Pose OSB scié à la demande sur solive

Publié par José92 il y a 4 ans

Bonsoir à tous,

Je souhaite remplacer le plancher de mes combles qui ont été transformées d’aménageables en habitables avec renforcement de la charpente par le propriétaire précédent. Mes combles ressemblent fortement au dernier schéma de la rubrique « aménagement de combles » de l’excellent blog de Boisphile.

Mon plancher actuel a 20 ans et grince énormément. Il est constitué de lames de 90 de large par 2000 de long, le tout sur 57m².

En bon néophyte et après avoir été conseillé par un artisan, j’étais sur le point de poser des plaques OSB3 sur les solives après y avoir posé une bande résiliente de 10mm d’épais lorsque j’ai appris, en parcourant ce forum et le blog de Boisphile, que le grincement ne provenait pas de l’absence de bande résiliente mais du fait que quasiment aucune des petites rives ne s’appuyaient sur les solives. Je remercie sincèrement les pros qui conseillent sur ce site de m’avoir évité de faire une grosse et chère boulette.

J’ai lu que l’idéal était de poser sur les solives des lambourdes avec un entraxe adapté à la dimension de mes futures plaques.

Mais j’ai aussi parcouru un post qui disait que l’on pouvait visser des plaques OSB à directement sur les solives, en les sciant de façon à ce que les petites rives s’appuient sur les solives tout en laissant entre elles un espace de 2mm. Cela me ferait gagner la hauteur des lambourdes.

Questions :

1) En vissant les petites rives sur les solives et en collant les grandes rives entre elles, confirmez-vous que cette méthode évitera les grincements ?

2) Mes combles habitables font 10m x 5.70m et dépassent donc les 30m². Mes plaques seront posés dans le sens de la longueur. En utilisant des plaques avec rainures et languettes de 1800 x 67,5 ép. 18 et après les avoir sciées pour m’adapter à l’espacement des solives, il me faudra environ 5 plaques de 1750 environ + 1 de 1250  pour faire la longueur de 10m. Puisque j’ai un espace de 2mm entre chaque plaque outre le joint de dilatation de 8mm à chaque extrémité, est ce que je peux m’affranchir de la contrainte des 7m à ne pas dépasser ?

3) Dans le sens de la largeur, les grandes rives seront collées entre elles et vissées sur les solives. On est en dessous des 7m donc ok ?

4) Est-ce que la colle à bois classique permet la dilatation des plaques entre elles ou faut-il acheter une colle spéciale, élastique ?

5) En posant une règle de 2m sur mes solives, j’ai des écarts de niveau qui atteignent les 12mm. Comment les combler ? Peut-être avec une bande résiliente qui soit suffisamment compressible mais pas trop ? Si j’utilise des cales en bois de différentes épaisseur et le tout sur 80m de long, cela me semble une véritable galère !

Je vous remercie d’avance pour vos corrections et vos conseils.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

Histoire de vous mettre en condition, ce serait bien que vous lisiez cela, venant de l'agence qualité construction :

Combles perdus :

Les risques d’une transformation 

> LE CONSTAT

Rendre habitables des combles perdus représente une intervention lourde et à haut risque.

Ces travaux peuvent entraîner des déformations des charpentes, des couvertures, des planchers créés, des cloisons du rez-de-chaussée,...

Ces désordres sont généralement graves et peuvent aller jusqu'à l'effondrement des planchers créés et des charpentes modifiées.

> LE DIAGNOSTIC DES DÉSORDRES 

Les désordres ont pour cause l'ignorance des contraintes nouvelles qui résultent de la modification des hypothèses de calcul d'origine, ainsi que de défauts variés de mise en œuvre.

Défauts de renforcement

> Des éléments porteurs :

Les fermettes industrielles sont reliées entre elles par des entretoises, des contreventements et des barres anti-flambement qui assurent la stabilité de l'ensemble

Pour rendre habitables ces combles perdus, il faut supprimer toutes les barres encombrant le volume central et créer un plancher porteur.

La suppression des barres en volume central avant renforcement des fermettes provoquera leur ruine, sinon de graves déformations généralement impossibles à reprendre ultérieurement. Certaines barres raidissent notamment l'arbalétrier. Avant de les supprimer, il faut renforcer les arbalétriers existants au risque de les voir fléchir

> Aux points singuliers :

Des précautions doivent également être prises lors de la création des trémies nécessaires à l'escalier d'accès aux combles, aux lucarnes ou aux fenêtres de toit. Pour les réaliser, il est nécessaire de sectionner l'entrait ou l'arbalétrier d'une fermette existante.

Des chevêtres nouveaux reportent alors les charges sur les deux fermettes voisines. Celles-ci risquent de s'affaisser si elles ne sont pas suffisamment renforcées.

