Parquets Charpente Mobilier

DTU 31.2 et hauteur maximale des murs de réhausse de combles

Publié par electron il y a 1 mois

En premier lieu, bonjour à ceux qui me liront.


Ayant le projet de construire une maison à ossature bois, je me heurte à un problème d'interprétation.


D'après ce que j'ai pu lire, les règles simplifiées de justification du contreventement (annexe D, partie 1-1 du CCT) peuvent être utilisées dans le cas ou l'habitation est en R + combles aménageables sous réserve que les hauteurs des panneaux de chaque niveau (donc uniquement du rez-de-chaussée ici?) soient toutes comprises entre 2500mm et 3000mm (du bas de la lisse basse au haut de la lisse haute), que la pente de toiture soit comprise entre 50% et 100%, que les hauteurs des murs soient comprises entre 2800mm et 3400mm (de plancher à plancher) et que le contreventement soit réalisé par l'extérieur (pouvez-vous me confirmer ce point?). Je passe sur la nature du site pour le calcul des charges de vent, sur la distance maximale entre deux murs porteurs et sur le nombre de panneaux de largeur >= à 1200mm car mon projet respecte ces points.


Pour être plus précis, mon projet porte sur une maison en R + combles aménageables, de longueur L=7,57m et de largeur l=5,57m (sans compter les débords de toiture, les dimensions données sont les dimensions extérieures), construite suivant le système bois plate-forme, avec, initialement, un contreventement par l'intérieur en osb 12mm sur montants en douglas purgés d'aubier en 45x220 et entraxe de 400mm avec pare-pluie rigide côté extérieur. Le premier niveau possède une hauteur de montants de 2,42m soit 2,51m en comptant les lisses basses et hautes et ma toiture (chevrons porteurs sur faîtage) repose sur une lisse de chaînage elle même sur la lisse haute des murs de rehausse des combles qui mesurent 1m39 pour des montants de 1m30 (sans lisses basse et haute). Ma toiture possède une pente de 30°.


Mes questions sont les suivantes:


1) Puis-je contreventer par l'intérieur tout en restant dans les clous vis-à-vis de ces règles simplifiées (sans passer par un bureau d'étude).

2) Puis-je construire ce mur de rehausse (cela reste des combles et pas un niveau supplémentaire) ou bien dois-je les supprimer, partant du principe qu'ils ne mesurent pas 2,5m minimum (dans l'optique de pouvoir justifier mes choix techniques via le DTU).

3) Dans le cas contraire, la formule permettant le calcul du contreventement offert par les panneaux en fonction des fixations, de leurs hauteur et de leurs largeurs est-il toujours valable? Je précise que mes calculs de charges de neige et de vent sont déjà réalisés pour ma toiture et pour murs du RDC (pour la toiture, avec la hauteur actuelle du projet) ainsi que mes calculs de charges permanentes et d'exploitation et les calculs de flambement pour le pilier central de la maison qui soutient la poutre faîtière. 


Merci d'avance à ceux qui pourront m'éclairer.



Boisphile

Publié par Boisphile il y a 1 mois

1) Oui, vous pouvez contreventer par l'intérieur, bien qu'il n'ait aucun intérêt à cela.

2) Les panneaux de contreventement sont souvent en longueur de 2800 (quand on en trouve), ce qui permet la hauteur d'étage + l'épaisseur du plancher. Ensuite, le dératellement est indépendant. Il est possible de calculer le contreventement, mais de toute façon ce sont les panneaux du RCH qui reprennent l'ensemble. Il faudra donc éviter la grande façade ouverte face à son opposée fermée.

3) S'il proviennent de l'Eurocode, oui, si c'est sur le net, non.

Publié par electron il y a 1 mois

Bonjour,


tout d'abord, merci pour cette réponse rapide.


Pour le 1), je pensais offrir ainsi aux murs davantage de perspirance en cas de détérioration du pare-vapeur dans le temps (en contreventant par l'intérieur, à priori et d'après les simulations que j'ai pu faire, en conditions normales de températures et pourcentages d'humidité de l'air intérieur et extérieur en hiver dans ma région, il n'y a pas de condensation dans les murs).


Pour le 2), pouvez-vous me confirmer que le contreventement intérieur (et donc sans que les panneaux du RDC ne recouvrent l'épaisseur du plancher d'étage et sans raccord direct avec les panneaux d'étage)

ainsi que la construction du dératellement (murs de 1m39 et donc panneaux de longueur < 2,5m) permettent d'utiliser les règles simplifiées de justification du contreventement de l'annexe D de la partie 1-1 du DTU 31.2 (et donc d'éviter le recours à l'eurocode 5). Si la réponse est positive, dois-je appliquer les calculs de résistance donnés également sur les panneaux de 1m39 ou ne sont-ils pas pris en compte dans le calcul global du contreventement (je parle des calculs et tableaux de l'annexe D partie 1-1 du DTU).


