plancher bois sur la dalle béton isolée sur vide sanitaire ventilé

plancher bois sur la dalle béton isolée sur vide sanitaire ventilé

il y a 3 mois

Bonjour,


Je crée une extension de 5*4m. La réception se fera en hors d'eau/air.

Je souhaite poser un plancher bois sur la dalle béton isolée sur vide sanitaire ventilé.


Il y aura partant de la dalle : un polyane sur la dalle, laine de roche entre lambourdes flottantes h70*4,5 mm, OSB 18, stratifié flottant.



Les murs en ossature bois seront isolés avec 145mm de ouate de cellulose soufflée entre montant et un doublage isolé 2*45 laine de bois enfermée dans une ossature métallique+ Ba13( total doublage 100mm)


Malgré la lecture du blogue de Boisphile et de quelques post sur le forum, il me reste quelques questions, notamment parce que la dalle est isolée.


1/Le doublage doit-il se poser :

A/ sur la dalle ? Au quel cas le polyane est percé par les fixation de l'ossature métallique avec risque de remontée d'humidité il me semble.

B/ sur le plancher bois ? Auquel cas les lambourdes et cours de lambourdes doivent elles être, en aplombs de la cloison ou contre le mur ? (et donc écartée de 40mm à l'intérieur de la cloison)

C/ Si les 2 solutions sont faisable, laquelle est préférable et pourquoi ?


2/ entraxes de 500 pour les lambourdes et OSB 3 18mm?


3/ Comme la dalle est isolée, faut-il mettre un PV sur l'OSB ?


4/ Les murs 145mm isolés ayant un PV est-il nécessaire d'en ajouter un sous le placo ?



Merci par avance de votre aide.






5 réponses

1-5 sur 5 réponses
1/1
1. plancher bois sur la dalle béton isolée sur vide sanitaire ventilé il y a 3 mois

Où placez-vous les film pare-vapeur ?

2. plancher bois sur la dalle béton isolée sur vide sanitaire ventilé il y a 3 mois

Les films frein vapeurs sont posés par le constructeur entre les montants et le contrelatage vertical de l'ossature bois.

3. plancher bois sur la dalle béton isolée sur vide sanitaire ventilé il y a 3 mois

Mais du coup, il ne respecte pas les 1/3 - 2/3 pour l'isolation et de plus, la ouate insufflée est une erreur dans le mesure ou elle finit par se tasser dans le temps en créant des vides en haut des alvéole qui sont autant de pont thermiques. Raison pour laquelle on demande de n'utiliser que des isolants en panneaux semi-rigide avec surcote de 5 mm.

Extrait du DTU :

9.3.1.3 Mise en oeuvre des isolants semi-rigides entre montants d’ossature

Les isolants insérés entre montants doivent être semi-rigides.

L’épaisseur maximale des isolants doit correspondre à la largeur des montants.

Les largeurs et hauteur des isolants doivent correspondre aux dimensions de la cavité augmentée de

5 mm avec une tolérance de 0 à + 5 mm sur cette surcote, de manière à réaliser un contact continu entre

l’ossature et l’isolant sur toute la périphérie.

L’isolant doit être porté en partie basse. La hauteur des cavités à remplir d’isolant ne doit pas dépasser

3.00 m pour limiter le risque de tassement. Pour des cavités de hauteur supérieure à 3.00 m, une

entretoise supportant le poids de l’isolant et fixée mécaniquement aux montants d’ossature doit être mise

en oeuvre.

Dans le cas d’isolants comportant un revêtement (surfaçage), celui-ci doit être positionné côté ambiance

intérieure du local.

NOTE Les revêtements et surfaçages des isolants même jointoyés ne peuvent pas être considérés comme

système pare-vapeur au sens du présent document.

Si le surfaçage de l’isolant a une perméabilité à la vapeur d’eau telle que la valeur Sd du revêtement soit

supérieure à 0,18 m, l’isolant doit être posé en une seule couche.

Lorsque deux couches d’isolant sont prévues, la couche située entre les montants, coté extérieur, ne doit

pas comporter de surfaçage ou comporter un surfaçage perméable à la vapeur d'eau (tel que sa valeur Sd

soit inférieure ou égale à 0,18 m).

