Parquets Escalier Aménagement intérieur Charpente

Reprise solivage + tremie

Publié par Zacra il y a 14 jours

Bonjour,

Nous sommes en train de rénover une vielle bâtisse en pierres et brique de terre crues

 Lorsque nous avons décrouté les murs, nous avons eu la désagréable surprise :

- de découvrir un solivage endommagé par l'humidité des murs

- de constater que les solives sont sous-dimensionnées dans toute la maison.


Nous avons décidé de reprendre toutes le solivage de la maison pour des questions de sécurité.


A l'étage, nous aurons des chambres et un bureau et une salle de bain avec baignoire.


Nous souhaiterions installer un escalier dans la seule pièce qui possède 2 poutres. Là je bloque sur la faisabilité du projet. Nous aurions besoin de couper une poutre principale mais je ne pense pas qu'un chevêtre soit suffisant pour répartir les charges.


Quelqu'un pourrait m'aider à repenser le solivage de cette pièce ?


Voici le relever de cotation ainsi que la modélisation de la pièce actuel.

(mur pierre : gris, mur terre ; marrons)


1. Pièce actuelle :



2. Emplacement escalier :



3. Relevé des dimensions :


Boisphile

Publié par Boisphile il y a 14 jours

La problématique, c'est le sous-dimensionnement des poutres, taux de flexion 94 % et flèche L/140 au lieu de 400. De plus, la réaction aux appui sera d'un peu plus de 1100 kg. Hormis le changement total poutres et solives, il conviendra de savoir si le mur en terre crue acceptera une charge de 1100 kg répartie sur une petite surface, par exemple pour des lamellé-collé en 135 x 360 soit une surface d'appui de 135 x 100 maximum soit 135 cm² soit 8.15kg/cm². Des poteaux peuvent être envisagés si toutefois leurs descentes de charges peuvent être acceptées sur les planchers existants.

Publié par Zacra il y a 13 jours

Merci boisphile pour cette rapidité de réponse.

J'ai bien tout noté tes chiffres. Je vais essayer de les décortiquer pour tout bien comprendre.


Nous avons allons reprendre les dalles aux rdv. Nous pouvons donc envisager de refaire des fondations à certains endroits comme pour l'escalier ou éventuellement pour un poteau.


Ce solivage est celui qui est le plus "surdimensionné" ! Aurant dire que nous devons revoir l'intégralité des pièces.


En suivant l'abaque, est il envisageable de repartir sur un nouveau solivage en 100*200 sans poutre perpendiculaire et en utilisant des muralières ?

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 13 jours

Solives sur muralières en LVL kerto "S" section 51 x 260 sur corbeaux métalliques - Solives portée 4567 - entraxes 500 - Section 75 x 225 - Flèche à terme L/ 320 - Réactions aux appuis 295 kg -  Dalles OSB en 2500 x 675 x 22 mm.

Trémie à recalculer si cette solution convient.

Publié par Zacra il y a 11 jours

Merci encore Boisphile

Je n'ai pas répondu avant car je suis en train d'analyser ta proposition et de me documenter. 

J'ai bien compris qu'il fallait bannir les fixations par tiges filetés et passer sur les corbeaux, cependant, je n'arrive pas à savoir si les corbeaux seront suffisamment résistant dans des murs en briques de terre crue.


J'ai parcouru le web pour voir ce qui a été fait sur des murs en terre.

J'ai trouvé :

  • des corbeaux et un scellement sur les extrémités
  • des corbeaux et une prise en sandwich par filetage
  • Certains disent qu'il faut refaire ce qui a été fait, c'est à dire un scellement des solives.
  • L'ajout des poteaux tous les 2.5m...

Je bloque sur la technique de fixation sur des murs en briques de terre crue. Un avis la-dessus ?


Photo de la charpente actuel :




Boisphile

Publié par Boisphile il y a 11 jours

Non, je n'ai pas d'avis sur les briques en terre crue, c'est une technique particulière pour laquelle il faudrait connaitre le densité et la composition pour en déterminer la résistance au cm².

