Plancher OSB3

Publié par JC37550 il y a 6 ans

Bonjour,

Nous avons fait construire une maison livrée en juin 2010 pour laquelle nous avions fait posé par le constructeur l'escalier et un plancher bois (question tarif) afin d’aménager les combles ainsi que les chevêtres prévus a cet effet.

Nous souhaitons commencer a réaliser les travaux prochainement mais je me suis aperçu d'une faiblesse a un certain endroit du plancher, le constructeur doit venir en fin de mois pour faire le nécessaire.

Il faut savoir que le plancher que le constructeur a posé c'est du kronoply osb3 18mm directement perpendiculairement sur solives d'entraxe d'environ 60cm avec bandes phaltex. Il m'a toujours assuré que le fait que les petites rives(largeur) repose dans certains cas dans le vide ne posait pas de problème, pouvez vous me confirmer ce point sachant que le plancher doit selon le contrat supporté une charge de 150kg/m2?

En effet le plancher est posé a la maniere d'un parquet flotant(H) et donc a l'endroit de la faiblesse constatée nous avons 2 jonctions petites rives qui reposent dans le vide et entre le même entraxe!!
Le constructeur prévoit dans ce cas de découper les 3 rangées incriminées jusqu’à cette faiblesse et de fixer une planche sur la solive la plus loingtaine afin de disposer d'un appui pour refixer dessus les nouvelles dalles osb, j'ai fais un schéma qui ressemble a mon problème ci-dessous:

Pouvez vous me confirmer que je n'ai aucun risque sur aménagement de nos combles sachant que le reste de la pose sur environ 60m2 me parait stable et ne grince pas, nous entendons forcement au RDC les bruits de pas?

Merci pour votre aide.

Jean-Claude.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 6 ans

Le constructeur dit n'importe quoi.

Extrait du DTU 51-3 plancher bois.

Je précise que ces dispositions sont présentes dans ce DTU depuis 1983. L'entrepreneur qui les ignore est incompétent, je suis désolé de le dire.

5.1.5 Exécution des ouvrages

5.1.5.1 Appuis

Les lames à planchers, planches ou panneaux doivent reposer sur 3 appuis au moins.

L’entraxe des solives doit être un sous-multiple de la longueur des panneaux retenus et éventuellement de celle des lames pour que les petits côtés de ceux-ci soient supportés.

L’épaisseur des lames à planchers, planches ou panneaux est déterminée en fonction de l’entraxe des solives et des charges à prendre en compte.

Les lames et planches sont mises en œuvre bord à bord (pose dite jointive) et à joints décalés.

Les panneaux sont posés à joints décalés (pose dite à coupe de pierre).

Selon la nature du revêtement de sol, ils sont posés :

— à bord jointif, cas des chants rainurés, dans ce cas, les dalles constituant le plancher d’une même pièce sont disposées de telle manière qu’un espace de 10 mm soit prévu sur toute la périphérie de la pièce et éventuellement aux zones de fractionnement.

— avec un jeu entre chaque panneau, cas des chants droits, dans ce cas un joint de l’ordre de 1 à 1,5 mm par mètre dans les deux sens est prévu à la périphérie de chaque panneau.

Dans tous les cas, les rives des panneaux parallèles aux appuis doivent reposer sur un support continu. Les rives perpendiculaires doivent être soit supportées, soit usinées et assemblées, afin que la jonction entre les panneaux permette la transmission des charges et satisfasse aux conditions de résistance prévues en partie courante.

NOTE En dehors de l’obligation (5.1.3.1), il est conseillé de coller les panneaux entre eux.

Le recouvrement sur les appuis doit être de 18 mm au minimum, 20 mm étant conseillé.

En raison de l’impératif de pose à coupe de pierre, la pose sur deux appuis est exceptionnellement admise sur des petites surfaces.

5.1.5.2 Fixations

Dans le cas d’une fixation par clouage ou agrafage, l’espacement maximal des pointes est de 150 mm sur les appuis périphériques et de 300 mm en partie courante et à une distance minimale de 8 mm des rives, 10 mm étant conseillé.

Ce clouage est complété par un vissage aux 4 angles du panneau et à mi-longueur, sauf disposition particulières

(pointes spéciales ou nature des bois des solivages).