9.3.1.5 Mise en oeuvre d’un complément d’isolation intérieur

L'isolant doit être maintenu par une contre-ossature, en bois ou en métal.

NOTE Cette contre ossature intérieure peut être utilisée comme support pour le parement intérieur (plaque

de plâtre, lambris, etc.). De fait, les dimensions et la nature de cette contre ossature satisfont à minima aux exigences des différents NF DTU relatifs au type de parement intérieur (NF DTU 25.41 pour les ouvrages en plaques de plâtre et NF DTU 36.2 pour les parements en bois).

Dans le cas d’isolants comportant un revêtement, celui-ci doit être positionné vers le côté intérieur de la

paroi. Si le revêtement de l’isolant a une perméabilité à la vapeur d’eau telle que la valeur Sd du revêtement soit inférieure ou égale à 0,18 m, l’isolant doit être posé en une seule couche.

Les isolants insérés entre les contre-ossatures doivent être semi-rigides.

L’épaisseur maximale des isolants doit correspondre à la largeur des contre ossatures et leur mise en

oeuvre est analogue à celle décrite ci-dessus au 9.3.1.3. Il ne doit pas y avoir de discontinuité dans la mise

en oeuvre.

La surface de l’isolant ne doit pas émerger du nu intérieur de la contre-ossature.

L’espacement entre deux éléments de la contre-ossature doit être inférieur ou égal à 600 mm.

Quelle que soit la valeur de la perméance de la barrière à la diffusion de vapeur d’eau du mur, l’épaisseur

de l’isolant de doublage intérieur doit être limitée de façon à ce que sa résistance thermique soit toujours

inférieure ou égale à la moitié de celle de l'isolant du mur (règle dite des 2/3 - 1/3) tout en restant

inférieure à 100 mm (voir figure 8).




4. plancher bois sur la dalle béton isolée sur vide sanitaire ventilé il y a 3 mois

Merci pour ces précisions.


C'est moi qui est décidé de mettre 2*45 sans penser à la règle des 2/3-1/3

Je vais faire changer la ouate de cellulose par de la fibre de bois.


Si j'ai bien compris :

145 de FB entre les montants, PV et 70 de FB max par dessus.


Pour une question de planéité et pont thermique, j'ai opté pour l'utilisation de la solution Optima d'isover.

La lisse basse métallique doit être fixée au sol, ce qui me ramène au questionnement initial :


1/Le doublage doit-il se poser :

A/ sur la dalle ? Au quel cas le polyane est percé par les fixation de l'ossature métallique avec risque de remontée d'humidité il me semble.

B/ sur le plancher bois ? Auquel cas les lambourdes et cours de lambourdes doivent elles être, en aplombs de la cloison ou contre le mur ? (et donc écartée de 40mm à l'intérieur de la cloison)

C/ Si les 2 solutions sont faisable, laquelle est préférable et pourquoi ?


EDIT la dalle étant isolée sur vide sanitaire le polyane est-il tout de même nécessaire


2/ entraxes de 500 pour les lambourdes et OSB 3 18mm?


3/ Comme la dalle est isolée, faut-il mettre un PV sur l'OSB ?


Merci encore de votre aide

5. plancher bois sur la dalle béton isolée sur vide sanitaire ventilé il y a 3 mois

Attention, les 2/3 - 1/3 ne sont pas en épaisseur mais en "R", ce qui veut dire que c'est l'ensemble des matériaux qui s'additionnent et pas seulement les isolants.

1) Dans la mesure où le VS est correctement ventilé, le polyane devrait être inutile, mais si ce n'est pas le cas, il est toujours possible de fixer le rail sur une semelle en liège.

2) NON, pour des entraxes de 417 ou 500 le 22mm est nécessaire.

3) Il faut calculer où se situe le point de rosée.

1-5 sur 5 réponses
1/1

Votre message :

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Nouvelle discussion

Vous n'avez pas trouvé les réponses à vos questions ?

Créer une discussion