Malfaçons diverses :

• Les assemblages : tiges filetées passant dans des percements trop grands, clous et vis en nombre insuffisant, trop courts ou mal implantés (trop près du bord), etc. Le jeu ainsi provoqué dans les assemblages risque d'entraîner des déformations de structures qui s'additionnent aux déformations existantes des fermettes.

• La fixation des poutres longitudinales sans pénétration dans les pignons maçonnés est aussi particulièrement risquée.

• Des nouvelles solives sous-dimensionnées ou non-entretoisées. Le nouveau plancher risque alors de s'affaisser. Ce risque existe également si les solives sont en appui sur des éléments déformables comme une poutre longitudinale mal conçue ou mal réalisée, par exemple.

L'affaissement du plancher peut entraîner des fissurations et même l'effondrement du plafond sous-jacent, le flambement et la fissuration des cloisons de l'étage inférieur, la fissuration des cloisons des combles,… Les pignons maçonnés en parpaings creux peuvent aussi se fissurer par traction.

> LES POINTS SENSIBLES 

• La conception.

La transformation d'une charpente nécessite une très bonne connaissance des structures et des charpentes. Elle exige de vérifier par le calcul tous les points-clés.

• Les assemblages sont fortement sollicités.

Leur faiblesse entraîne la fragilisation de toute la charpente.

• La qualité des bois doit garantir leur tenue 

> LES CONSEILS DE PREVENTION

 • Le phasage des travaux doit permettre de préserver la stabilité de l'ouvrage à chaque instant du chantier. Par exemple, il ne faut pas supprimer les contreventements d';origine avant d'avoir mis en place les nouveaux ou, le cas échéant, des contreventements provisoires ;

• Porter une attention toute particulière au déroulement des travaux.

Contrôler la bonne exécution de chaque phase avant de passer à la suivante ;

• Les bois et panneaux de plancher utilisés doivent être secs et préservés des reprises d'humidité en cours de chantier. N'utiliser que des produits de qualité ;

• Veiller de très près à la bonne exécution des assemblages.  

Je précise que ce texte est en rapport avec des travaux effectués par des professionnels

Je pense qu'il n'y a pas plus d'un professionnel en mesure d'exécuter ce type de travaux correctement par département et c'est l'une des plus fréquentes pathologies chez les assureurs.

Alors, quand vous dites que le renforcement a été exécuté par le propriétaire précédent, j'ai un très gros doute sur la fiabilité.

Si les transformations ont été effectuées par lui-même, il en est totalement responsable.

Je vous conseille donc vivement de le contacter et de lui demander de quelle façon ont été calculées ces transformations et de vous fournir les documents du bureau d'étude.

Si vous prenez la décision de changer ce plancher vous-même, vous acceptez implicitement l'existant et en devenez vous-même le responsable. Vous n'aurez aucune assurance pour cela.

Vous n'ignorez pas que les "coups de vent" violents sont de plus en plus fréquents dans toutes les régions. Nous l'avons encore constaté par les informations pour le Sud Ouest la nuit dernière.

Imaginez que cela vous arrive et qu'une partie de cette toiture tombe dans le jardin du voisin et fasse des dégâts …. Imaginez que le renforcement des entraits n'ai pas été réalisés correctement et qu'il y ait une rupture …

AUCUNE ASSURANCE

 

Pardonnez-moi, mais ceci est extrêmement important pour vous et votre famille, c'est alarmiste, certes, mais le risque zéro n'existe pas et croyez moi, parole d'expert, j'en ai tellement vu, que je préfère vous prévenir.

Ensuite, je ne sais pas sur quel forum vous avez lu que l'on pouvait couper les dalles et les visser sur les solives, si c'est effectivement possible, il faut laisser non pas 2 mais 4mm de jeu entre les panneaux. Il faut donc que les solives ou entraits de fermettes aient une largeur minimum de 44mm. Il vous faudra recouper les plaques une par une dans la mesure ou les entraxes de fermettes ne sont pas réguliers.

Si vous recoupez les dalles) 1750, c'est que les entraxes sont de 585mm et dans ce cas, vous pouvez oublier le 18mm qui ne va pas au-delà de 520mm pour passer au 22mm. Mais dans ce cas vous ne trouverez pas de 1800 (et d'ailleurs je ne pense pas que cette longueur existe en 18) et vous devrez passer en 2500.

Non la colle à bois vinylique ne convient pas, il faut un mastic colle de type Sikaflex 11FC Pro.

Il n'est pas possible de caler sous des panneaux, il vous faudra (dans la mesure où la charpente l'accepte) lambourder avec des 63 x 73 à plat et donc caler sous les lambourdes.

Je regrette vivement d'avoir mis le bazar dans vos pensées, mais cela me semble suffisamment important pour l'avoir fait.