Dans le cas d’une fixation par vissage, les mêmes espacements sont respectés.

Les vis pointes ou agrafes sont enfoncées de telle sorte que l’emplacement de leur tête soit noyé et, dans le cas de sols minces mastiqués et le cas échéant, poncé.

5.1.5.3 Autres prescriptions d’exécution

Dans le cas de pose à bords jointifs collés ou non, la surface d’un seul tenant est limitée à 40 m2 pour le contreplaqué et à 30 m2 pour les autres panneaux, le plus grand côté n’excédant pas 7 m.

Des zones de fractionnement sont prévues à cet effet chaque fois que nécessaire.

En règle générale, les lames planches ou panneaux sont orientés de telle sorte que leur longueur soit perpendiculaire au solivage.

Si les documents particuliers du marché prescrivent une aération de la sous face du plancher, l’entrepreneur doit s’assurer que les dispositions prévues par le maître d’œuvre sont respectées.

Lorsqu’un pare-vapeur est nécessaire, il doit être placé :

— soit entre les solives et le panneau si ce dernier supporte directement le revêtement de sol,

— soit directement sur le panneau si celui-ci est destiné à recevoir un plancher flottant (voir chapitre 5.5).

Le pare-vapeur doit avoir une perméance 1 mg/m2.h.mm Hg. Il doit être sans discontinuité et relevé à la périphérie.

 

Il convient aussi de préciser que les 150 kg/m² ne sont que la partie exploitation du plancher, c'est-à-dore sont fonctionnement.

20% soit 30kg/m² sont comptés en charges permanentes pour tenir compte du mobilier statique et 80% soit 120 kg/m² sont comptés en temporaire et représente les mouvements des personnes qui se baladent sur ce plancher. A ces charges, viennent s'ajouter toutes les autres charges permanentes et par exemple, le solivage doit reprendre outre ces 150 kg/m², le plafond, la plancher, les cloisons, les revêtements de sol, les isolants. Dans ces conditions, nous arrivons très vite à une charge totale de 240kg/m² dont 50% sont des charges permanentes.

L'entraxe de 600 me fait penser à de la fermette et si tel est le cas, entre les aléas d'entraxes irréguliers, la largeur réelles des entrait de 35mm et cet entraxe de 600 non-conformes pour de l'OSB, le plancher en tant que tel n'est pas conforme aux règles les plus élémentaires.

Soit l'ensemble solivage plancher répond à tous ces critères et il est habitable, soit il ne l'est pas.

 

Selon votre description, en tant que membre de la commission de normalisation, je vous confirme que ce plancher ne répond pas aux prescriptions du DTU 51-3 plancher bois et panneaux dérivés du bois, pour lequel je suis également membre.

Publié par JC37550 il y a 6 ans

Merci énormément pour votre réponse,

Pouvez vous me dire quelle serait la solution pour bénéficier d'un plancher bois pour mon étage sachant que la la fermette est bien de l'industrielle et a été prévu pour l’aménagement des combles?
En effet l'escalier est posé et donc la trémie prévu a cet effet, les chevêtres sont déjà faites depuis la construction et ce plancher réalisé, tout ça par le constructeur.
Je dispose aussi de toute la documentation technique fournie par le fournisseur de la charpente qui avait a priori bien pris en compte le fait que cet etage allez être habité puisque tout y est dessiné(trémie, chevêtres...).

J'ai pris contact avec un représentant technique de kronofrance sur ce type de pose, il m'a informé que la solution serait de faire des découpes afin de retomber sur les solives et repartir coté rainure, me confirmez-vous cela?

Enfin puis je citer vos réponses en tant qu'information auprès de mon constructeur.
Il est a noté que j’entretiens de bons rapports avec le commercial (ancien chef de travaux) de mon constructeur.

Merci pour votre aide précieuse car je ne maitrise pas du tout ce domaine et il est difficile de s'y retrouver.

Jean-Claude.

Publié par JC37550 il y a 6 ans

Désole, j'ai oublié de préciser que entre les solives j'ai des entretoises de même hauteur (plus ou moins) reparties sur toutes la surface :



Merci

Publié par JC37550 il y a 6 ans

Bonjour Boisphile,

Pouvez vous SVP répondre a mes différentes questions ci-dessus afin que je puisse me rapprocher de mon constructeur.

