Modif fermette W pour comble : A qui faire confiance?

Modif fermette W pour comble : A qui faire confiance?

il y a 13 ans

Bonsoir,

Je viens de m'inscrire à ce forum car je suis un peu perdu et après pas mal de recherches il me semble qu'ici je trouverais des informations robustes.

Mon problème est le suivant. J'ai consulté 7 sociétés spécialisées (dont 3 réputées dans le département) pour faire aménager mes combles mais je n'en trouve aucune qui inspire vraiment confiance. Elles utilisent globalement trois techniques différentes sans jamais être capable de démontrer la robustesse de leur offre. Il y a de plus certains points qui me choquent :

La maison fait 6m75 de façade et 8m50 de pignon. La pente du toit est de 30° avec une hauteur au faîtage de 2m50. La maison possède un RDC et un étage. Le comble sera utilisé comme un chambre (pas de sanitaires). La chapente est en fermette américaine. 6 fermettes espacées de 900mm. Section des arbalétriers : 32x105.

Technique 1 : mise en place de quatre poutres en 75x225 au dessus des entraits existants et scellées dans les pignons avec un entraxe de 'm50. Les extrémités libres des poutres reposent sur des poteaux insérés dans les cloisons de l'étage inférieur. Solivage surbaissé en 75x200 entre les entraits existants (portée de 4m50). Doublage des arbalétriers en 32x165, pose de potelets... Certaines sociétés indiquent que ce procédé est très dangereux car la dalle (qui fait 200mm d'épaisseur) n'est pas assez résistante. La maison à 18ans, sans informations sur l'architecte comment savoir si la dalle peut supporter?

Technique 2 : idem mais avec des poutres en 75x225 d'un seul tenant (6m50 de portée) et sans poteaux dans les cloisons pour ne pas solliciter la dalle béton. Deux poutres seront posées de chaque coté du pignon. Solivage en 63x165. Doublage des arbalétriers en 32x110. Pose de potelets. Je trouve léger de faire porter tout le nouveau plancher + la charpente sur seulement 4 poutres en 75x225 avec une portée de 6m50? Celà me semble assez loin de ce que j'ai lu sur le blog. Evidement l'entrepeneur assure que c'est sans problème mais évidement il n'a pa de note de calcul.

Technique 3 : pas de poutre entre les pignons. Pas de poteaux dans les cloison. La modif de charpente consiste à doubler les entraits en 50x200 (portée de 8m50). Les arbalétriers sont doublés en 30x50. Pose de potelets tous les 900mm. Largeur du plancher entre chaque potelet : 4m50. Cette société a 25ans d'existance néanmoins le renforcement me semble très dangereux.

Voilà, j'espère que vous saurez m'éclairer. Je ne pensais pas qu'il y avait autant d'incertitude avec les professionnels.

SevGil

 

 

 

5 réponses

1-5 sur 5 réponses
1/1
1. Modif fermette W pour comble : A qui faire confiance? il y a 13 ans

Même en tant que "bricoleur", je trouve les solutions 2 et 3 délirantes et irresponsables. Si ce sont des professionnels qui proposent ça, vraiment ça fait peur.

Le problème, c'est qu'ensuite ça donne des procès et des dégâts, et puis les assurances augmentent leurs tarifs et les vrais bons artisans doivent payer pour les autres.

(A part ça, vous n'avez aucun mur de refend pouvant constituer un appui intermédiaire ??)

2. Modif fermette W pour comble : A qui faire confiance? il y a 13 ans

Bonsoir,

Malheureusement, à part des cloisons il n'y a rien pour reprendre les charges.

 

Sevgil

3. Modif fermette W pour comble : A qui faire confiance? il y a 13 ans

Bonsoir Sevgil,

Seule la solution une me parait adéquate vue la hauteur sous faitage.
La technique KERTO aurait pu etre possible mais au vue de la hauteur sous faitage, la surface habitable dans le comble serait réduite.