Publié par José92 il y a 4 ans

Bonsoir Boisphile,

Ne regrettez pas d’avoir mis le bazar dans mes pensées. Vous m’avez donné des conseils compétents et sincères ce qui n’est pas le cas des 6 entreprises que j’ai reçu pour l’aménagement de mes combles. Pas une ne m’a donné la bonne explication sur le grincement du plancher et elles m’ont toutes conseillées de le conserver en mettant par-dessus des dalles résilientes et un parquet. Donc, à la lecture de vos conseils, il est possible qu’elles aient toutes fait preuve d’incompétence en me disant que mes combles sont habitables et en me faisant les devis en ce sens.

Le téléphone de l’ancien propriétaire n’est plus attribué et le cabinet d’archi qui a validé les plans de cette maison, construite en 92, n’existe plus. Mais je vais approfondir ces 2 pistes dès demain.

En attendant, histoire d’avoir un élément supplémentaire, pourriez-vous me dire si le solivage vous parait suffisamment dimensionné : mes solives s’appuient sur un mur porteur central, la maison faisant 10m de côté. J’ai soit 2 solives de 210x35 côte à côte, soit une poutre de 210x70 avec des entraxes variables entre 50 et 62cm (en consultant vos abaques, j’ai l’impression qu’elles ne sont pas suffisantes. Dire que j’ai même des devis pour un cloisonnement en double peau !).

Voici un lien vers une photo de mes combles pendant que l’on faisait l’isolation : on y voit que la partie supérieure des chevrons est doublée mais les entraits sont masqués par la paroi intérieure que je peux casser si nécessaire.

https://www.dropbox.com/s/5ciuvv54warg4av/IMG_2117%20-%20Copie.JPG?n=249695059

Ok pour l’osb de 22. C’est d’ailleurs l’épaisseur du plancher actuel.

Merci pour votre réponse

José

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

Déjà si vous avez trouvé près de chez vous six entreprises pour transformer des comble vous avez toutes les chances de trouvez au moins cinq branquignoles et peut-être six, tant cette activité est réservée à des entreprises chevronnées (sans jeu de mots) qui bénéficient d'agrément et qui, dans tous les cas présentent une étude complète, chaque cas étant un cas particulier.

Celui qui vous dit d'emblée, < Ah mais nous avons l'habitude, ne vous inquiétez pas> la, vous pouvez au contraire vous inquiéter !!! (et le reconduire vers la sortie)

Ce n'est qu'une photo, mais nous constatons des efflorescences aux emboitements des tuiles et l'absence de pare-pluie. Les arbalétriers de fermettes ne sont visiblement pas renforcés et on ne voit pas comment est réalisé et assemblé le "chapeau" (partie située au-dessus des entraits retroussés)

Non, je ne peux pas calculer comme cela, il faudrait tous les éléments, la portée totale des entraits, la position des jambettes verticales et la position de l'appui intermédiaire.

Publié par José92 il y a 4 ans

Bonjour Boisphile,

Pour vous répondre, j’ai réalisé un plan à l’échelle :

https://www.dropbox.com/s/6nvyjw88tnba9pz/Plan%20combles.JPG?dl=0

Et j’ai pris quelques photos à partir de la  trappe de visite qui donne accès aux combles perdus :

https://www.dropbox.com/s/gr1ek479gu76y3r/premier%20chevron%20contre%20pignon.JPG?dl=0

https://www.dropbox.com/s/v4rmpueh97emsvy/premier%20chevron%20contre%20pignon2.JPG?dl=0

https://www.dropbox.com/s/zetwhitp7cno12o/premi%C3%A8re%20solive%20%28entraits%29%20contre%20pignon.JPG?dl=0

https://www.dropbox.com/s/bhll7hlmo7nnpu6/premi%C3%A8re%20solive%20%28entraits%29%20contre%20pignon%20%282%29.JPG?dl=0

https://www.dropbox.com/s/d1oburp8auiprfn/chevrons.JPG?dl=0

https://www.dropbox.com/s/wmclg1knlkl4stm/chevrons%202.JPG?dl=0

https://www.dropbox.com/s/qwu5m1revnglwx2/Fixation%20jambettes.JPG?dl=0

https://www.dropbox.com/s/m4j78h74xovoxy6/fixation%20jambettes%20%282%29.JPG?dl=0

https://www.dropbox.com/s/nkwyegtkklxi89o/solives.JPG?dl=0

https://www.dropbox.com/s/hzqcpf9u1j9jh2l/cage%20escalier.JPG?dl=0

Par contre, je ne sais pas comment vous donner des infos sur le « chapeau ».

Pardonnez mon ignorance mais je me dis que l’archi a probablement bien fait son boulot en dimensionnant la structure d’origine pour qu’elle puisse supporter toute la charpente et des combles aménageables suffisamment grandes de 57m².

Donc le poids supplémentaire généré par « l’habitabilité », que j’avais calculé à 1400 kgs, devrait être supporté par le double solivage. Faut-il diviser ce poids par la surface habitable qui correspond globalement à la surface entre les jambettes verticales soi 60m² (soit 23kgs/m²) ou la surface totale des solives soit 100 m² (soit 14kgs/m²)? Mais je suppose que cela est loin d’être aussi simpliste.

