Abaque de solivage

Abaque de solivage

il y a 13 ans

Bonjour,

Voilà 3 semaines que j'ai commencé la réhabilitation d'un grenier voué à devenir mon chez moi, et je commence à me poser des questions sur la qualité de mon solivage... ce que je lis sur le forum pour l'instant n'a pas l'air d'aller dans le bon sens... je m'explique :

J'ai une surface de 8,8m * 11m, avec  2 poutres  (dans le sens de la largeur) de 20*25cm créant des portées de 3m70 , l'entraxe est de 50 et les solivage est formé de portions de 8*12cm...

Si je ne me trompe pas, il me faudrait 8cm de + sur mes solives (donc 8*20) pour arriver à une solidité suffisante... (n'étant pas un professionnel, il est malgré tout fort possible que je me trompe).

Je sentais en effet mon plancher vibrer quand je marchais par endroit, et je me disais (jusque là) qu'en l'enlevant et en posant mes dalles d'OSB3 cela le solidifirait quelque peu et l'empecherait de vibrer...mais là, je dois avouer que je doute.

En sachant que je ne peut enlever les solives existantes (car le plafond du voisin y est fixé dessus), est-ce qu'il y a un risque à laisser la structure dans cette situation ? et sinon y'a t-il une solution  de renforcement quelconque ?

Merci de vos réponses,
Alex.

41 réponses

11-20 sur 41 réponses
2/5
1. Abaque de solivage il y a 13 ans

En effet Boisphile, là était mon doute, mais je viens de me rassurer. En effet il y a un mur porteur sous la ferme (qui est dans le sens de la longueur, et donc celui ci soutient les poutres porteuses en leur centre (4m40).

Pour vous expliquer en fait ceci est le grenier d'une vieille batisse mais il m'etait impossible d'aller vérifier les étages en dessous car inhabités et fermés à clés. C'est en regardant au rez de chaussé que je me suis aperçu de la présence de ce mur porteur.

A noter que ce sont de vieilles poutres + solives en chêne (mais en très bon état), donc elle doivent être pas mal plus solide quand même que du récent non?



2. Abaque de solivage il y a 13 ans

Bois debout,
pour répondre à ta question, au dessus des solives (lorsqu'elles seront renforcées) je pensais mettre des bandes résilientes de lieges  + OSB3 18mm + plancher.


3. Abaque de solivage il y a 13 ans

Bah ! pour les poutres porteuses OK, mais des 8 x 12 pour 3m70 et entraxes 50, même en vieux Chêne sans compter de fluage on est quand même à plus de 1/200 de flèche et un taux de flexion qui avoisine les 100%..........................faut le savoir !! Donc vous avez intérêt à faire de grosses économies de poids.

4. Abaque de solivage il y a 13 ans

Merci en tout cas de votre réactivitié!!

Pour la flexion,c'est bien ce que je me disais ... c'est pas top.  Faudrait-il alors prévoir un contre-solivage en plus des entretoises pour renforcer le tout? Ou des renforts en metal? En gros, je peux renforcer par le dessus mais pas par le dessous (le plafond du dessous oblige)...

 

5. Abaque de solivage il y a 13 ans

Salut ALEX,

Quand on en arrive au point où la structure ne le fait pas et que le renfort par le bois non plus, alors c'est le moment où je dois entrer en piste!

En effet, il te reste la possibilité de renforcer par le dessus et de rendre habitable ta zone (en ayant en plus une meilleure connaissance de la résistance admissible de ton plancher, une fois le renforcement fini).

La technique à laquelle je fais référence est la connexion de ton plancher bois à une mince dalle de béton, faisant collaborer le bois et le béton entre eux. En pratique, l'augmentation du poids propre de ton plancher est plus que largement compensée par l'augmentation de la résistance permise par la connexion.

Si tu te sens pret à examiner ce en quoi cela consiste, je te fais parvenir des éléments de calcul à l'adresse e-mail de ton choix. Sans engagement de ta part, comme je dis toujours!!!

A+

ITHACA

6. Abaque de solivage il y a 13 ans

Salut Ithaca

tu m'intriques, je suis carrément preneur :)

mon adresse perso alex_joly_31@yahoo.fr

 

 

 

7. Abaque de solivage il y a 13 ans

Alex,

OK, tu as un e-mail qui est parti....

A+

ITHACA

8. Abaque de solivage il y a 13 ans

Bonjour,
J'ai quelques objections à faire. Le plancher collaborant bois/béton peut vous aider à faire passer vos solives mais ne me semble pas la bonne solution du tout. Je m'explique et que quelqu'un me corrige si je me trompe.

