Solivage sur entrait : possible ou non ?

Publié par Schumi il y a 13 ans

Bonjour.

J'étudie la faisabilité d'un aménagement de combles qui exigera de faire supporter une extrémité d'un solivage à créer (en poutrelles composites FinnJoist) par l'entrait.

Boisphile, j'ai une question est simple à vous soumettre : dans une configuration de ce type, faut-il  :


- renoncer par principe au projet d'aménagement d'espace habité puisque vous dites par ailleurs que c"charpente et plancher doivent être indépendants" et que "l'entrait est fait pour travailler en traction", ou,

- simplement dimensionner son projet de manière à limiter la charge uniforme reportée à une valeur acceptable par l'entrait (réduction de la surface aménagée, diminution des charges permanente par ex.), soit environ 1 000 daN/m pour 8 ml de portée dans mon cas ?

Merci d'avance pour une réponse précise, car malgré la lecture attentive de nombreux sujets du forum je ne suis pas certain d'avoir bien compris ce point essentiel..

Cordialement

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 13 ans

Bonjour shumi

Un entrait travaille en traction (dans la plus part des cas) et il est dimensionné pour ça.

Chaque cas est un cas particulier, c'est ce que beaucoup de gens ne comprennent pas et demandent qui des abaques, qui des plans types que sais-je encore. Ce qui est vrai pour l'un ne l'est peut-être pas pour un autre.

Le développement des GSB et le coût des travaux de bâtiment ont développé des vocations de bricoleurs à bon nombre, sauf que très souvent les travaux entrepris dépassent un peu le stade du bricolage. C'est très bien, à condition de rester prudent, car en matière de structure, il y a peu de place pour l'improvisation et en cas de négligence, la punition peut être sévère.

Alors, je veux bien vous aider, à condition de tout dire et avec un minimum de précision, parce que quand vous annoncez une charge permanente de 1000 kg /ml pour une portée de 8 m je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais pour y répondre, il faudrait une poutre en lamellé-collé de section 185 x 720 mm.

Alors effectivement, si vous comptez demander cela à un entrait de ferme, il est clair que la niche va très vite s'écrouler sur le chien !!!

En résumé, il faut une description complète du chantier et une description complète de ce que vous souhaitez faire et là, nous aviserons.

Boisphilement votre

Publié par Schumi il y a 13 ans

Boisphile,

Merci pour votre offre de réponse personnalisée.

Une précision préalable, je parle bien de 1 000 daN/m (soit environ 1 000 kg) de charge acceptable par la TOTALITE de l'entrait et non pas par mètre linéaire.

Configuration : Lille, maison de 1962, charpente traditionnelle, toiture 3 pans.

Dimension de la pièce : 7,54 * 8,03 m. L'entrait de section 210 * 200 coupe la pièce en deux de manière à former deux surfaces de 2,90*8,03 m et 4,44*8,03 m que nous appellerons petit et grand côté. La hauteur au faîtage est moyenne et les rampants accentués : il n'y a que 12 m2 au sol avec une hauteur libre d'au moins 1,80m.

Solivage existant petit côté : 30*170 entraxe de 370, encastré en maçonnerie côté pignon, posé sur l'entrait avec un carrelet de 30 (appui) * 50 cloué. Sur le grand côté : 30*170 entraxe de 300, posé idem sur l'entrait et idem sur la sablière à l'autre extrémité. Ce solivage soutient un plafond en plâtre projeté et un plancher en lame de bois brut de 19. Aucune isolation particulière, ni thermique ni acoustique.

Le projet : créer une chambre d'enfant, obtenir une bonne isolation acoustique, préserver les plafonds en bon état des 3 chambres situées au dessous, réaliser un ouvrage pérenne.

Solution retenue : démonter le parquet existant, créer un nouveau solivage pour découpler le plancher des plafonds existants : petit côté, poutrelles Trusjoist 89*200 entraxe 312 (entre les solives existantes) fixées par étriers métalliques Simpson à la sablière et à l'entrait. Pour limiter la perte de hauteur, la membrure inférieure de poutrelles sera positionné 2 cm au dessus du plafond existant.
Grand côté, poutrelles Trusjoist 45*200 entraxe 357 implantées idem sauf encastrement maconnerie avec boitiers côté pignon. Selon les préconisations du fabriquant, pas d'entretoisement nécessaire si fixation selon normes de panneaux OSB sans couche résiliente intermédaire. J'ajoute que pour permettre la circulation, une contrefiche et l'entrait serait modifiée.

Revêtement est isolation : 150 mm de laine de roche entres les solives, panneaux OSB de 16 vissés + résilient (Phaltex ou Assour) + OSB de 6 (fonction antipoinconnement en pose flottante + moquette tendue sur tibaude.

Le total de la charge permanente est de l'ordre de 58 kg/m2, y compris le solivage est le plafond existant.

Problème : en retenant une charge d'exploitation de 150 kg/m2 (dont 58 de charges permanentes...) la charge ramenée à l'entrait est de 7,34 m de plancher divisé par 2 soit 3,67 multiplié par 150 kg/m2 multiplié par 8,03 ml d'entrait soit 4 420 kg.