Merci pour votre réponse

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

En l'état actuel des choses et au vue des photos, je ne peux pas faire grand-chose pour vous.

A priori (mais ce ne sont que des à priori) le "chapeau" des fermettes a été renforcé sans réelle nécessité, mais les arbalétriers ne l'ont pas été alors que c'était nécessaire, on ne sait pas comment ont été renforcés les entraits si toutefois ils l'ont été, il n'y a pas de pare-pluie sous les tuiles de telle sorte qu'en cas d'infiltration c'est votre isolant qui prendra l'eau et quand le désordre apparaîtra sur le placo vous ne pourrez que constater ou monter sur la couverture pour tenter de trouver la fuite, mais pour autant que ferez vous de l'isolant ?

Tout cela est bien emmerdant et je ne sais pas quoi vous dire.

Publié par José92 il y a 4 ans

Il doit être possible d'enlever les tuiles et de mettre un pare pluie ? De toutes façons, il y a de la mousse sur les tuiles et je dois m'en occuper aux beaux jours.
Est ce que les 14kgs sur 100m² ou les 23 sur 60 vous paraissent dangereux ?
Qu'est ce que je risque à votre avis : quelques fissures ou tout qui s'écroule ?

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

Ce n'est pas si simple, il faut découvrir, retirer les liteaux, poser le pare pluie, poser un contrelattage sur les chevrons pour rehausser les liteaux, reposer les liteaux et les tuiles ……………

Pour ce qui est des entraits en 35 x 220, s'ils sont effectivement posés sur le refend au milieu des 6m14, j'aurais tendance à dire que ça passe très bien, mais il faut en être certain.

Publié par José92 il y a 4 ans

Pare pluie :
Il n'existe pas de solution intermédiaire, par exemple un plastique suffisamment solide qui se poserait sur les liteaux en mettant les tuiles par dessus ? Tous les propriétaires qui font isoler leurs combles installent un pare pluie avant (surtout que le mode opératoire doit se traduire par une facture relativement coûteuse) ? Le moins que l'on puisse dire c'est que j'ai été plutôt mal conseillé jusqu'à présent.

Solives :
Je viens de prendre une photo sur laquelle on voit que les solives de part et d'autre du mur de soutien repose bien sur celui-ci. Elles font 210x70 ou 210 x35 x2. Est ce que c'est rassurant ?

https://www.dropbox.com/s/93y876ilm363ttl/Solive%20sur%20refend.JPG?dl=0

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

Je ne comprends pas, cette maison ou pour le moins cette charpente ne semble pas si vielle que cela, cela fait des décennies qu'on pose des pare-pluie en sous couverture. Mais non, malheureusement il n'y a pas de demi-mesure.

Oui, si elles posent bien sur le refend du milieu, pour moi ce serait OK.

Publié par José92 il y a 4 ans

Merci Boisphile
Voila une réponse qui soulage !
Mais pourquoi tenez-vous compte principalement des 614 que sont l'entraxe des jambettes (avec un mur de refend à peu près au milieu) et non pas des 10m que sont l'entraxe des murs de façade sur lesquels reposent les solives ?

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

C'est une vérification empirique, mais qui donne une idée du fonctionnement.

En fait, l'entrait d'une fermette est une poutre sur 4 appuis, les deux appuis d'extrémités et les deux jambettes qui sont des appuis inversés et dans votre cas un cinquième qui est le refend.

Bon, évidemment il faut l'outil pour le calculer; mais je l'ai.

De plus, la charge entre jambettes n'est pas la même qu'entre jambette et bas de pente. Je compte toujours quelques charges parce qu'on y fait souvent des rangements, mais rien à voir avec les charges d'un plancher habitable.

Je précise bien que cela ne remplace pas le calcul complet (que je n'ai pas le temps de faire avec mon logiciel), mais cela donne une idée. Si la déformation est trop juste, je botte en touche, mais s'il y a de la marge comme dans votre cas, je peux me permettre de dire que c'est OK.

Publié par José92 il y a 4 ans

Merci Boisphile pour ces éclaircissements

Je reviens sur une question que j’ai posé au début, certes de façon un peu prématuré, mais qui est maintenant d’actualité.

Comment combler des écarts de niveau (jusqu’à 12mm sur 2m) sur mes solives avant de poser l’osb ?

Vous aviez déjà répondu qu'il fallait lambourder mais l'idéal serait de l'éviter pour ne pas rajouter du poids ? Toujours avec l’objectif d’éviter les grincements.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

Les grincements n'ont rien à voir avec les charges, il proviennent des fixations, de mauvais assemblages etc ..

