Rénovation et isolation parquet massif ancien

Publié par ShiftP il y a 16 ans

Bonjour à tous,
J'aimerais réhabiliter un assez beau parquet en chêne (ou châtaignier ?) dans un appartement 1920. Il présente quelques problèmes esthétiques et techniques :

_ les lames ont travaillé avec le temps, les jointures entre chacune d'elles formant un jour pouvant aller jusqu'à 5 mm. J'ai remarqué que les plus longues sont nettement ceintrées (dans le sens horizontal).
_ l'isolation phonique avec le voisin du dessous n'est vraiment pas fameuse, et je suppose que la thermique ne l'est pas non plus. Il est probable qu'il n'y ait que son plafond en plâtre et mon plancher ajouré qui nous sépare...
_ le parquet craque passablement en de nombreux points, pour les raisons qu'on imagine facilement, et cela devient exaspérant à la longue, pour moi bien sûr, mais aussi pour mon voisin (et je ne parle pas des bruits d'impacts).

J'ai dans l'idée de faire quelquechose en grand, du genre retirer le parquet, insérer de la laine minérale ou un granulat entre les solives, visser des panneaux en particules et clouer mes lames de parquet dessus (après les avoir dégauchies ?).

D'où ces questions qui me vrillent, voire me taraudent :

_ Est-ce un projet faisable pour un amateur un peu débrouillard ?
_ Quel procédé serait préférable pour augmenter l'isolation (essentiellement phonique, la thermique étant secondaire) ?
_ Des panneaux en particules vont-ils réellement augmenter la rigidité et l'isolation ?
_ Ne faut-il pas insérer une couche entre panneaux et parquet pour des raisons mécaniques et dans ce cas comment fixer le parquet ?
_ Comment "rattraper" la déformation des lames, si ce n'est en les retaillant une à une (je vois d'ici le travail pharaonique devant mes 30 m2) ?
_ Et enfin la question subsidiaire : quitte à tout refaire (et pour récupérer la perte en surface dûe à une éventuelle taille des lames), j'ai pensé insérer un filet dans une essence plus claire (type hêtre) entre les rangées de lames, pour donner un effet "pont de bateau". Est-ce jouable et comment faire ?

Alors, ai-je de substantielles chances d'obtenir un résultat efficace, joli et propre ou ne suis-je qu'un doux rêveur ?
Merci par avance.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 16 ans

Bonjour ShiftP
Habituellement je ne réponds que pour les questions structurelles mais je fais une exception parce que la question est intéressante, revient souvent et est également souvent la cause de pathologies diverses.
Ce type de rénovation qui peut paraître simple ne l'est pas en réalité et en tous cas, pas sans conséquences, qu'il convient de mesurer avec prudense.
Plusieurs points sont à mettre en évidence :
- L'état général du plancher.
- Le fonctionnement mécanique du plancher.
- Le fonctionnement des échanges hydriques.

Premier point :
Votre plancher est en bois dur et sec, il est vraisemblablement cloué sur solives.
Vouloir le "démonter" causera obligatoirement des dégâts aux assemblages, les pointes étant sans doute positionnées au creux de la languette.
Les déformations sont parfaitement normales.
Vouloir dégauchir les lames entraînera une diminution de leur épaisseur sur chacune des deux faces et comme la position de l'assemblage ne sera pas modifiée, la conséquence sera des désaffleurs de l'une ou l'autre ou des deux faces des lames retouchées.

Second point :
Lorsque votre plancher a été posé, le mode de vie était différent de celui d'aujourd'*** et les charges prisent en compte pour sa construction n'étaient pas les mêmes, C'est l'une des raisons pour laquelle les planchers de cet âge montrent souvent des déformations en leur milieu (flèche).
Vouloir ajouter des charges permanentes ne peut se faire qu'après avoir vérifié la réelle capacité de la structure porteuse à l'accepter de manière sécuritaire. (dalle CTBH 22mm = 15 kg/m² bandes Phaltex et matériau isolant = 3 à 4 Kg/m²) ce qui veux dire que vous faites plus que doubler les charges permanentes actuelles. (première cause de pathologies rencontrées en rénovation)

Troisième point :
La seconde cause de pathologie, c'est le fonctionnement des planchers en échanges hydriques. A l'époque ou il a été conçu, la vapeur d'eau provenant de l'appartement du dessous traversait le plafond (probablement en plâtre sur lattis) traversait naturellement le plancher, se cumulait avec la vapeur d'eau de votre appartement, traversait votre plafond etc. jusqu'à s'évacuer de manière naturelle vers l'extérieur.
Il faut donc impérativement veiller à conserver ce mode de fonctionnement, c'est-à-dire qu'il ne faudra pas "fermer" ou "étancher" la surface de votre plancher par un produit filmogène type verni ou vitrificateur sous peine de "piéger" la vapeur d'eau de l'étage inférieur (sauf s'il est doté d'une VMC efficace) dans les bois et l'isolant, ce qui aura pour conséquence un vieillissement prématuré de l'ensemble, voire l'apparition de moisissures dans l'isolant.

En conclusion : Ce que vous souhaitez faire est bien sur possible, mais prenez bien toutes les précautions d'usage, faute de quoi vous pourriez connaître des déconvenues qui peuvent aller de la simple gêne à la nécessité de réfection complète.

Boisphilement votre.

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Isolation phonique parquet massif

Publié par epso

5 réponses
2036 vues
0 like

Pose parquet massif collé sur ancien parquet

Publié par john1

9 réponses
8118 vues
0 like

Pose d'un parquet massif sur un ancien parquet

Publié par kirikou67

6 réponses
8471 vues
0 like

étancher un parquet bois masif ancien

Publié par AnneC

2 réponses
1487 vues
0 like

pose de parquet massif sur ancien support

Publié par Serge

1 réponse
1235 vues
0 like