Pour le 3), le 2) y répond (source des formules de calcul).

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 1 mois

0) Si votre construction ne se situe pas en zone de risque sismique supérieure à 2 ni en zone de risque termite, vous pouvez utiliser la règle de moyen en la respectant strictement.

1) Comment avez-vous calculé, sachant que tous les produits qui composent votre paroi ne disposent pas encore de leurs valeurs Sd en coupelle sèche et humide (suivant la position dans la paroi) ? A ce jour, les calculs théoriques de perspirance sont hypothétiques, tous les fabricants n'ayant pas encore testé leurs produits à l'état initial.

2) pouvez-vous me confirmer que le contreventement intérieur (et donc sans que les panneaux du RDC ne recouvrent l'épaisseur du plancher d'étage et sans raccord direct avec les panneaux d'étage)  Non, dans ce cas, vous sortez de la règle de moyen dans la mesure où, dans ce cas le plancher ne sera pas solidaire des parois du RCH, mais posé dessus en plancher plateforme, ce qui est bien sûr possible mais il faudra justifier les ancrages du plancher sur la lisse haute du mur et ensuite du dératellement sur le plancher.

Cela étant, pourquoi un contreventement intérieur qui complique les choses et notamment .la façade extérieure.

Les panneau de dératellement sont pris en compte dans le calcul puisqu'ils participent.

Publié par electron il y a 1 mois

Si votre construction ne se situe pas en zone de risque sismique supérieure à 2 ni en zone de risque termite, vous pouvez utiliser la règle de moyen en la respectant strictement.


Je suis en Haute Vienne (87), donc pas de termites et risque sismique à 2 (sur ma commune).


1) Comment avez-vous calculé, sachant que tous les produits qui composent votre paroi ne disposent pas encore de leurs valeurs Sd en coupelle sèche et humide (suivant la position dans la paroi) ? A ce jour, les calculs théoriques de perspirance sont hypothétiques, tous les fabricants n'ayant pas encore testé leurs produits à l'état initial.


Effectivement, c'est bien pour cela que j'ai écrit "à priori" (j'ai surtout utilisé une simulation du sd par éléments fini 2d).


Non, dans ce cas, vous sortez de la règle de moyen dans la mesure où, dans ce cas le plancher ne sera pas solidaire des parois du RCH, mais posé dessus en plancher plateforme, ce qui est bien sûr possible mais il faudra justifier les ancrages du plancher sur la lisse haute du mur et ensuite du dératellement sur le plancher.


Je pensais réaliser ces ancrages par boulons de diamètre 8mm, l'ensemble traversant la lisse haute du mur du RDC, la lisse de chaînage, les solives (sections de 200 x 200, entraxe de 500mm et portée libre de 5m), la lisse de chaînage du mur de l'étage et la lisse basse des murs de l'étage. Chaque mur de 5m supporte une solive et chaque angle reçoit un boulon. Il y a au total 16 solives (longueur extérieure des murs sur lesquels reposent les solives sans bardage: 7,4m).


Les boulons ainsi réalisés serait de classe 10 (limite d'élasticité de 900N par mm²). Dans ma zone, la pression max du vent est de 399N/m² (pour une hauteur de construction < 10m ce qui est le cas ici, zone 1, de rugosité 3b). Si je ne me trompe pas, je suis très largement surdimenssionné.


Comme cela ne rentre pas dans le cadre du DTU, je vais y réfléchir.


Cela étant, pourquoi un contreventement intérieur qui complique les choses et notamment .la façade extérieure.


Pour la perspirance justement et car l'extérieur recevrait dans ce cas des plaques de fibres de bois rigides en 16mm jouant le role de pare-pluie (il faudra toutefois des tasseaux pour le bardage + lame d'air à l'extérieur et pour le BA13 à l'intérieur).


Les panneau de dératellement sont pris en compte dans le calcul puisqu'ils participent.


Entendu, merci pour cette précision. Si je contrevente par l'extérieure, ce dératellement respecte bien la règle de moyens (promis c'est ma dernière question)?


Dans tous les cas, merci pour l'ensemble des réponses que vous avez eu la gentillesse de m'apporter.



