mise en oeuvre pare vapeur

Publié par masterbois il y a 3 ans

Bonjour. Je lance un nouveau sujet pour exposer mon projet, ma situation et mes questions.
Je suis charpentier couvreur depuis plus de 10 ans. J'ai fais pas mal d'entreprise différentes et vu autant de méthode et de système constructif mais je dois bien avouer que les méthodes évoluent vite, surtout dans l'ossature bois depuis le passage à la rt 2012.
J' ai depuis un an attaqué la construction de ma maison perso, qui est constitué d'une ossature bois sur un sous sol banché. Il y a un RDC et un  étage. La charpente est entièrement apparente jusqu'aux pannes. Sur celles-ci est poser des panneaux de toiture SAPISOL. Les murs sont en 45*145, l'OSB est posé à l'extérieur puis pare-pluie et liteaux de 27mm pour recevoir un bardage fibrociment. J'ai prévu une sur isolation à l'intérieur.
Ma première question concerne le pare vapeur que j'ai omis de mettre lors du levage au niveau du solivage. Apparemment il est dangereux pour l'avenir de le collé entre les solives contre le bois. Je comprend tout a fait que j'aurai du le faire avant mais du coup maintenant ai-je une autre solution??

Publié par jujube il y a 3 ans

peut-être en mettant le pv jusque sous les solives au RDC, entre solives un morceau d'osb bien mastiqué, et redémarrer le pv sur la lisse basse de l'étage...

Publié par masterbois il y a 3 ans

oui mais je croyais que l'OSB ne faisait pas office de pare vapeur. Du coup ça risque de faire un point de rosé et moisir voir plus non??

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 3 ans

Je me permets de "remonter" les deux précédents posts pour bien suivre l'histoire.

 

structure en ossature bois 45*145. Gloup ! vous en êtes encore là ??? mais comment passez-vous la RT ?
Lisse basse autoclave, Panneau ossature "classique" avec OSB extérieur. Sur la lisse haute viennent reposer les solives en 8*22 on va dire plutôt 75, 80 c'est pour le commerce ……… (perpendiculairement à ce panneau) en portant de 6.5cm. Dans la chambrée des solives est posé un "chaînage" en 8*22 contre l'OSB Là je ne comprends pas bien !!! La chambrée, c'est le vide qu'il y a entre deux solives et de leur hauteur, dans ce cas 220mm. Le chaînage ne peut donc pas se situer dans la chambrée, le chaînage doit porter les solives et en bout de ces solives il y a une solive d'about qui ferme les travées et relie les solives entre elles. Alors évidemment 65 d'appui (on va dire 70) + 75 de solive d'about, cela fait vos 145 et du coup on créé un très joli pont thermique et comme vous ne pourrez pas poser le PV correctement, il faut être réaliste, ce sera en même temps un joli point de condensation. Mais qui a donc fait l'étude thermique de cette maison ?, parce que du coup cela m'étonnerais que ça passe 2012. Qu'avez-vous en vêture extérieure ? . Les solives sont vissées depuis l'extérieur. J' espère que c'est plutôt clair

 

Pour moi une chambrée est un volume dans un plan de plusieurs pièce de bois de la même section (chambrée de chevron, de panne ou de solivage). Donc je confirme qu'il y a une pièce de bois de 8m de long en 8*22 (section fini j'ai commandé du douglas raboté et étuvé) qui relie les différents panneaux d'ossature du RDC et qui est posé contre le l'OSB. Nous sommes donc bien d'accord que les solives sont posées SUR le chaînage et non pas dans le chambrée des solives, mais bon, ce n'est pas grave !. Du coup 14.5-8 = 6.5, c'est a dire la portée des solives perpendiculaires à ce panneau Ah ! j'ai peur de comprendre !!! Ce dont vous parlez n'est pas un chaînage, mais une solive d'about, ce qui n'a rie à voir. C'est même solives sont vissées depuis l'extérieur du chainage, non si j'ai bien compris, elles sont fixées sur la solive d'about ce qui est normal. Ce qui ne l'ai pas du tout, c'est que du coup il n'y a pas de réel chaînage, c'est exactement comme si vous posiez des solives à plat au lieu des les poser à chant. Cette solive d'about ne peut pas jouer le rôle de chaînage, elle n'offre quasi rien comme rigidité. Est-ce que vous avez calculé les charges horizontales que le chaînage doit reprendre ? Pardonnez-moi, mais j'ai bien peur que non !!! . Il est prévu un doublage d'isolation a l'intérieur et là aussi j'aurai besoin de conseil. A l'extérieur c'est simplement pare-pluie sur OSB, vide de 27mm et bardage fibrociment. (fibres-ciment, Fibrociment est une marque qui était fabriquée à Triel S/S 78) Mais comment sont posées vos lattes ?