Votre inquiétude par rapport aux charges qui vont etre réparties sur votre dalle béton parait légitime. Je suppose que un ou 2 poteaux vont supporter la charge supplémentaire. Cette charge supplémentaire est composée du poids du gitage (175*200) + plancher + sous couche + parquet + cloisons + tout ce qui va venir sur le parquet. Ce poids sera réparti sur les poteaux + sur les 4 points scellés en maçonnerie dans les pignons plus les 2 ou 4 (en fonction du nombre de poteaux)points posés sur les facades avants et arrières. Disons une charge de 3 tonnes (ce qui est sur evalué). 3000 kg sur qui vont venir se répartir (on va supposer une répartition équitable) sur 4 + 2 + 2 = 8 points (peut etre 10 si il y'a 2 poteaux). On va estimer à 375 kg le poids sur un poteau. Votre maison a 18 ans, elle suit donc les régles en construction d'aprés 1955.
Imaginons une dalle en béton armé libre de toute surcharge et empilons quelques palettes au centre. SI vous avez déjà vu construire des maisons, c'est exactement ce qui se passe quand on approvisionne les " agglo ". Imaginons et exagérons par la pensée la déformation du plancher pour mieux la visualiser. La dalle va fléchir sous la charge et la déformation va se transmettre à une largeur de plancher bien supérieure à l'impact de la palette. Le plancher ne se comporte pas comme une série de poutres juxtaposées et indépendantes ; son monolithisme fait que les efforts concentrés s'étalent bien au-delà de l'impact d'application ; en fait, pratiquement toute la largeur de la dalle participe à l'effort. C'est cette propriété visco-élastique que l'on peut utiliser pour soutenir le raisonnement suivant. Soit un aquarium classique de 600 litres environ Lxlxh = 150x0.7x0.6 d'un poids total compris décantation de 1.000 kg. Un poids de 1.000 kg, c'est la somme des surcharges de 150 kg/m2 étalées sur 6,7 m2. Si donc je dispose d'une surface de 6,7 m2 sans autre surcharge que mon bac, je ne devrais pas trop prendre de risque si mon plancher est capable d'étaler les charges ponctuelles.
Tout ça pour dire que votre dalle béton du RDC est trés solide et ne risque pas de se féler.

Si vous avez un doute vous pourrez toujours utiliser la méthode KERTO mais avec une grosse perte de place.

J'espére vous avoir fait avancer dans votre reflexion

Cdt

Olivier

4. Modif fermette W pour comble : A qui faire confiance? il y a 13 ans

Bonsoir,
A mon sens, c'est trois solutions sont assez mauvaises. Je suis assez confiant dans la solidité de la dalle béton, comme Aménageur de combles.

Concernant les solutions 2 et 3, c'est proprement délirant ! Même vous, un particulier qui, a priori, a une faible expérience (ou pas) en charpente vous êtes rendu compte que 75x225 sur 6m, çà ne va pas.
Pour la solution 1, d'une part, le dimensionnement me paraît un peu faiblard et d'autre part, le risque que les poutres porteuses se reposent autant sur les entraits déjà déformés que sur les poteaux me fait réfléchir à deux fois.
La solution type Kerto me paraît sage même s'il est vrai qu'un dimensionnement suffisant fait forcément perdre un peu de place face à une concurrence insuffisante...

A titre indicatif, sur 8m50, je verrais bien un renfort Kerto en 36x300 avec peut-être un peu moins de 4m50 enter potelets. Bien sûr, cela dépend de beaucoup d'hypothèses (région, couverture, plafond RdC, et j'en passe...) (arba en 36x225, surement) faites un dessin à l'echelle pour vous rendre compte de la place et évaluez...

Cdt,
Suri

5. Modif fermette W pour comble : A qui faire confiance? il y a 13 ans

Bon ! pas mal de littérature, soyons factuel ………
Ma réponse s'adresse à vous TOUS qui envisagez de modifier vos combles.
Sachez que l'évolution de l'immobilier a conduit bon nombre de famille à préférer la transformation de leur comble à la vente et au rachat d'une maison plus grande.
Ceci à ouvert un fabuleux marché très lucratif.
Les pathologies sont très nombreuses dans ce domaine et les assureurs peuvent le confirmer car cette activité a créée des vocations auprès d'entreprise qui n'en ont pas les capacités.
Les pathologies qui pour les plus nombreuses se résument à des problèmes de fonctionnement mécanique, mais sans rupture, débouchent rarement sur du concret, car les gens abandonnent devant les problèmes rencontrés pour refaire.
D'où la réponse habituelle : << on a jamais de problème>> !!