Dans votre cas (très classique) Recouper des dalles n'est évidemment pas la bonne solution car même en laissant 5mm entre chaque dalle, un jour ou l'autre les deux bords vont se toucher et il y aura grincement. Par ailleurs, on ne peut pas caller des dalles, elles doivent être fixées sur des supports continus, donc il n'y a que deux solutions : vivre comme ça ou lambourder.

Evidemment, lambourder est la meilleure solution car vous pouvez caller sous les lambourdes pour mettre à niveau et dans la même temps adapter les entraxes de lambourdes pour ne pas avoir à recouper les dalles. Un collage des assemblages et l'utilisation de vis à filetage partiel éviteront les grincements futurs.

Mais avant tout il faudrait comprendre pourquoi cette déformation………….. c'est bien cela le plus important, parce qu'imaginez simplement que les entraits de fermettes, contrairement à ce que vous pensez, ne reposent pas réellement sur le mur de refend, si vous voulez éviter la catastrophe, il y a intérêt à les caler avant tout, si non, dans quelques années c'est 25mm de déformation que vous aurez.

Publié par frc63 il y a 4 ans

Le Boss a dit :

""Par ailleurs, on ne peut pas caller des dalles, elles doivent être fixées sur des supports continus, donc il n'y a que deux solutions : vivre comme ça ou lambourder.""

Et j'ai du mal a comprendre.

Pourquoi ne pas récupérer par calage ce type de faibles erreurs sur les solives (max 12 mm ici) ET visser solidement les dalles OSB dans les solives au travers du calage par de longues vis ?

Je l'ai déja fait, j'ai retrouvé une super horizontalité, ça ne grince pas, j'ai vraiment du mal à comprendre ce qui peut rendre cette solution intolérable*...

* j'ai bien ma petite idée, le calage est forcément discret (au sens mathématique, pas au sens vernaculaire) et, par définition, c'est une discontinuité, donc j'ai compris. Reste que j'ai choisis en conscience de ne pas subir le sol de traviole (comme avant), ni de perdre la hauteur du lambourdage. Mais cépabien.


Publié par José92 il y a 4 ans

Il est vrai que je préfèrerais caler sur solives mais, outre le fait que « le boss » ne le conseille pas, il me faudrait dans ce cas-là des plaques osb ép 22 de 2500x1250 et je ne vois pas comment je pourrai les monter jusqu’aux combles. Alors qu’en ép 18, il existe (au moins chez [citation commerciale]) des plaques osb3 Cityboard de 1690x634. Mais je ne sais pas du tout ce que ça vaut (il me semble avoir lu sur ce forum qu’il fallait éviter de les acheter en GSB).

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

Pourquoi ne pas récupérer par calage ce type de faibles erreurs sur les solives (max 12 mm ici) ET visser solidement les dalles OSB dans les solives au travers du calage par de longues vis ?

Parce que les panneaux ne résisteraient pas à des calages localisés. Les panneaux de particules ou d'OSB sont composés de fins copeaux pour le panneau de particules et de lamelles pour l'OSB. Ils ne présentent donc pas une homogénéité suffisante pour accepter des appuis non continus, c'est mécaniq

De plus, il faut savoir que le module d'élasticité d'un panneau varie du simple au double entre le sens long et le sens travers. Quant il est posé perpendiculairement aux solives, il travaille en flexion en sens long. Si vous posez des cales aux angles, entre ces angles il travaillera en flexion de travers et ne résistera pas.

Comme quoi tout n'est pas si simple. C'est bien précisé dans le DTU mais évidemment pas expliqué …….

Cela tient, mais on ne sait pas dire combien de temps c'est comme les pieds de la chaise quand on se bascule en arrière, tous les calculs prouveront que cela casse et pourtant vous le faites 100 fois et puis un jour, "crac", le cul par terre, les calculs l'avaient dit ………………

C'est le gros problème des témoignages individuels bases sur une expérience unique ""Ah ! Mais moi je l'ai fais comme ça et je n'ai pas de problème"", c'est exactement ce que dit l'entrepreneur qui est convoqué pour un désordre

""Mais je ne comprends pas cela fait 20 ans que je fais comme ça et je n'ai jamais eu de problème"" si vous saviez combien de fois j'ai entendu cette phrase universelle  ….. et oui 20 ans et un jour, *** ça ne passe pas !!! Et attention, je précise bien que ce ne sont pas des charlots, les mecs sont honnêtes, ils pensent faire correctement.

C'est comme l'histoire des petites rives des dalles qui doivent être supportées et fixées sur les solives, cela fait 40 ans que c'est écrit et il y a encore des professionnels qui disent que comme les dalles sont bouvetées on peut les poser à la volée. NON, NON, et NON ! ce n'est pas vrai, parce que l'assemblage en forme de "H" majuscule que cela forme est une perte entre 20 et 25% de charge à cet endroit. L'entreprise qui a tenu le discours précédent dans un immeuble de bureaux en Normandie où il en a posé 3 étage et dans lequel, le jour de l'emménagement, une grosse imprimante a failli descendre d'un étage. Expertise, démontage du plafond sous jacent, contrôle, petites rives non portées, démontage des 3 niveaux, retard, perte d'exploitation, indemnisation des entreprises etc etc … Mon cher m² de plancher !!!