Bref ! dites moi si j'ai mis dans le mille, avant de continuer, il faudra régler ce problème de chaînage et pour cela, il faut le lieu, l'altitude, l'orographie, la longueur, la largeur, la hauteur de chaque étage, la toiture, pentes et orientation par rapport au long pan, l'orientation du solivage par rapport au long pan, et j'en oublie peut-être, bref, le nécessaire pour calculer et rattraper le coup.

Et du coup, vous oubliez la question : structure en ossature bois 45*145. Gloup ! vous en êtes encore là ??? mais comment passez-vous la RT ?

Dernière chose essentielle : NON, l'OSB ne peut pas servir de pare-vapeur.

Publié par masterbois il y a 3 ans

Pour moi une chambrée est un volume dans un plan de plusieurs pièce de bois de la même section (chambrée de chevron, de panne ou de solivage). Donc je confirme qu'il y a une pièce de bois de 8m de long en 8*22 (section fini j'ai commandé du douglas raboté et étuvé) qui relie les différents panneaux d'ossature du RDC et qui est posé contre le l'OSB. Nous sommes donc bien d'accord que les solives sont posées SUR le chaînage et non pas dans le chambrée des solives, mais bon, ce n'est pas grave !. Du coup 14.5-8 = 6.5, c'est a dire la portée des solives perpendiculaires à ce panneau Ah ! j'ai peur de comprendre !!! Ce dont vous parlez n'est pas un chaînage, mais une solive d'about, ce qui n'a rie à voir. C'est même solives sont vissées depuis l'extérieur du chainage, non si j'ai bien compris, elles sont fixées sur la solive d'about ce qui est normal. Ce qui ne l'ai pas du tout, c'est que du coup il n'y a pas de réel chaînage, c'est exactement comme si vous posiez des solives à plat au lieu des les poser à chant. Cette solive d'about ne peut pas jouer le rôle de chaînage, elle n'offre quasi rien comme rigidité. Est-ce que vous avez calculé les charges horizontales que le chaînage doit reprendre ? Pardonnez-moi, mais j'ai bien peur que non !!! . J' ai participé au levage avec l'entreprise qui m'as conçu et taillé les murs. A priori les calculs ont été fait via MD Bat. Effectivement, il n'y a pas de lisse de chaînage. En revanche la solive d'about fait la longueur du pan de mur (un pignon de 8m). Les murs sont tirfonés depuis le dessous avec équerre dans les montants (pour les panneaux du RDC) et inversement pour le pignon qui vient poser sur l'ensemble solive d'about plus solivage. Enfin des tiges filetées de 12mm viennent prendre l'ensemble en sandwich. Dans ce cas la lisse de chaînage était t' elle indispensable?? Si oui pourquoi?? (ma question est aussi pour chercher à comprendre les erreurs et progresser)

Il est prévu un doublage d'isolation a l'intérieur et là aussi j'aurai besoin de conseil. A l'extérieur c'est simplement pare-pluie sur OSB, vide de 27mm et bardage fibrociment. (fibres-ciment, Fibrociment est une marque qui était fabriquée à Triel S/S 78) Mais comment sont posées vos lattes ?

Lattes à la verticale (au niveau des montants). C'est de l'hardiplank posé en clin a l'horizontal.

