Parquets Surélévation Maison ossature bois

Superposition horizontale de panneaux d'aggloméré pour plancher de garage ?

Publié par JC il y a 6 mois

Bonjour à tous,


Je possède une maison ossature bois, 100% bois (fondations sur pieux, longrines bois) avec une dalle plancher en bois aggloméré.


Le garage de 55m2 possède également un plancher en aggloméré mais je dois le remonter de 6cm pour être de niveau (avec la porte de garage). Je n'ai pas voulu opté pour une dalle béton car je préfère rester sur du bois en terme de contraintes entre les matériaux et en terme de descente de charge également (maison ossature bois choisie pour son faible poids en raison d'un sol argileux instable).


Je pensais au début faire un solivage avec un entraxe réduit mais j'ai peur que les panneaux fléchissent malgré tout, avec le poids de la voiture (SUV de 2 tonnes, soit 500kg par pneu sur une surface d'un demi A4).


J'ai l'occasion de récupérer un déstockage de panneaux aggloméré de 30 mm d'épaisseur.

Est-il techniquement acceptable de superposer 2 niveaux de panneaux d'aggloméré (pour rattraper les 6cm) plus plancher existant, cela fait 3 niveaux de panneaux agglo. Je pensais superposer les niveaux de façon perpendiculaire, visser le 2ème sur le 1er et visser le 3ème niveau sur le plancher existant (1er niveau) en traversant le 2ème. Cela rigidifierait l’ensemble me semble t'il.


Ma solution vous semble t'elle pérenne ?


Merci par avance pour vos idées.


Boisphile

Publié par Boisphile il y a 6 mois

Sachez tout d'abord que ce n'est pas le poids qui est pénalisant pour un tel plancher bois, mais le cisaillement roulant. 500 kg sur 300 cm² ce n'est pas très important, en revanche c'est le déplacement de cette charge.

De manière instantanée, les panneaux fléchissent sous cette charge et à mesure que que la voiture avance,la déformation se déplace. Des panneaux dérivés du bois ne tiennent pas très longtemps à ce régime.

Pour un garage, c'est donc une hérésie que de faire un plancher bois, parce que ce cisaillement roulant qui est imposé aux panneaux, l'est aussi aux solives sous-jacentes. 

Alors, bien sûr que 60 mm supplémentaires vont amortir le fléchissement des panneaux, mais pour autant, les solives subiront quand même cette charge roulante.

Pour répondre à votre question, les règles impératives à respecter, quelles que soient les couches, sont :

1) Que les panneaux soient usinés en dalles afin de transmettre les charges latéralement.

2) Que les petites rives des dalles reposent et soient fixées sur les solives.

3) Que les couches successive soient toutes posées dans le même sens (On ne croises JAMAIS des panneaux bois parce que leur module et leur résistance varie du simple au double entre longitudinal et transversal) c'est-à-dire perpendiculaire aux solives, mais en les décalant d'un ou deux entraxes en longueur et d'un tiers ou d'une demi-dalle en sens travers.

4) Inutile de préciser que le solivage doit être repéré sur les murs pour pouvoir fixer les différentes couches ensemble avec des vis de D.6 mm après avoir réalisés des avant-trous, dans la mesure ou la partie non filetée de vis de 120 ne fera peut-être pas les 82 mm de panneaux.

5) Inutile de préciser également que les panneaux doivent être CTBH milieu humide. 

En outre, je vous rappelle que vous allez imposer 45 kg/m² supplémentaire aux solives que j'espère elles-mêmes traitées en classe III A compte tenu du sol.

Publié par JC il y a 6 mois

Bonjour,


Merci bien pour vos conseils et votre temps consacré.


Les panneaux sont à bord droit (sans rainure et languette). Les charges ne seront donc pas transmises latéralement surtout qu'il faut laisser au moins 1mm entre chaque panneau pour la dilatation sur des panneaux à bords droit à priori. Dois-je proscrire ces panneaux ? De même ils ne sont pas milieu humide mais je pensais les traiter avec un hydrofuge et quoi qu'il en soit peindre la couche supérieure avec une peinture polyuréthane spécifique après avoir jointer les espaces entre panneaux et reboucher les jours au dessus des têtes de vis à la patte à bois ?


Après vérification, il faudrait que je rattrape entre 7 et 8 cm. Cela commence à faire beaucoup à superposer. Un lambourdage sur le plancher existant est-il possible en se fixant sur les solives bien sur ?


Et finalement, si c'est une hérésie selon vous de faire un plancher bois dans un garage, dois-je utiliser une autre solution (dalle béton ou autre ?) ou si je suis vos règles à la lettre cela sera viable dans le temps ?


Encore merci à vous.

 




Boisphile

Publié par Boisphile il y a 6 mois

Ce n'est pas parce que c'est Boisphile qui répond que les réponses sont de Boiphile !!! Oui, c'est une hérésie, mais ce n'est pas de moi. De plus avec des panneaux milieu sec dans un milieu humide ce n'est pas 1 mm de jeu qu'il faudrait, mais au minimum 7 ou 8 entre panneaux quant à un hydrofuge, il serait illusoire dans la mesure ou c'est la colle qui doit être en classe d'emploi 2.

Publié par JC il y a 6 mois

Ok je vois, suis à côté de la plaque. Donc en gros, il faut que je fasse une chape légère ?

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 6 mois

NON, une chape légère en béton contenant une grande quantité d'eau est à proscrire.

De plus avec la flexion des solives, elle ne tiendra pas dans le temps.

Il faudrait démonter le plancher pour prévoit un plancher collaborant sur bacs acier, mais pour cela il faudrait vérifier la capacité porteuse des solives. Bref ! ce travail est du ressort d'une entreprise spécialisée.

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

panneaux de liège sur lambourdes

Publié par MGLT

4 réponses
141 vues
0 like

Panneaux OSB sur béton

Publié par Dylan05

4 réponses
0 vue
0 like

Aide choix section pour plancher grenier garage

Publié par Thib

1 réponse
0 vue
1 like

Quel poteau choisir pour mon garage

Publié par Nico

0 réponse
47 vues
0 like

Montage panneau préfabriqué partiellement sous la pluie

Publié par totof1984

14 réponses
177 vues
0 like