Publié par José92 il y a 4 ans

Bonsoir Boisphile,

Voici les contrôles effectués :

1) Entrait façade N : Il est bien calé avec un tasseau sur le refend. Je vais rajouter un tasseau supplémentaire pour que l’appui se fasse sur la largeur du refend

https://www.dropbox.com/s/zawxkv9t4zgduub/entrait%20sur%20refend%20fa%C3%A7ade%20N%201.JPG?dl=0

https://www.dropbox.com/s/ybyfh1fxodsf1pj/entrait%20sur%20refend%20fa%C3%A7ade%20N%202..JPG?dl=0

2) Entrait façade S : Vos craintes étaient confirmées : il ne repose pas sur le refend. J’ai 2 cm de vide. Je vais caler avec un tasseau

https://www.dropbox.com/s/w6cbmqnamtqdv5f/entrait%20sur%20refend%20fa%C3%A7ade%20S%201.JPG?dl=0

https://www.dropbox.com/s/heo2dltx4fa3ps1/entrait%20sur%20refend%20fa%C3%A7ade%20S%202.JPG?dl=0

3) Solives sur refend : elles reposent toutes dessus

https://www.dropbox.com/s/r526ltc47b6b4yc/Solive%20sur%20refend%202.JPG?dl=0

sauf la 1ere après la cage d’escalier. Aucune des 2 solives de 210x35 ni celle de 70 ne repose dessus (j’ai pu passer un tournevis entre) et je ne comprends pas pourquoi. Je vais caler tout ça.

https://www.dropbox.com/s/libyqpunwf76sb8/Solive%20sur%20refend%203.JPG?dl=0

Par ailleurs, je suis étonné que les 2 entraits sur façade N et S soit d’une section identique aux solives (210x35) qui, elles, ont été doublées !

Qu’est-ce que cela vous inspire ? Dois-je faire un autre contrôle avant de passer à la phase lambourdage ?

Merci pour votre réponse et pour tout le temps que vous m’avez déjà consacré

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

Les entraits d'extrémités ne portent qu'une demie charge, ils n'ont donc pas besoin d'être doublés

Publié par José92 il y a 4 ans

Merci. Je cale sous mes entraits, j’enlève le plancher actuel et je lambourde

Il faut d’abord choisir la dimension de mes plaques et dimensionner les lambourdes en conséquence. Que conseillez-vous comme dalles osb3 ? est-ce que les plaques osb3 Cityboard de 1690x634 ép 18 vendus chez [citation commerciale] peuvent faire l’affaire ?

[citation commerciale]

Publié par frc63 il y a 4 ans

Superbe explication du taulier, tres instructif ! (c'est bien ce que j'avais compris, ça ne porte pas parfaitement à plat, vu la nature de l'OSB : pas bon)


""Mais je ne comprends pas cela fait 20 ans que je fais comme ça et je n'ai jamais eu de problème"" si vous saviez combien de fois j'ai entendu cette phrase universelle  ….. et oui 20 ans et un jour, *** ça ne passe pas !!! Et attention, je précise bien que ce ne sont pas des charlots, les mecs sont honnêtes, ils pensent faire correctement.""

Une question me vient à ce sujet "20 ans"... En thermique, c'est le contraire de cette approche "ça ne doit jamais arriver" :

La puissance d'une chaudière se détermine en fonctions des deperditions, du renouvellement de l'air, de la température de confort demandée, par contre, pour ne pas tomber dans des délires de puissance, la norme défini une Température de base ( défini pour un lieu par une occurrence moyenne de 5 fois par hiver sur une norme trentenale).

Ainsi, la T de base à Paris est de -7°C, mais il y a déja fait moins de -20°C.

On ne dimensionne JAMAIS à la Tempé la plus basse jamais enregistrée, car ce serait un non-sens économique, écologique, financier... Le but est de ne pas se retrouver avec une chaudière de porte avion nucléaire pour une maison de 80 m2.

Bref,
si il fait -23°C, il ne fera pas 20°C dans la maison.

La photocopieuse de 3 tonnes est l'équivalent de l'hiver avec une pointe à -23°C à Paris. Si le type veut QUOI QU'IL SE PASSE 20°C dans sa maison, qu'il en paye le prix fort (chaudière énormes, radiateurs géants). Une photocopieuse tres lourde, un coffre fort, c'est pareil, faut payer pour charger plus que de raison.

En tout cas, dans le thermique, la T de base est un bon garde fou raisonnable.

Bref, la photocopieuse n'était-telle pas une utilisation "anormale" ou "exagérée" de ce plancher ??