Bref ! dites moi si j'ai mis dans le mille, avant de continuer, il faudra régler ce problème de chaînage et pour cela, il faut le lieu, l'altitude, l'orographie, la longueur, la largeur, la hauteur de chaque étage, la toiture, pentes et orientation par rapport au long pan, l'orientation du solivage par rapport au long pan, et j'en oublie peut-être, bref, le nécessaire pour calculer et rattraper le coup.

Est ce que mes réponses sont claires et convaincantes. Sinon j' approfondis

Et du coup, vous oubliez la question : structure en ossature bois 45*145. Gloup ! vous en êtes encore là ??? mais comment passez-vous la RT ?

J'ai une sur isolation à l'interieur. Mais on voit peut-être ça après.

En tout cas d'avance merci

Dernière chose essentielle : NON, l'OSB ne peut pas servir de pare-vapeur.

Publié par masterbois il y a 3 ans

Navré j'ai répondu dans une couleur différente mais ça n'apparait pas. J’espère que c'est lisible et compréhensible

Publié par masterbois il y a 3 ans

Du coup boisphile as tu une solution, même si elle est forcément moins efficace que l'anticipation du parevapeur dès le debut. D'autre part j'aurai besoin de conseil et d'avis pour le complément d'isolation intérieur.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 3 ans

J'ai cru comprendre que vous êtes charpentier de métier …….. Bigre je vais donc devoir reprendre la formation, mais bon pourquoi pas, cela va me rajeunir d'une bonne vingtaine d'années.

Prenons une poutre, ou une solive peu importe, posée sue deux appuis, par exemple un 75 x 225 pour rester dans le classique. Vous êtes bien d'accord que la charge uniformément répartie est appliquée perpendiculairement aux 225. En appliquent cette charge, on obtient une déformation de 10mm par exemple. Maintenant le même madrier est posé à plat, la charge est la même et on obtient une flèche de 80mm, pourquoi ? Parce que la flèche, donc la déformation est inversement proportionnelle au cube de la hauteur fléchie. Comme 225 = 3 x 75, le madrier est donc 9 fois plus rigide sur chant qu'à plat et dans le même temps 3 fois plus résistant.

Le décor étant planté, revenons à votre solive d'about que vous penser faire office de chaînage.

La pression du vent sur un façade  la déforme, il suffit de multiplier la pression du vent sur la surface pour comprendre quelle en est la pression, pression qu'il faut multiplier par 1.3 puisque si vous avez une pression d'un coté, vous avez une dépression de l'autre. D'ailleurs si vous êtes aussi couvreur, vous savez bien qu'en cas de tempête c'est le plus souvent les tuiles opposées à la pression du vent qui s'envolent.

Quel est le rôle du chaînage ? C'est celui d'une solive qui au lieu de travailler verticalement sous charges verticales, va travailler horizontalement sous charges de vent horizontales.

Donc en résumé pour finir, vous avez placé le chaînage à l'envers et comme la section est proche de mon exemple, vous pouvez conclure que cette solive-chaînage est trois fois moins résistante et neuf fois moins rigide que si elle était posée à plat.

Alors, évidemment, il y a deux cotés privilégiés, ce sont ceux dont le solivage est perpendiculaire au murs, si tant est que les dalles de plancher soient posées de manière parfaite, petites rives portées et fixées sur les solive et assemblages collés, ce qui formera poutre au vent, faute de quoi la pression sur un mur sera transmise à l'autre mur par le solivage.

Sauf que les deux autres cotés sont libres, rien ne les maintient ……

Alors, il ya sans doute des solutions réparatoires, mais pour cela, il faut tous les renseignements que je vous ai demandé, des plans de coupes etc ……

Vos murs ont été calepinés sur MD Bat, soit, mais est-ce que la maison dans son entier a été calculée en matière de contreventement, d'ancrages, de transmission des charges d'un étage à l'autre, de sismique éventuellement.

La construction à ossature bois est un métier à part entière, extrêmement technique et de plus en plus pointu. Je connais une très grosse entreprise de charpente avec BE intégré, que j'ai assisté sur leur première MOB, qu'ils ont bien terminée, mais finalement il ont renoncés à cette nouvelle activité et je le regrette beaucoup, mais c'est la vie !!!.