1) Trouver 7 société capable de faire une transformation de comble, c'est du domaine du rêve, il n'y en à pas une par département.
2) Il s'agit là de modification lourde de structure, en même temps que vous demandez un devis, vous devez aussi demander :
a) Un certificat de l'assurance de l'entreprise et vérifier avec l'assureur que le monsieur est à jour de ses cotisations.
b) La note de calcul du BE charpente qui a déterminé les sections.
Si l'entrepreneur ne fournit pas ces documents, vous considérez le devis comme nul
Si l'entrepreneur vous répond qu'il n'a pas besoin de BE parce qu'il a l'habitude, même punition.
Là, vous avez fait un grand pas et vous verrez qu'il ne reste pas grand-chose.
Il est bien sur possible de modifier des combles, mais cela répond à des règles précises.
Il y a plusieurs techniques et toutes bénéficient d'un brevet et l'entreprise est généralement agréée par le système.
Lisez ceci attentivement
Aménagement de combles : http://boisphile.over-blog.com/categorie-895720.html
Et voici ce qu'en pense l'agence Qualité construction
Combles perdus :
Les risques d’une transformation
> LE CONSTAT
Rendre habitables des combles perdus représente une intervention lourde et à haut risque.
Ces travaux peuvent entraîner des déformations des charpentes, des couvertures, des planchers créés, des cloisons du rez-de-chaussée,...
Ces désordres sont généralement graves et peuvent aller jusqu'à l'effondrement des planchers créés et des charpentes modifiées.
> LE DIAGNOSTIC DES DÉSORDRES
Les désordres ont pour cause l'ignorance des contraintes nouvelles qui résultent de la modification des hypothèses de calcul d'origine, ainsi que de défauts variés de mise en œuvre.
Défauts de renforcement
> Des éléments porteurs :
Les fermettes industrielles sont reliées entre elles par des entretoises, des contreventements et des barres anti-flambement qui assurent la stabilité de l'ensemble
Pour rendre habitables ces combles perdus, il faut supprimer toutes les barres encombrant le volume central et créer un plancher porteur.
La suppression des barres en volume central avant renforcement des fermettes provoquera leur ruine, sinon de graves déformations généralement impossibles à reprendre ultérieurement. Certaines barres raidissent notamment l'arbalétrier. Avant de les supprimer, il faut renforcer les arbalétriers existants au risque de les voir fléchir
> Aux points singuliers :
Des précautions doivent également être prises lors de la création des trémies nécessaires à l'escalier d'accès aux combles, aux lucarnes ou aux fenêtres de toit. Pour les réaliser, il est nécessaire de sectionner l'entrait ou l'arbalétrier d'une fermette existante.
Des chevêtres nouveaux reportent alors les charges sur les deux fermettes voisines. Celles-ci risquent de s'affaisser si elles ne sont pas suffisamment renforcées.
Malfaçons diverses :
• Les assemblages : tiges filetées passant dans des percements trop grands, clous et vis en nombre insuffisant, trop courts ou mal implantés (trop près du bord), etc. Le jeu ainsi provoqué dans les assemblages risque d'entraîner des déformations de structures qui s'additionnent aux déformations existantes des fermettes.
• La fixation des poutres longitudinales sans pénétration dans les pignons maçonnés est aussi particulièrement risquée.
• Des nouvelles solives sous-dimensionnées ou non-entretoisées. Le nouveau plancher risque alors de s'affaisser. Ce risque existe également si les solives sont en appui sur des éléments déformables comme une poutre longitudinale mal conçue ou mal réalisée, par exemple.
L'affaissement du plancher peut entraîner des fissurations et même l'effondrement du plafond sous-jacent, le flambement et la fissuration des cloisons de l'étage inférieur, la fissuration des cloisons des combles,… Les pignons maçonnés en parpaings creux peuvent aussi se fissurer par traction.
> LES POINTS SENSIBLES
• La conception.
La transformation d'une charpente nécessite une très bonne connaissance des structures et des charpentes. Elle exige de vérifier par le calcul tous les points-clés.
• Les assemblages sont fortement sollicités.
Leur faiblesse entraîne la fragilisation de toute la charpente.
• La qualité des bois doit garantir leur tenue
> LES CONSEILS DE PREVENTION
• Le phasage des travaux doit permettre de préserver la stabilité de l'ouvrage à chaque instant du chantier. Par exemple, il ne faut pas supprimer les contreventements d'origine avant d'avoir mis en place les nouveaux ou, le cas échéant, des contreventements provisoires ;
• Porter une attention toute particulière au déroulement des travaux.
Contrôler la bonne exécution de chaque phase avant de passer à la suivante ;
• Les bois et panneaux de plancher utilisés doivent être secs et préservés des reprises d'humidité en cours de chantier. N'utiliser que des produits de qualité ;
• Veiller de très près à la bonne exécution des assemblages. Le Pisé c'est de la terre battue, cela tient très bien tant qu'on y touche pas.
J'espère que ceci servira au maximum de personnes.

1-5 sur 5 réponses
1/1

Votre message :

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Nouvelle discussion

Vous n'avez pas trouvé les réponses à vos questions ?

Créer une discussion

Inspirations

0 photos pour vous inspirer