisseur de lambourdes sans les solidariser du support existant ?
- deux cloisons légères doivent être montées dans le sens de la largeur (4,4 m) (BA13 + laine verre phonique + BA13 sur rails), a priori au droit de solives 14*22. Puis-je les monter sur le futur plancher ne tenant que par son propre poids, faut-il ancrer ce plancher au minimim, ou bien ancrer les cloisons dans le faux plancher existant + solives et réaliser ensuite le plancher ?

Bref, beaucoup de questions que je me pose déjà depuis assez longtemps mais sans avoir beaucoup de réponses satisfaisantes, y compris auprès de professionnels qui semblent trouver cette réalisation un peu compliquée !

si c'était trop compliqué, je mettrais en "flottant" une couche résiliente type PHALTEX 7 mm (ou ISOLEM en fibres de pin des landes), (+de l'agglo de 19mm si ça apporte quelque chose) et un parquet-clic, mais le massif c'est quand même plus sympa et chaleureux...

Quelqu'un peut-il m'aider à avoir les bonnes réponses ?

Merci d'avance. 

  Jean-François

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 ans

Bonjour Jean-François,

Effectivement, beaucoup de questions, mais au moins votre description et vos souhaits son bien exprimés, je pense que vous avez du lite attentivement les autres posts.
Votre affaire est assez facile à solutionner, mais deux choses me préoccupent.
- Les cloisons que vous dites légères, c'est quand même 60kg/ ml de charge concentrée.
Par ailleurs, ces cloisons devraient être montées sur le plancher existant, le doublage venant contre, mais si vous souhaitez les déplacer dans le futur, on va devoir changer de formule.
- Le second problème c'est la migration de la vapeur d'eau qui, pour l'instant, passe librement de l'étage inférieur vers le comble pour s'évacuer vers l'extérieur.
Les différents systèmes d'isolation, voire le revêtement de sol (dont vous n'avez pas parlé) vont bloquer et stocker cette vapeur d'eau dans les solives, le plancher et l'isolation, causant dans les années qui suivent des dégradations et des moisissures.

Cela étant, je vous propose le mode opératoire suivant :
Tout d'abord, fonction des éléments transmis, les solives sont en mesure de reprendre la totalité des charges additionnelles pour une flèche relative de 1/400é.
Etendez au sol un film étanche pare-vapeur en recouvrant largement les lés;
En ce qui concerne les lambourdes, les sections que vous annoncez ne sont pas correctes, posées en flottant sur isolation, la largeur minimale est 80 mm, mais 100 mm est idéale.
Donc, comme dans le post précédent de Julien, faites simple, dans une grande surface, faites découper des bandes de contreplaqué de la largeur des bandes Paltex que vous aurez trouvé et
de 20 mm d'épaisseur.
E
xigez un multiplis (au moins 7 plis) qualité Extérieure Okoumé type S (structurel) ou marqué CTBX à l'exclusion de tout autre pseudo WBP ou équivalent Russe etc.
Agrafez la bande Phaltex sur l'une des faces des bandes de C/P. (juste pour la maintenir en place)
Positionnez vos lambourdes dans le sens des voliges, donc perpendiculairement aux solives avec un entraxe de 450 mm que vous maintenez provisoirement en clouant des liteaux en travers.
La faible épaisseur des lambourdes vous oblige à utiliser un isolant en flocons, de préférence une laine de roche, que vous épandrez entre les lambourdes que vous laissez flottantes.
Il ne vous restera en suite qu'à fixer vos lames à plancher (que vous aurez stoké au moins 8 jours à l'avance dans la pièce sans les déballer) dans le sens des 4m40 sur les lambourdes.
De fait, vos cloisons reposerons sur le plancher perpendiculairement aux lambourdes et leur poides sera donc réparti correctement.

La laine de roche isolera des bruits aériens et la bande Phaltex des bruits d'impacts.

Par contre ce type de pose ne permet pas l'isolation phonique latérale d'une pièce à l'autre, qui se transmettra par le plancher qui est "filant".

A vous de jouer .

Boisphilement votre.

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

pose parquet chene 23mm sur pplancher sapin existant

Publié par DenisT

1 réponse
2436 vues
0 like

pose plancher sur plancher existant

Publié par lolo55

2 réponses
1105 vues
0 like

Pose de parquet sur plancher existant

Publié par XabiX

1 réponse
1593 vues
0 like

plancher en sapin

Publié par chti1

1 réponse
1052 vues
0 like

Pose d'un nouveau plancher sur plancher existant

Publié par AlexisC

0 réponse
1898 vues
0 like