1) Il faut que le bois et le béton soit parfaitement "liés" pour que cela marche bien et en rénovation, c'est pas ce qu'il y a de plus facile. Mais bon, admettons.

2) Plus important, cela vous permettra peut-être de faire passer vos solives mais la masse qui sera rajoutée se rajoutera sur vos solive déjà "ric-rac".

3) Un renforcement de bois impossible à faire avec du bois, çà n'existe pas! (ou en tout cas, pas en maison individuelle)

En l'occurence, moyennant que les estimations de charges que j'ai faites soit correctes, un 40 x 120 de chaque coté en plus, bien vissé devrait suffire. Il y a sans doute moyen de gagner un peu de volume en augmentant la hauteur des renforts, si c'est possible.
Bien à vous

9. Abaque de solivage il y a 13 ans

Bonjour Suri,

Justement, je me demandais si le fait de mettre de doubler par la hauteur mes solives pourrait faire l'affaire (au dessus de mes solives 80*120, je remettrais une solive 80*100 fixée à la précédente). La solidité ainsi gagné serait-elle suffisante?

Peux-tu expliquer plus en détail l'idée du 40*120 visé de chaque côté? (de chaque côté de quoi?  des solives?)

Merci,

10. Abaque de solivage il y a 13 ans

Salut Suri666,

Encore debout si tard dans la nuit, les idées peuvent effectivement sembler un tantinet confuses, pas les tiennes hein! Les notres. Mais rassure-toi, les apparences sont trompeuses.

Je pense que pour pouvoir te donner des arguments irréfutables, qui te parlent et qui puissent te convaincre sur les assurances que "ça le fait" en plancher mixte collaborant, bois-béton, il me faudrait en savoir plus sur ton niveau de connaissance.

Tu me dis que la connexion entre le bois et le béton doit etre parfaite: ça me semble une lapalissade désarmante. C'est clair, une connexion ça s'improvise pas. Meme s'il y a des Ingénieurs et des pros qui ont eu recours à des systèmes qui s'inspirent de ce concept, et les ont calculés selon leur propre compréhension des éléments de calcul à prendre en compte (coefficients de sécurité compris!)  rien ne remplace une approche scientifique et industrielle avant toute chose.

Donc effectivement, aussi surprenant que cela puisse paraitre, la connexion permet d'aller là où le bois seul ne le fait pas!

La démarche scientifique (rigueur et aboutissement des principes, controles et vérifications par essais, interprétation des résultats et extrapolations des données de calcul) ainsi que le développement en environnement industriel (constance de la qualité et des caractéristiques des pièces fabriquées, controle qualité du process de fabrication et développement du système de calcul) ne sont que la première étape fondamentale de la mise en place d'une technique de connexion.

Ces deux premières étapes doivent etre complétées utilement par une mise en oeuvre soignée et rigoureuse, qui permette de garantir l'exécution de la vérfication de calcul (et donc les espacements des connecteurs ainsi que leurs caractéristiques, et les autres composants du plancher, le bois, le béton et l'acier, selon le descriptif de la note de calcul).

Toute cette démarche s'inspire des textes normatifs disponibles en France et qui "encadrent" la construction des planchers.

Pour et citer les textes les plus significatifs:

EN 26 891 - EN 28 970 - NF EN 14 358  (concernent tous les bois de structure)
NF B52-001 - NF EN 338 (classement des bois)
NF EN 1990 (structures)
NF EN 1991-1-1 (actions sur les structures)
NF EN 1992-1-1 (béton)
NF EN 1993-1-1 (acier)
NF EN 1994-1-1 (sections mixtes acier-béton) dont nous nous inspirons largement pour transposer efficacement les analogies comportementales des sections mixtes bois-béton, méthodologie des essais etc...
NF EN 1995-1-1(bois)

Ainsi que la mise en forme d'un Avis Technique, dont le seul role est de pouvoir rassurer les Ingénieurs et les assurances sur le bien fondé de la démarche pour le procédé en question.

Mais les difficultés ne s'arretent pas là. Il faut ensuite pouvoir "vivre" l'expérience du système, sans sinistre, sans désordre. Et c'est ce qui se produit depuis maintenant plus de 15 ans, date de la mise en oeuvre des premiers connecteurs de ce genre sur un plancher mixte Bois-béton.

Donc cher Suri666, si tu souhaites un approfondissement de calcul sur le sujet que nous a soumis Alex, n'hésite pas à me le signaler, je suis pret à confronter nos résultats de calcul à tes perplexités.

Dans l'attente,

Bonne journée à tous

ITHACA

11-20 sur 41 réponses
2/5

Votre message :

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Nouvelle discussion

Vous n'avez pas trouvé les réponses à vos questions ?

Créer une discussion

Inspirations

0 photos pour vous inspirer