Publié par masterbois il y a 3 ans

waou avec des cours comme ça on a envie d'apprendre. Franchement je pensait pas que le vent pouvait a ce point forcer puisque justement l 'OSB sur solivage devait faire office de voile travaillant horizontal.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 3 ans

Dans un sens, c'est que je vous explique, à condition qu'il soit bien posé et qu'il revoie les charges aux murs c'est-à-dire qu'il soit posé jusqu'au bout des solives et non pas qu'il s'arrête au pied des murs. Mais dans l'autre sens walou !!!

Publié par masterbois il y a 3 ans

En attendant les coupes, et après avoir bien relu ta réponse, je voulais préciser que pour les cotés parallèles aux panneaux, les solives ont été placées contre ceux-ci et vissés à chaque montant. Compte tenu de ton explication (vraiment clair), je comprend que ça ne fait pas tout mais j'imagine que c'est déjà mieux.
J'ai aussi une autre question (plus urgent). J'ai besoin de finaliser rapidement la conception de mon doublage afin de connaître la valeur précise de mes "tapés" de menuiserie pour comannder celle-ci. Est ce qu'on peut aussi voir ça ensemble. D'avance merci

Publié par masterbois il y a 3 ans

Ok en relisant bien la dernière réponse, j'ai compris qu'en fait pour que le voile travaillant fonctionne il faudrait qu'il vienne prendre l'épaisseur du mur. Pour les coupes, des croquis manuel ça ira??

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 3 ans

Dans l'ordre :

Pour le doublage intérieur, j'ai besoin de connaitre la composition complète de la paroi (hors doublage) pour calculer le "R". Mais il y a quelque chose qui m'échappe dans cette histoire, il a bien fallut que vous fassiez une étude thermique pour le permis de construire ? Comment a-t-elle été faite ??

Oui pour les dalles de plancher qui doivent passer sous les murs de l'étage, si tout cela n'est pas encore posé, ce dont je doute du coup ???

Oui des croquis main suffisent avec le descriptif.

Publié par masterbois il y a 3 ans

Normalement, il était prévu isomob 32 ep145mm + gr 32 nu ep 45mm. Je te ferais bien vérifier l'étude thermique car j 'admet que j'ai quelque doute mais on va pas abuser. Ce que j'aurais besoin de savoir c'est si il est possible de mettre le pare vapeur contre l'ossature et ensuite doubler devant afin d'éviter de le percer pendant l'avancement du chantier (placo, elec, plomberie). Si ce n'est pas possible, alors quelle sont les solutions. J' ai pensé à 3 solutions :
       * Visser des 6*8 de niveau pour tenir la sur-isolation, mettre en œuvre mon pare-vapeur contre cette nouvelle ossature, puis raillé pour mon placo. Les 6*8 permettront de fixé des appui intermédiaire.
       * La même solution sans les 6*8, mais la je vois pas comment mettre le pare vapeur en place.
       * Mettre les 6*8 mais faire un raillage indépendant du mur avec des fourrures comme pour monter des cloisons intermédiaire.

Publié par masterbois il y a 3 ans

"Composition complète de la paroi hors doublage" (heureusement que je relis tes messages).
Depuis l'extérieur : Bardage type hardieplank ; Liteau de 27mm ; Pare-pluie ; OSB 12mm ; montant ossature 45*145

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 3 ans

OK pour l'Isomob 145 - La GR32 se fait en 60mm - Posez donc des 60 x 40 de niveau pour cette GR32 vous gagnerez un peu en isolation et en ponts thermiques. Agrafez le PV sur ce contrelattage et maintenez avec une latte de 40 x 15. Faites un vide technique avec une ossature type Placostyl  ou similaire et si vous avez besoin d'accroche vous pourrez visser dans le contrelattage horizontal. (Si le PV est percé par les vis, on considère que l'étanchéité est faite avec le pincement entre deux bois).

