plancher en CTBH avec des entraxes irréguliers

Publié par cedkt31 il y a 5 ans

Bonjour,

J'ai un petit soucis pour mon plancher de l'étage. Les solives ont été posées pour des raisons techniques avec un entraxe irrégulier. Donc pour la pose du plancher en CTBH rainuré bouveté, je vois deux options :
- soit les panneaux sont posés comme ça vient et les jonctions entre 2 plaques se retrouvent souvent entre 2 solives.
- soit on coupe les panneaux pour que la jonction tombe sur les solives mais cela fait plus de chutes et on perd le rainurage.

Je penche pour la deuxième solution, mon charpentier pour la première... Que disent les fameux DTU? Si quelqu'un avait un extrait à me fournir, ça m'aiderait à argumenter face au professionnels qui ne respectent pas toujours les règles.

Merci d'avance,
CED

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 5 ans

Les deux solutions sont mauvaises et si votre charpentier était un vrai professionnel il ne vous proposerait pas de poser à joints perdus.

L'assemblage en "H" majuscule formé par les deux grandes rives des dalles adjacentes et les petites rives non supportées fait perdre 20% de capacité porteuse, c'est un point faible caractérisé.

Recouper les dalles est une galère car il faut laisser un jeu entre chaque dalle et vous perdez la continuité de la transmission des charges horizontales et créez des zones qui se remplissent très vite de poussières etc ………

La solution optimale est bien sur de lambourder perpendiculairement aux solives pour retrouver des entraxes réguliers.

Par contre, vous ne dites rien sur la portée, section et entraxes des solives pour contrôle, parce qu'un charpentier qui donne de telles réponses m'inquiète quelque peu ……………..

Pour le DTU 51-3 (dont je fais partie) voici un extrait que je vous transmets en tant que document de travail :

5.1.5 Exécution des ouvrages

5.1.5.1 Appuis

Les lames à planchers, planches ou panneaux doivent reposer sur 3 appuis au moins.

L’entraxe des solives doit être un sous-multiple de la longueur des panneaux retenus et éventuellement de celle des lames pour que les petits côtés de ceux-ci soient supportés.

L’épaisseur des lames à planchers, planches ou panneaux est déterminée en fonction de l’entraxe des solives et des charges à prendre en compte. Voir Annexe A.

Les lames et planches sont mises en œuvre bord à bord (pose dite jointive) et à joints décalés.

Les panneaux sont posés à joints décalés (pose dite à coupe de pierre).

Selon la nature du revêtement de sol, ils sont posés :

— à bord jointif, cas des chants rainurés, dans ce cas, les dalles constituant le plancher d’une même pièce sont disposées de telle manière qu’un espace de 10 mm soit prévu sur toute la périphérie de la pièce et éventuellement aux zones de fractionnement.

— avec un jeu entre chaque panneau, cas des chants droits, dans ce cas un joint de l’ordre de 1 à 1,5 mm par mètre dans les deux sens est prévu à la périphérie de chaque panneau.

Dans tous les cas, les rives des panneaux parallèles aux appuis doivent reposer sur un support continu. Les rives perpendiculaires doivent être soit supportées, soit usinées et assemblées, afin que la jonction entre les panneaux permette la transmission des charges et satisfasse aux conditions de résistance prévues en partie courante.

NOTE En dehors de l’obligation (5.1.3.1), il est conseillé de coller les panneaux entre eux.

Le recouvrement sur les appuis doit être de 18 mm au minimum, 20 mm étant conseillé.

En raison de l’impératif de pose à coupe de pierre, la pose sur deux appuis est exceptionnellement admise sur des petites surfaces.

5.1.5.2 Fixations

Dans le cas d’une fixation par clouage ou agrafage, l’espacement maximal des pointes est de 150 mm sur les appuis périphériques et de 300 mm en partie courante et à une distance minimale de 8 mm des rives, 10 mm étant conseillé.