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

Non ce n'était pas une  imprimante de 3 tonnes, un matériel de bureau pour une structure calculée pour des bureaux, architecte et BE, rien d'anormal mais elle était sur roulettes escamotables.

Comme les petites rives des dalles ne reposaient pas sur les solives comme cela aurait du être, ce fameux assemblage en "H" majuscule entre deux solives n'a pas résisté au passage des roulettes, "crac" on passe au travers.

Rien de grave, l'accident bête ………… Mais dans un bureau ça se remarque et évidemment vent de panique, un peu (beaucoup) d'exagération, on appelle le maître d'œuvre, l'architecte, un expert et en démontant le faux plafond en-dessous on constate que les dalles ne sont pas posées correctement.

Là cela ne fait pas un pli, réunion de chantier complète, on stoppe les emménagements, expertise plus complète et évidemment décision de tout reprendre dans las règles.

Coût énorme pour les assurances avec l'arrêt des déménagements les retards les pertes d'exploitation etc…

L'entreprise qui a été payée au raz des pâquerettes pour ce plancher a fait une pose à joints perdus pour gagner du temps et du coup c'est elle qui a perdu …………GROS, TRES TRES GROS.

Publié par frc63 il y a 4 ans

Ah, merci pour tout ces détails précis (le Taulier est un type vraiment réactif!).

""Non ce n'était pas une imprimante de 3 tonnes, un matériel de bureau pour une structure calculée
pour des bureaux, architecte et BE, rien d'anormal mais elle était sur
roulettes escamotables.""

Donc une charge normale, mais une répartition de la charge qui ne l’était pas à cause des roulettes. J'ai eu un copain dans les chariots élévateurs, qui m'avait raconté une histoire de roulettes trop dures et rigides qui cassaient tout sur leur passage (carrelage, béton...) tant la charge portait sur une surface minuscule.

Comme les petites rives des dalles ne reposaient pas sur les solives comme cela aurait du être, ce fameux assemblage en "H" majuscule entre deux solives n'a pas résisté au passage des roulettes, "crac" on passe au travers.

Ok pour l'analyse. Donc les roulettes sont aussi en faute non ?

"Rien de grave, l'accident bête ………… Mais dans un bureau ça se remarque et évidemment vent de panique, un peu (beaucoup) d'exagération, on appelle le maître d'œuvre, l'architecte, un expert et en démontant le faux plafond en-dessous on constate que les dalles ne sont pas posées correctement.

Là cela ne fait pas un pli, réunion de chantier complète, on stoppe les emménagements, expertise plus complète et évidemment décision de tout reprendre dans las règles.

Le délire complet du monde judiciarisé moderne. quelle perte de temps et surtout d'argent, que de capital envolé pour peu de chose, que des perdants dans cette histoire... Une solution pragmatique eut été de constater le préjudice (sol non réglementaire présentant une fragilité), en tenir compte (faire gaffe de mieux répartir les charges, avec une note en noir sur blanc allant dans ce sens, sur la base des calculs comme tu les faits), négociation de préjudice (si location, geste sur le loyer en rapport avec la gêne occasionnée). Le préjudice subit par le proprio doit être indemnisé (assurance du pro concerné), et, pour ce dernier pro, hausse de sa cotisation (malus).

L’outil de travail (quelque peu moins performant que prévu) aurait été sauvé, les couts associés au (petit) préjudice faible.

Coût énorme pour les assurances avec l'arrêt des déménagements les retards les pertes d'exploitation etc…

L'entreprise qui a été payée au raz des pâquerettes pour ce plancher a fait une pose à joints perdus pour gagner du temps et du coup c'est elle qui a perdu …………GROS, TRES TRES GROS.

"Raz des Paquerettes", tout est dit, prestation facturée trop BAS, le type (le patron), pris à la gorge, n'avais pas d'autre choix que de s’aligner très bas pour payer ses gars, faire les échéances de tous les fâcheux qui EUX n'attendent pas. Son travail est médiocre, c'est vrai, mais sa responsabilité n'est que tres partielle.

Depuis plus de 30 ans, j'en ai vu défilé du petit patron dans la mouise (de plus en plus) qui travaille un peu "border line", et la société judiciarisée est impitoyable avec eux "[propos injurieux] de patron" quand arrive ce genre de faute qui a plus a voir avec un 137 sur autoroute qu'avec un 200 km/h sur départementale.

Certains se suicident :-(((

Publié par José92 il y a 4 ans

Bonjour,

Je n’ai rien contre le fait que vous « philosophiez » mais je pense qu’il faudrait pour cela ouvrir un autre sujet.

Pour ma part, je considère concernant Boisphile que 11000 messages répartis sur 10 ans (quelle constance !!!), soit des centaines de personnes conseillées de façon extrêmement compétentes et personne ne peut en douter, cela force le respect voire l’admiration.