Publié par masterbois il y a 3 ans

ok. Super. Pour en revenir au début, que me reste t'il en solution pour faire passer le pare vapeur entre solive a part le scotcher soigneusement?? Je vais faire les croquis ce soir pour le reste. Sinon pour devenir boisphile y a une école. lol. J'ai fais une des meilleurs mais la technique avance tellement vite que je me rend compte que je suis largué sur les MOB. Et quand je vois le niveau des CAP actuel (même construction bois) j'ai pas l'impression que ce soit mieux. J'ai encore un tas d'autre question sur la thermique d'autre général je peux les poser??  Ca permet au moins de rependre la bonne parole, a moins que tu n'est une adresse de site avec des cours??

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 3 ans

Passer le PV entre solives me semble illusoire parce que c'est un travail de Titan, pour autant extrêmement minutieux et avec la meilleure volonté du monde, on arrive pas à coller les retours d'angles comme il faudrait et finalement ce n'est que des retours d'angles à faire. De plus, le bois étant traité, vous ne savez pas combien de temps l'adhésif tiendra sur le bois et personne ne pourra vous le certifier puisque les tests n'ont pas encore été réalisés. Je pense que maintenant vous n'avez que le choix de faire des volumes indépendants étanches, plancher, murs et plafond.

Sinon pour devenir boisphile y a une école, non, ou si peut-être, l'expérience, le respect des règles, ne pas jouer aux apprentis sorciers et l'honnêteté.

je me rend compte que je suis largué sur les MO, certes, mais non seulement vous vous en rendez compte, mais en plus vous l'avouez et n'avez pas peur de demander, moi je crie BRAVO, c'est tout à votre honneur et si tous ceux qui se disent "pros" le faisaient, on n'aurait moins de conneries sur les chantiers. C'est de pire en pire, on voit des choses hallucinantes, entre les auto-entrepreneurs en trois clics et le développement du marché de la MOB, c'est du grand n'importe quoi. De plus, en ce qui vous concerne, vous avez appris la charpente et la couverture et dans une MOB, la charpente n'est qu'une petite partie de la construction. Les murs, le plancher intermédiaire, le contreventement, les ancrages, les ouvertures, sont extrêmement importants. Depuis les RT, on nous "pond" des maisons largement ouvertes au Sud et fermées au Nord et comme elles sont bien isolées, on n'a plus peur des grands volumes et on ouvre largement sur le séjour (c'est joli, bien sur) et on fait des toits plats et des cubes posés décalés l'un sur l'autre et on ne se préoccupe pas que c'est du bois, pas du béton, quand on parle du calcul du barycentre de la maison, l'interlocuteur ouvre des grands yeux comme si il avait un martien devant lui ……. Et on se retrouve avec des maisons qui "bougent" qui se vrillent, des ouvrants qui n'ouvrent plus, des porte-à faux pas maitrisés, des solives traversantes qui sont autant de ponts thermiques, des transferts hygrothermiques ignorés etc etc …

Oui, vous pouvez passez par mon blog, il y a mon adresse mail.

Pour ce qui est de la thermique, c'est aussi un métier qui n'est pas le miens, même si je connais quelque bricoles.

Publié par masterbois il y a 3 ans

Ok merci pour tout. Allons y pour les questions. Ça pourra au moins servir aux plus nombreux.

D' abord ce fameux pare-vapeur. Est t' il nécessaire dans les maisons maçonnées et pourquoi?? Quelle est l'unité utilisé pour le définir et à quoi correspond t' elle??  L'ossature bois nous viens, me semble t' il, d' Amérique du Nord. Est ce qu'il traite la thermique de la même façon?? J'imagine que leurs expériences (bonnes ou mauvaises) peuvent nous servir.
Ensuite la RT2012. On lit et trouve tout et son contraire. D'abord légalement que risque t' on si le test d' étanchéité n'est pas validé. J' imagine que le certificat de conformité n'est pas délivré, mais du coup est-ce illégal de vivre dans la maison. C' est pas temps que je ne veux pas le faire, c'est surtout que tout mon entourage me pose la question. Même les archis ne savent pas vraiment répondre. Ensuite concrètement, il semble que l'ancien procédé de ventilation (entrée d'air aux fenêtre et VMC simple flux soit valable. Est-ce vrai, et si oui le test sert uniquement a détecter d' éventuels ponts thermiques??