Ce clouage est complété par un vissage aux 4 angles du panneau et à mi-longueur, sauf disposition particulières (pointes spéciales ou nature des bois des solivages).

Dans le cas d’une fixation par vissage, les mêmes espacements sont respectés.

Les vis pointes ou agrafes sont enfoncées de telle sorte que l’emplacement de leur tête soit noyé et, dans le cas de sols minces mastiqués et le cas échéant, poncé.

5.1.5.3 Autres prescriptions d’exécution

Dans le cas de pose à bords jointifs collés ou non, la surface d’un seul tenant est limitée à 40 m2 pour le contreplaqué et à 30 m2 pour les autres panneaux, le plus grand côté n’excédant pas 7 m.

Des zones de fractionnement sont prévues à cet effet chaque fois que nécessaire.

En règle générale, les lames planches ou panneaux sont orientés de telle sorte que leur longueur soit perpendiculaire au solivage.

Si les documents particuliers du marché prescrivent une aération de la sous face du plancher, l’entrepreneur doit s’assurer que les dispositions prévues par le maître d’œuvre sont respectées.

Lorsqu’un pare-vapeur est nécessaire, il doit être placé :

— soit entre les solives et le panneau si ce dernier supporte directement le revêtement de sol,

— soit directement sur le panneau si celui-ci est destiné à recevoir un plancher flottant (voir chapitre 5.5).

Le pare-vapeur doit avoir une perméance 1 mg/m2.h.mm Hg. Il doit être sans discontinuité et relevé à la périphérie.

 

Et si comme malheureusement certains d'entre eux il vous répond : <> vous lui rétorquez que sans doute lui et quelques autres le font, mais fort heureusement les professionnels dignes de ce nom respectent les règles.

Vous êtes le client, le maître d'ouvrage, c'est à vous d'accepter ou de refuser ce qu'il propose.

Publié par cedkt31 il y a 5 ans

Merci pour votre réponse.

Pour ce qui est de l'entraxe, il est au maximum de 49 cm. Par endroits, les poutres sont doublées (de part et d'autre de la trémie d'escalier et quadruplées sur un côté pour soutenir un mur en ossature bois. Les poutres sont des poutres posi avec une armature métallique dont le calcul de charges a du être fait par le fournisseur (du moins je l'espère...). Ce sont des poutres de 32 cm de haut pour une portée de 6.7m. Le plancher est en CTBH de 22mm.


Boisphile

Publié par Boisphile il y a 5 ans

Pour 6700 de portée et 490 d'entraxes cela m'étonnerais un peu …… Avec des Finnjoist il faut des 96 x 424 et en lamellé-collé des 87 x 360.

Je suis de plus en plus septique ………. Mais bon !!! peut-être aimez-vous le trampoline ?

 

Et sur le mur OB il y a un toit ou pour le moins une partie de toit avec ses charges et surcharges climatique.

Imaginons 150 kg/ml de mur et 100 de toiture soit 250 kg /ml que vous ajoutez sur votre solive il faudrait un lamellé collé de 210 x 403 ou 2 Finnjoist de 96 x 424.

Bien sur à vérifier selon la toiture et son sens, le plafond, l'exposition etc … mais de toute façon, il y a un problème quelque part dans le calcul des charges.

Je vous conseille vivement (mais vous faites comme vous voulez) de demander les notes de calculs certifiées conformes aux originales par celui qui a fait les calculs.

 

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Placnher CTBH : entraxe

Publié par VincentS

1 réponse
2503 vues
0 like

Pose d'osb sur solivage à entraxe irrégulier

Publié par Totof947

6 réponses
2751 vues
0 like

OSB, entraxes irréguliers, solution pour éviter le lambourdage?

Publié par John2

0 réponse
1217 vues
0 like

appenti irrégulier

Publié par Phiko

0 réponse
1425 vues
0 like

Plancher CTBH dans SDB

Publié par dadoune92

0 réponse
2144 vues
0 like