Publié par electron il y a 1 mois

Petite précision, les solives de rives (sur les murs de 5,4m) reçoivent un boulon tout les 0,5m.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 1 mois

Avec un OSB intérieur présentant un Sd de l'ordre de 1m20, vous pouvez oublier la perspirance.

Publié par electron il y a 25 jours

Bonjour à nouveau,


je me permets une dernière question. Concernant la MOB que je souhaite construire, j'ai calculé la résistance des voiles de contreventement sur l'ensemble de ses faces en utilisant la règle simplifiée de justification du contreventement du DTU 31.2.


Pour trois de ces faces, pas de problème (les trois hypothèses retenues donnent des valeurs suffisantes de résistance) mais j'ai un doute pour le calcul de la quatrième face.


Cette face possède une longueur L = 5,42m (mesurée au nu des voiles de contreventement des deux faces perpendiculaires à celle considérée).


Pour le contreventement, je suis finalement passé sur du CTBX en 12mm (en grande partie car je peux me procurer des plaques de 3100mm x 1530mm, ce qui permet d'acheter moins de plaques et une plus grande largeur de panneaux).


Cette face est contreventée de la façon suivante, de gauche à droite:


panneau de 1,53m de largeur et 2,86m de hauteur puis 0,75m de largeur incluant une fenêtre (donc non pris en compte dans le contreventement) puis panneau de 0,85m de largeur et 2,86m de hauteur puis 0,75m de largeur incluant une fenêtre puis enfin panneau de 1,53m de largeur et 2,86m de hauteur.


La hauteur entre les nus des planchers haut et bas est de 2,86m puis un dératellement de 1,35m supporte la toiture (en l’occurrence un des pignons). La hauteur du pignon est de 1,62m sans compter l'épaisseur des chevrons au dessus.


Ce dératellement est contreventé avec les mêmes largeurs de panneaux que le mur du bas, aux mêmes endroits mais avec une hauteur de 1,35m.


Pour le calcul du contreventement de cette face, j'ai un doute sur les panneaux à prendre en compte dans le calcul.


Précision, je suis en haute vienne, zone de vent 1 avec obstacles variés (C0 = 1,15), rugosité du terrain IIIb.


Première hypothèse:


je prend en compte uniquement les panneaux du bas pour le contreventement. Dans ce cas, j'ai trois panneaux dont deux de largeur > 1,2m qui participent au contreventement (1,53m + 1,53m + 0,85m). Dans ce cas, la hauteur des panneaux étant de 2,86m au RDC, avec des pointes de 3,1mm tous les 75mm, j'obtiens une résistance satisfaisante (même en comptant les coefficient multiplicatifs pour niveau > 2,8m et pour R+combles).


Seconde hypothèse:


je prend en compte les panneaux du bas ET les panneaux du haut pour le contreventement (même si leurs hauteurs est < 2,5m) et j'additionne leurs résistances individuelles. Dans ce cas, j'ai une résistance satisfaisante, quelque soit le mode de fixation (la faible hauteur des panneaux du haut jouant très favorablement sur le résultat du calcul).


Troisième hypothèse:


je prend en compte les panneaux du bas ET les panneaux du haut pour le contreventement mais on considère comme un seul panneau de hauteur 4,21m chaque voile. Dans ce cas, j'ai une résistance limite voir insuffisante, quelque soit le mode de fixation (et le voile de 0,85m de largeur ne peut être pris en compte).


La DTU précise qu'une réhausse de 1,4m maximum est possible en cas de R + combles mais sans précisions sur le calcul à utiliser (sachant que je préfère utiliser la règle simplifiée).


Merci d'avance pour les réponses que vous pourrez m'apporter.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 25 jours

des plaques de 3100mm x 1530mm, ce qui permet d'acheter moins de plaques et une plus grande largeur de panneaux). Certes, mais du coup plus de montants pour ne pas dépasser les espacements de 600.

Chaque étage est indépendant pour le calcul de contreventement, donc vous ne pouvez pas additionner les deux hauteurs. En revanche n'oubliez pas d'ajouter au dératellement la pression du vent sur le toit en fonction de sa pente et les pignons. 

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Rehausser solives combles

Publié par Ju44

8 réponses
65 vues
0 like

Parquet : Longueur maximale des lambourdes flottantes

Publié par thierry85

0 réponse
0 vue
0 like

Hauteur plancher mezannine

Publié par Artemis

0 réponse
38 vues
1 like

Dtu pose parquet massif cloué

Publié par rvi

6 réponses
108 vues
0 like

[Rénovation] Rehausse niveau plancher

Publié par Tanguy53

0 réponse
0 vue
0 like