Voilà pour l'instant.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 3 ans

D' abord ce fameux pare-vapeur. Est t' il nécessaire dans les maisons maçonnées et pourquoi?? Pas toujours nécessaire, mais si vous faites une isolation intérieure peut-être. Pour cela il faut calculer l'emplacement du point de rosée, c'est-à-dire le point du risque de condensation.

Quelle est l'unité utilisé pour le définir et à quoi correspond t' elle?? Gloup ! on y va !! Commençons par le début, c'est-à-dire le matériau :

La perméabilité à la vapeur d'eau est la caractéristique intrinsèque du matériau, elle s'exprime en g/m.h.mmhg, c'est le rapport de la quantité de vapeur d'eau en grammes qui traverse un matériau par mètre d'épaisseur par heure et par millimètre de mercure (pression atmosphérique)

La perméance, c'est la perméabilité divisée par l'épaisseur du matériau en mètre elle s'exprime en g/m².h.mmhg.

La résistance à la diffusion de vapeur d'eau c'est l'inverse de la perméance soit 1 / perméance, elle s'exprime en m².h.mmhg/g.

Le coefficient de résistance à la dffusion de vapeur d'eau appelé µ (mu), c'est un coefficient, donc sans unité et c'est le rapport de la perméabilité à la vapeur d'eau de l'air, divisé par celle du matériau.

De nos jours, la plus part des professionnels s'entendent sur le coefficient SD du matériau qui exprime l'épaisseur en mètres d'une couche d'air équivalente à la perméance du matériau. Losque l'on dit qu'un pare-vapeur présente un SD de 18 mètre, cela signifie que la perméance de ce pare-vapeur est identique à une couche de 18 mètres d'air. Le SD se calcule en multipliant le µ par l'épaisseur en mètres.

L'ossature bois nous viens, me semble t' il, d' Amérique du Nord. Certes, avec le Canada, mais également des pays du nord de l'Europe et en particulier de la Scandinavie, qui présente d'ailleurs des sites remarquables comme l'éco-musée de Seurasaari sur une ile du golfe de Finlande et qui présente des constructions en bois qui ont traversées les siècles, la fameuse église de Petäjävesi en Finlande et construite en 1764.

Est ce qu'il traite la thermique de la même façon?? Oui et non, ils isolent mais ils interdisent les murs respirant. En Suède et Finlande où il fait très froid et où le vent peut être très fort et glacial pendant les long mois d'hiver, les portes et fenêtre sont doubles et le battant qui se trouve à l'extérieur s'ouvre vers l'extérieur de telle sorte que plus le vent est fort plus il plaque les étanchéités à l'air de l'ouvrant et moins il passe.

Ce sont des conceptions différentes de la construction.

la RT2012. On lit et trouve tout et son contraire. NON, la RT 2012 est une réglementation précise, pas simple je vous l'accorde, mais elle donnes des directives précise et vous pouvez télécharger la plaquette :

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGALN_Construction_RT2012_MI_250613.pdf

D'abord légalement que risque t' on  Le domaine de la construction est régit (entre autre) par le domaine normatif, les normes, bien sur, les DTU qui sont également des normes. En tant qu'entrepreneur, vous savez que si vous respectez les normes comme on respecte le code de la route, vous n'aurez pas de problème, car leurs rédactions sont basées sur les retours d'expérience, les avis d'entreprises, de BE, d'organisations professionnelles, d'institutionnels, de bureaux de contrôle, des assureurs, des experts etc. j'en oublie sans doute. Mais vous pouvez vous en affranchir, dans la mesure où vous avez un devoir de réussite mais pas un devoir de respect de la norme. Par contre pour certains ouvrages structurels, vous vous devez de prouvez ce à quoi vous avez dérogé, par le calcul. Mais à contrario, si des désordres interviennent dans la période des dix ans, ce sera de votre faute et votre responsabilité pourra être engagée et l'assureur pourra refuser de vous couvrir.