Publié par Zacra il y a 11 jours

Une brique moulée à une masse volumique de 1400 – 2000 (kg/m3)

La résistance à la compression des briques de terre crue sèches varie couramment de 0,6 à 2,0 MPa. Donc il faut prendre par sécurité 0.6MPa.


5.2.2.1 Charges en appui
De nombreux éléments d'ouvrages* peuvent être supportés par les murs en briques de terre: toiture,
planchers, linteaux, poutres, poteaux, corbeaux.
Si la surface d'appui de ces éléments est trop faible, il peut en résulter une forte pression* (rapport
charge/surface d'appui) ponctuelle qui peut générer de la fissuration et donc potentiellement une
fragilisation du mur.
Afin de prévenir ce risque, il est recommandé de limiter la pression* exercée par ces éléments
d'ouvrage en appui à 0,3 MPa*.
Lorsqu'une charge* est appliquée sur le tiers extérieur d'un mur, elle peut générer sur la partie opposée
une contrainte de traction* qui peut fragiliser le mur.
Afin de prévenir ce risque, il est recommandé que la résultante des forces appliquées au mur reste
dans le tiers central de celui-ci.
NOTE:
Les charges* importantes peuvent être appliquées au mur via des pièces de répartition permettant d’augmenter la surface
d'appui et donc diminuer la pression* générée.
Ces pièces seront, dans la mesure du possible, centrées sur le mur afin de conserver la résultante des forces dans le tiers
central du mur.



Boisphile

Publié par Boisphile il y a 11 jours

Pardonnez-moi, mais je ne prendrais pas position sur cette affaire, pourquoi ? 

1) La prudence est de limiter la pression à 0.3 MPa soit 3 kg/cm² ce qui est peu.

2) L'appui minimum d'une solive est de 50 mm, mais dans votre cas il pourrait être possible d'envisager 75 mm soit une surface de 56 cm² et donc en gros 170 kg. Or la réaction d'appui d'une solive est de 295 kg, il en manque.

3) Vouloir augmenter la portée de l'appui n'est pas une bonne solution, dans la mesure où lorsque la solive travaille en flexion, c'est évidemment les quelques 2 ou 3 premiers centimètres de l'appui qui sont sollicités par la flexion, l'extrémité ayant alors tendance à relever.

4) Concernant les corbeaux métalliques c'est encore pire, dans la mesure où leur appui est réduit à un quarantaine de millimètres et la profondeur de scellement va obligatoirement apporter un effet levier.

5) La solution proposée sur le croquis que vous avez posté me parait être la solution raisonnable, si tant est qu'elle soit possible à réaliser hors du neuf, c'est-à-dire en rénovation, pour laquelle l'insertion d'un chevron d'appui engravé dans la brique ne causera pas de dégâts irréversibles dans ces briques.

Conclusion : En ce qui me concerne j'arrête là. Il me semble que l'avis d'un BE structure avec comme  spécialité ce type de murs me parait souhaitable avent d'aller plus avant

Publié par Zacra il y a 10 jours

Merci pour cette réponse très claire et je comprends tout à fait votre raisonnement. Il me semblait que le mur en terre crue était un vrai problème d'un point de vue structurel.

Je vais me renseigner auprès d'un BE.

Merci à vous.

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

calcul solivage avec trémie

Publié par mask

7 réponses
216 vues
0 like

SOLIVAGE , TREMIE ET ENTRAXE IRREGULIER

Publié par altchouss

1 réponse
0 vue
0 like

Solivage & ouverture trémie pour escalier

Publié par Randy29

0 réponse
0 vue
0 like

Plancher et trémie

Publié par Lauraahas

3 réponses
0 vue
0 like

Dimensionnement solivage avec trémie escalier et ouverture dans mur

Publié par Fanny62250

7 réponses
0 vue
0 like