Un compliment sincère et mérité ne fait jamais de mal à celui qui le reçoit et est extrêmement agréable à formuler.

Revenons à mes moutons svp.

Je me suis rendu compte que mon précédent message, en mentionnant des noms de fournisseurs, ne respectait pas la déontologie de ce forum. J’en suis navré.

Je pense opter pour des plaques OSB3 de bonne qualité (hors gsb) que vous connaissez bien de 2500x675 ép 18mm.

Etant donné que mes solives font 210x70 avec des entraxes variables entre 50 et 62cm, que me conseillez-vous comme dimensions et entraxes de lambourdes en sachant que, à sécurité égale, moins elles sont hautes (quitte à en mettre davantage) et mieux je me porte ?

La surface à couvrir est de 57m² : comment faire 2 zones distinctes

Me conseillez-vous de mettre des bandes type [citation commerciale] sur les lambourdes ?

Merci d’avance

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

frc63 - Je veux bien répondre à vos questions et je l'ai prouvé, mais maintenant vos interventions deviennent maladives, vous avez toujours une critique à faire et c'est votre droit le plus strict. Je continuerai à vous répondre, pas de problème, mais on emmerde tout le monde à répondre sur leur posts, surtout qu'à chaque fois vous reprenez les textes et cela fait des tartines. Oui je pense qu'il serait mieux d'ouvrir un sujet qui vous est propre.

Merci de votre compréhension.

Cela étant, pour vous répondre quand même, imaginons qu'un ouvrier perché sur un escabeau ratte une marche en descendant, comme il n'est pas très haut, il tombe sur ses poids, mais justement au mauvais endroit et il se fait une double fracture ouverte d'une jambe, incapacité de travail, rééducation et perte partielle d'autonomie. Pour être remboursé, il doit porter plainte. C'est vous qui avez posé le plancher, vous dites quoi ? (ce n'est pas une fiction)

On arrête là SVP.

 

josé92 - Posez des lambourdes de 50 x 75 à plat avec des entraxes de 450 et des dalles OSB 3 plus en 1800x675 x 16mm et le tour est joué. (en plus cela me fait plaisir, c'est moi qui les ai lancé à l'époque)

Publié par José92 il y a 4 ans

Merci pour la réponse.

1) Les cotes de mes combles font que c’est bien plus simple de poser du 2500 ép 18 plutôt que du 1800 ép 16. Dans ce cas, puis-je conserver des lambourdes de 50x75 avec un entraxe de 500 ???

2) Sur la fiche du fournisseur, le format utile est de 2500. Cela veut dire que la languette est en plus ? Donc la cote très précise de l’entraxe avec 6 supports est bien de 500 ???

3) Mes combles font en gros 10m par 5.80. Je pose les dalles en coupe de pierre. Comment fractionner ma surface ? En laissant un vide de 10mm entre les plaques au milieu de ma pièce ???

Publié par José92 il y a 4 ans

je viens de voir sur votre blog la réponse à la question 2. merci de me répondre sur les 2 autres svp

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

J'airai tendance à vous dire de passer à 417 et de poser de l'OSB de 15.

Vous posez tout normalement, vous repérez la solive sur laquelle vous ferez la coupe pour ne pas y mettre de vis.

Quand tout est posé vous faites un joint de 7 ou 8 mm à la circulaire en réglant bien la profondeur de lame.

Publié par frc63 il y a 4 ans

Effectivement, José, tu as raison, j'ai pollué ton fil, et vais donc cesser de le perturber

Je vais donc creer un autre fil, qui me sera dédié.

Encore milles excuses...

Publié par José92 il y a 4 ans

Ok pour le fractionnement. Je n’aurai pas dû vous poser la question car j’ai vu sur le forum que vous y avez déjà répondu à de nombreuses reprises.

Plutôt que de réduire l’entraxe et l’épaisseur de la dalle, ne serait-il pas possible de réduire la hauteur de la lambourde ?

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 4 ans

NON ! Ce sont du coup les lambourdes qui sont porteuses.

Publié par José92 il y a 4 ans

ok
"Posez des lambourdes de 50 x 75 à plat avec des entraxes de 450 et des dalles OSB 3 plus en 1800x675 x 16m"
Deux dernières questions la-dessus :
1) "à plat" : j'espère que vous voulez dire que 50 représente la hauteur ?
2) quel entraxe maxi puis-je avoir avec du 18 : 418, 500 ou 625 ?

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Pose OSB / solives

Publié par vasco

1 réponse
1290 vues
0 like

Demande de conseils concernant solives et OSB

Publié par ToMMy21

1 réponse
686 vues
0 like

pose plancher OSB sur mes solives

Publié par parkingsong

6 réponses
3192 vues
0 like

Demande conseils pour pose dalles bois sur solives.

Publié par nonob

15 réponses
1499 vues
0 like

scie sur table

Publié par ChristopheL

0 réponse
1525 vues
0 like