Le domaine réglementaire qui régit les Eurocodes et les calculs qui s'y rapportent, la réglementation acoustique, la RT 2012, les accès PMR, les garde-corps la loi termite etc. sont des lois confirmées par des décrets d'application et donc sont OBLIGATOIRES, parce qu'ils sont du domaine public et d'intérêt général. Par exemple si votre construction se situe en zone sismique, vous avez obligation d'effectuer les calculs à l'EC 8 et respecter les PS-MI, parce qu'en cas de séisme, votre construction peut présenter un danger corporel. Si votre construction se situe dans une zone sous arrêté préfectoral, vous devez traiter vos bois de structure et panneaux de structure contre les termites et d'une manière générale bois et panneaux dérivés du bois utilisés en structure doivent être traités insecticide contre les insectes xylophage, parce que votre construction peut représenter un danger de propagation aux autres constructions. De la même manière, vous devez respecter la RT 2012, parce que les économies d'énergie sont une cause nationale. Oui, vous pouvez être contrôlé dans les trois ans qui suivent l'achèvement des travaux et si votre construction ne respecte pas les critères ou si vous avez cru bon faire faire une étude thermique de complaisance, vous aurez une amande et selon le cas obligation de faire le nécessaire pour entrer dans le rang. Beaucoup prennent cela pardessus la jambe, mais il y a déjà eu des opérations "commando" des agents de la DGCCRF avec des conséquences saignantes pour les entreprises et y compris sur des gros groupes ayant pignon sur rue et qui se ventent d'être les meilleurs. Il faut se méfier, car maintenant, avec les drones c'est un jeu d'enfant de passer la caméra thermique.

Le type de VMC est pris en compte par l'étude thermique, mais il est certain que la double flux est plus performante dans la mesure où l'apport d'air extérieur est réchauffé par l'air chaud sortant.

Le test dit "BlowerDoor" (porte soufflante) est un test d'infiltrométrie qui sert à vérifier les fuites d'air qui vont révéler une mauvaise mise en œuvre des étanchéités (très souvent des menuiseries). Il est conseillé de passer un contrat avec l'entreprise qui le fait, pour qu'un premier test soit effectué avant de poser les doublages intérieurs, pour éviter de démonter ultérieurement en cas de fuites et il est rare qu'il n'y en ait pas.

En conclusion, vous vous rendez bien compte avec ces réponses, qui pourraient encore être développées, que tout cela n'est pas si simple qu'il y paraît et qu'il ne suffit pas de poser des modules, qu'ils soient fabriqués par vous ou acheté pour monter de l'ossature bois et que contrairement à ce que beaucoup pensent candidement que parce qu'on est bricoleur et qu'on a monté la cabane au fond du jardin, on peut monter sa maison en bois.

Publié par Wng3TFr452 il y a 3 ans

Je viens de découvrir votre forum génial.

Publié par masterbois il y a 3 ans

Et ben ça c'est des réponses au moins. Vraiment merci. Pour info je ne suis pas entrepreneur mais seulement salarié. En tout cas j' apprend beaucoup. Est tu aussi au point sur les toitures en climat montagne. Si oui, j'ouvre un autre post pour mes questions.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 3 ans

C'est-à-dire que j'ai travaillé en tant que conseil sur un projet MOB en Hautes-Alpes à 1600mètres et en zone de sismicité 4. Alors je peux répondre à quelques questions de base, mais mes domaines de prédilection sont la MOB les panneaux et les planchers.

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Mise en oeuvre mezzanine

Publié par Jonathan

3 réponses
2100 vues
0 like

mise en oeuvre feuillard

Publié par bricowat

0 réponse
1565 vues
0 like

Pare vapeur

Publié par Treb

2 réponses
398 vues
0 like

Pare vapeur

Publié par tifoc

8 réponses
1434 vues
0 like

Pare vapeur ?

Publié par haribo70

26 réponses
1499 vues
0 like