Merci

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 6 ans

Je vais appeler Eric qui vous a dit des âneries. La largeur de 35mm des fermettes est insuffisante pour reposer deux panneaux consécutifs, de plus, dans ce cas il faut laisser un jeu de 2 ou 3 mm entre les panneaux ........... Je l'appelle lundi.

Dans ce cas comme dans la plus part des cas pour ne pas dire toujours, il est nécessaire de lambourder.

Quant à la note de calculs du fabricant, vérifiez bien que tout soit pris en compte, plafond horizontal, plafond rampant, cloisons, isolations, lambourdes et revêtements de sol.

Vous pouvez me citer, ce ne sont pas des informations, c'est la réalité du DTU, il s'agit d'un copié-collé, de plus, je suis membre de la commission structure bois.

Publié par JC37550 il y a 6 ans

Merci pour votre réponse Gérard(c'est bien votre prénom?),

Surtout ne grondez pas Eric!!!!, c'est déjà sympa de m'avoir informer et je ne lui ai pas donné les dimensions des solives.
Je peux donc demander de lambourder au niveau des appuis, je suppose de même largeur que les solives c'est a dire 35mm et de même hauteur ce qui fera un appui de 70mm.

Il y a t'il une solution d'une nouvelle pose sur l’existant afin d’éviter de tout démonter, c'est a dire de recréer des appuis de 60mm de large et 30mm de hauteur au niveau des solives fixés sur l'osb déjà posé puis recréer un plancher OSB qui lors de la pose après découpe reposera sur ces appuis?
Problème on perd 5 cm sur la hauteur d'habitation!!pas génial!!et peut Etre une contrainte supplémentaire?

Et si c'est possible, quelle solution vous semble la meilleure, lambourder ou cette dernière?

Merci pour votre aide.

Publié par JC37550 il y a 6 ans

Bonsoir Boisphile,

pour avancer avec mon constructeur pouvez vous répondre a mes dernières interrogations ci-dessus.

Merci

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 6 ans

Le constructeur est assuré, son poseur aussi.

Ils n'ont pas respecté les règles, ils ont joué, ils ont perdu, ils paient.

Vous pouvez rouler à 150 sur l'autoroute, mais si vous vous faites prendre vous payez ........... Il n'y a rien d'autre à dire.

Publié par JC37550 il y a 6 ans

Merci pour votre réponse mais pour finir pouvez vous me confirmer ce qui suit:

Je peux donc demander d'augmenter la surface des appuis en doublant la surface des solives avec des planches de 35mm sur 50mm de hauteur clouées sur les cotés des solives afin d'y reposer dessus les planches osb coupées au bonne dimensions. De plus coller toutes les planches OSB qui peuvent se jointer au niveau des rainures.

Il y a t'il une solution d'une nouvelle pose sur l’existant afin d’éviter de tout démonter, c'est a dire de recréer des appuis de 60mm de large et 30mm de hauteur au niveau des solives fixés sur l'osb déjà posé (donc prise sur osb puis solive)  puis recréer un plancher OSB qui lors de la pose après découpe reposera sur ces appuis en apportant pourquoi pas un isolant phonique entre les deux couche d'osb?
Problème on perd 5 cm sur la hauteur d'habitation!!pas génial!!et peut Être une contrainte supplémentaire?

Et si c'est possible, quelle solution vous semble la meilleure, lambourder perpendiculairement au solives, augmenter les appuis en doublant la surface d'appui pour l'osb découpé au bonnes dimensions ou cette dernière?

Merci pour votre aide.

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Plancher OSB3

Publié par tyty

3 réponses
1482 vues
0 like

finition sur plancher osb3

Publié par indamix

0 réponse
1410 vues
0 like

panneau de plancher OSB3

Publié par sader 410

1 réponse
1644 vues
0 like

Quel revetement sur du plancher OSB3?

Publié par sos007

5 réponses
2397 vues
0 like

plancher neuf OSB3

Publié par Ludolaurie

10 réponses
1061 vues
0 like