charge admissible sur un parquet sapin

Publié par MichelP il y a 15 ans

Bonjour,
J'aimerais connaitre la charge admissible sur un parquet sapin de 23mm, cloué sur des bastaings de 6cm x 16cm environ, ayant une portée de 2,50m, avec un entraxe de 40cm.
Merci pour vos réponses.
Michel

Publié par MarcA il y a 15 ans

bonjour, cf un tableau tiré d'une norme de construction pour les planchers, il est stipulé que la charge admissible uniformément répartie sur une poutre en sapin de dimension 6.5 x 16 cm pour une portée P = 2m est de 626 Kgs et pour P=3m 418 Kgs. De plus dans ce code l'entraxe préconisé pour les bastings de dimension 6.5 x 15 cm pour une chambre à coucher est de 0.90m pour une portée de 3m, avec un plancher de 24 mm d'épaisseur si entraxe compris < 50 cm.
En espèrant avoir pu répondre à vos attentes.
Cordialement Marc

Publié par MichelP il y a 15 ans

Réponse précise qui me permet de commencer mes travaux.
Merci encore
Michel.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 15 ans

 

Bonjour, Michel et Marc,

MISE EN GARDE

Une réponse d'ordre structurelle qui peut avoir des conséquences sur la suite du fonctionnement du plancher se doit d'être précise et circonstanciée.

Première question : De quelle norme s'agit-il ?
Seconde question : Si je reprends le texte << De plus dans ce code l'entraxe préconisé pour les bastings de dimension 6.5 x 15 cm pour une chambre à coucher est de 0.90m pour une portée de 3m, avec un plancher de 24 mm d'épaisseur si entraxe compris < 50 cm. >> Que doit-on comprendre, notamment sur l'entraxe, 90 ou 50 cm ?
Par ailleurs, il est tenu compte ici d'un cas précis (chambre à coucher) qui tient compte de charge d'exploitation de 150 kg/m² dont 20% sont considérée comme permanentes et d'un plancher 24 mm donc environ 13 kg/m², ce qui veux dire que le calcul a tenu compte de 43 Kg/m² de charges permanentes et 120 kg/m² de charges temporaires.
Hors, Michel parle de "travaux" et imaginons (c'était la première question à poser) qu'il souhaite effectuer un doublage ou tout autres surcharges qui par définition deviennent additionnelles et donc 100% permanentes.
Le ""tableau"" ne tient donc plus et Michel est induit en erreur et cela peut avoir des conséquences graves, d'autant plus si le fonctionnement du plancher prévu à l'origine est modifié et je pense en particulier à la migration de la vapeur d'eau par exemple.

Il conviendrait donc d'en savoir un peu plus pour donner une réponse plus précise.

Boisphilement votre.

Publié par MichelP il y a 15 ans

Suite à la réponse de Boisphile, je précise mon projet.
Il s'agit d'une pièce de 2,50m par 1,80m qui doit devenir une salle de bains, avec douche à l'italienne sans receveur, mais pas de baignoire. Il y a actuellement un plancher sapin, très sain, posé sur bastings, 16cm par 6cm, dont l'entraxe est 40cm.
J'aimerais pour ça faire une chape de 10cm d'épaisseur, en béton allége (perlibéton), sur un film de polyane, pour y faire passer les évacuations. Le tout sera recouvert de carreaux.
Cela parait-il raisonnable ?
Merci

Publié par MarcA il y a 15 ans

Boisphile a raison, les précisions que je vous ai donné sont pour le cas d'une chambre donc charge d'exploitation de 150Kgs/m2, et dans le cas d'un plancher en bois (leger). Pour une salle de bains il faut compter si je ne m'abuse une charge d'exploitation de 250Kgs/m2. De plus pour le carrelage prendre 2000Kgs /m3. Pour le bêton allégé, je ne connais pas sa densité, le fabricant dit pouvoir vous le fournir. Une fois que vous aurez tous ces éléments, vous pourrez calculer la charge permanente (propre) de votre plancher à cela vous rajoutez la contrainte de 250kgs/m2 en tenant compte du coef HR/MR, si vous avez des points particuliers (éléments lourds) ou autres en tenir compte.  Bon travaux.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 15 ans

 

Bonjour Michel et Marc,

Marc tout d'abord : Vous ne m'avez toujours pas communiqué les références de cette fameuse norme, merci d'avance.
Par ailleurs, pour une salle de bain, la charge d'exploitation est également 150 kg/m², comme le reste de l'habitation.
Je ne sais pas ce qu'est votre coefficient miracle HR/MR, mais sachez que lorsque l'on calcule un plancher, l'une des cinq vérifications à effectuer c'est le calcul en déformation sous charge concentrée de 200 kg (D=25mm).

Michel : Je suppose que la pièce existe déjà, il faut donc savoir dans quel sens sont les solives et surtout si leur portée est bien égale à l'une des dimensions de la pièce, en d'autres termes, les solives pourraient avoir une portée plus importante et supporter la cloison par exemple.
Par ailleurs, quel est l'entraxe de ces solives, l'intervalle d'axe en axe.

Boisphilement votre.