Je pense que cette charge rapportée est trop élevée. D'où ma question : dois-je abandonner ce projet si la charge rapportée est 3, 4 ou 5 fois trop élevée ou puis-je quand même réaliser un aménagement plus restreint ?

En aménageant uniquement le petit côté, en ne créant pas de nouveau plancher sous les pieds droits de 150 cm de profondeur (au risque de diminuer l'isolation acoustique), j'obtiens une charge rapportée sur l'entrait de (seulement) 1 094 kg (2,90/2 * 150 kg/m2 * (8,03 - 3,00)).

Je me suis documenté assez précisément - notamment grâce à votre site ! - après avoir consulté deux charpentiers plutôt pros dans leur approche mais cantonnés dans un "ça devrait passer" sans aucun calcul à l'appui qui ne conforte pas celui qui ne souhaite pas mettre en danger sa maison, voire sa famille.

J'espère vous avoir fourni toutes les données nécessaires à une appréciation complète. Merci d'avance pour votre réponse et bravo pour la qualité de vos analyses.

Cordialement.







 

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 13 ans

Bonjour shumi

1) Alors il est inutile de préciser daN/m qui veut dire par mètre. Par ailleurs, comment avez-vous déterminé cette charge ?

2) Bande de chargement de l'entrait = (444 + 290)/2 = 367 >> Charges en kg/m², plâtre sur lattis = 40 + parquet = 10 + solives ) = 10 total 60Kh/m². Je ne sais pas comment vous avez calculé les 1000 kg, mais peut importe, 1000 / 8 = 125 kg/ml et là, nous sommes déjà à 60 x 3.67 = 220 kg/ml.

Bref, cette poutre ou entrait, avec sa hauteur de 210 mm et sa portée de 8 mètres, n'est pas en mesure de reprendre un plancher et loin s'en faut.

Rendez-vous compte, faisant abstraction du plafond et du parquet existant, dans les mêmes conditions de positionnement et uniquement pour un plancher sans cloisonnement, il faudrait un lamellé-collé de section 160 x 585 mm.

Alors, bien sur, on peut toujours bricoler les chiffres en se disant qu'on ne compte certaines charges que sur la largeur qui correspond au passage des 1m80, mais de toute façon, en l'état, n'y comptez pas.

3) Que comptez vous modifier dans votre ferme ? que comptez-vous faire avec la contrefiche dont je rappelle qu'elle travaille en compression et que le rôle est de transmettre une parties des charge de l'arbalétrier au poinçon, qui par conséquent travaille en traction. Pourquoi je précise, parce que je sens bien que vous allez transformer le fonctionnement global de cette ferme sans sourcilier !!!

4) Comment comptez-vous poser de l'OSB de 6 (ou même du 8 ou 10 d'ailleurs) en flottant, alors que ses rives seront en bords droits ?

5) Charges : Ce n'est pas comme cela qu'il faut compter la charge d'exploitation est de 150kg/m² dont 20% sont permanent et s'ajoutent aux autres charges permanentes soit en kg/m² :

Charges temporaires : Exploitation (circulation des personnes)  120.

Charges permanentes : Exploitation (mobilier) 30 + plafond = 40 + isolations = 8 + plancher = 11 + revêtement de sol = 10 + double solivage = 20 soit au total si je n'ai rien oublié = 119.

Les charges s'élèvent à 239 kg/m² dont 50 % sont permanentes, nous sommes très loin de vos 58 kg !!!

Je pense qu'il est inutile que je vous donne mes conclusions, vous les aurez compris. Quant aux ""ça devrait passer"" des professionnels, si ça passait aussi facilement, il n'y aurait pas autant de litiges !!!!

Boisphilement votre

Publié par Schumi il y a 13 ans

Boisphile,
Bonsoir.
Merci beaucoup pour cette réponse détaillée et sans... pitié ! Vos conclusions confirment donc mes craintes et les amplifient en utilisant le bon mode de comptabilisation des charges permanentes.

J'en profite pour souligner l'intérêt à consulter d'abord un simple charpentier au lieu et place des sociétés dites spécialisées dans l'aménagement de combles qui sont souvent là pour faire rêver les propriétaires en leur faisant miroiter la conquête de nombreux m2 habitables pour "pas cher" sans se soucier un instant des conséquences des solutions proposées à la va-vite.

Il ne reste plus qu'à lire les pages "isolation pour combles perdus" du catalogue Isover. Ca tombe bien, il est à la maison

Cordialement.


Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Grenier sur entrait retroussé - possible ou non ?

Publié par melchior

9 réponses
5046 vues
0 like

Solivage sur entrait

Publié par zorelien

1 réponse
817 vues
0 like

Entrait de charpente non continus

Publié par Nonarf

3 réponses
324 vues
0 like

Est-ce possible ?

Publié par Thomas85

0 réponse
1891 vues
0 like

un tel solivage est-il possible en bois massif ?

Publié par HallardV

8 réponses
2042 vues
0 like