Publié par MarcA il y a 15 ans

bonjour boisphile, je ne trouve pas de reférence à cette note, on dirait une annexe, cela traite des planchers en bois et s'intitule chapitre 6, c'est toutes les ref que je possede. Je me renseigne. Pour des charges au sol (charge d'exploitation) et le coef RH/MH je me suis fié à la norme 06004.
Pour ce qui est d'autres codes, je suis preneur si vous avez des reférences à me communiquer, car je trouve le sujet du bois passionnant. Merci, marc 

Publié par MarcA il y a 15 ans

Si vous voulez boisphile je peux vous faxer les pages de ce chapitre 6 dont je vous ai parlé. Cordialement, marc.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 15 ans

Bonjour Marc,

Les internautes qui posent des questions sur les forums spécialisés comme celui-ci, attendent des réponses fiables, qu'ils peuvent utiliser pour réaliser leurs travaux.
On distingue deux types de questions, les questions d'ordre général ou de décoration et les questions techniques.
Vous avez sans doute remarqué que les questions techniques sont le plus souvent pertinentes et sont en rapport avec la structure des bâtiments.
Les réponses apportées se doivent donc d'être précises et complètes, car une mauvaise interprétation de ces réponses pourrait avoir des conséquences graves avec dans certains cas la mise en danger de la sécurité des personnes.
Il convient donc, soit de s'appuyer sur des connaissances techniques réelles, soit sur des documents (normes, DTU, règles professionnelles) en vigueur, en citant leurs références.
En ce qui concerne la norme NF P 06-004, il s'agit d'un complément de la NF P 06-001 sur les charges d'exploitation des bâtiments.
Les coefficients RH pour grandes surfaces et MH pour petites surfaces ne sont pas applicables aux logements d'habitation.

Le bois c'est passionnant et c'est essentiel, je suis d'accord avec vous, mais c'est aussi un métier.

Boisphilement votre.

Publié par MichelP il y a 15 ans

Bonjour,
Pour répondre à la deuxieme partie de la réponse de Boisphile, me concernant plus particulièrement, j'ai bien vérifié le sens d'implantation des solives, perpendiculaires au parquet, leur écartement et leur portée. D'un coté elles sont encastrées dans un mur extérieur, et de l'autre posées sur une poutre en béton, assez épaisse, qui descend de 20 cm au-dessous du plafond de l'étage inférieur.
Dans la pièce concernée, cette poutre supporte aussi effectivement la cloison de séparation avec la pièce adjacente, ce que je n'avais pas noté de prime abord.
Vu la taille de la poutre en béton et son utilisation pour supporter une cloison, on peut l'assimiler à un mur porteur, pour l'autre extréité des solives ?
Donc, si c'est bien le cas, une portée de 2,50cm, un entraxe des solives de 40cm donnent quoi en poids maxi admissible ?
Michel.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 15 ans

Bonjour Michel,

Pour la bonne règle, je rappelle ici l'hypothèse de calcul les charges sont exprimées en kg/m² :
Charge d'exploitation : 120 temporaire et 30 permanente
Plafond plâtre (non précisé) = 13.5
Parquet sapin 23 mm = 12.5
Portée des solives 2500 mm entraxe 400 mm.
Section 160 x 60 mm
Dans cette hypothèse, la charge permanente additionnelle possible est 120 kg/m².
Toutefois, il faut considérer l'éventuelle modification de fonctionnement actuel du plancher du point de vue de la migration de la vapeur d'eau.
Je m'explique, actuellement (sauf si vous disposez d'une VMC efficace) la vapeur d'eau migre librement à travers le plancher, de la pièce du dessous à la pièce supérieure et ainsi de suite de pièce en pièce, jusqu'à s'évacuer par la toiture.
Hors, si vous posez quelque chose d'étanche sur votre plancher, chape, revêtement de sol stratifié ou plastique ou moquette sur caoutchouc, la vapeur d'eau passera bien dans le plancher, mais faute de pouvoir en ressortir, elle se ""stockera"" dans le bois des solives et dans les lames sapins ………. Pour la suite je vous laisse deviner, mais c'est malheureusement un grand classique des pathologies de planchers en rénovation.
Donc si tel est le cas, deux solutions, poser une VMC efficace ou créer des orifices de ventilation entre plafond et plancher.

Boisphilement votre.

Publié par MichelP il y a 15 ans

Bonjour Boiphile,
Tout d'abord, j'ai bien noté l'importance de la ventilation sous le plancher, afin d'éviter que la vapeur d'eau n'y stagne, et n'endommage à la longue le plancher.
D'autres part j'avoue commencer à être un peu perdu dans toutes ces notions de charge permanente, charge temporaire, charge d'exploitation, déformation sous charge concentrée. 
Dans vos explications la charge temporaire de 120kg et permanente de 30kg sont des résultats de calculs ou des hypothèses de départ ?
Je comprend le poids du plafond et du parquet, mais comment obtiens-t-on les 120 kg de charge additionnelle permanente additionnelle possible ?
Etant néophite dans ces notions, dont j'ignorais la complexité, pourrais-je avoir une décomposition des diverses charges supportées par mes solives, me permettant de dégager la possibilité ou non de ma chape en béton allégé, et ce avec quelle marge de sécurité ? 
Merci beaucoup de votre aide, ainsi qu'à Marc.
Michel

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 15 ans

 

Bonjour Michel

Procurez vous le prochain Journal du Bois qui paraîtra mi-Juillet et dans lequel un dossier de 8 pages traiteras du plancher.
Vous y trouverez entre autres le texte ci-dessous, qui vous explique ce que sont les différentes charges.
Les différents types de charges.
- Les charges d'exploitation : Ce sont les charges liées à l'utilisation proprement dite du plancher.
Il a été déterminé de manière conventionnelle que 20% de ces charges correspondent au mobilier et sont donc des charges permanentes.
Les 80% représentent la circulation des personnes et sont donc des charges temporaires.
- Les charges additionnelles : Ce sont en général des charges permanentes de structure ou de revêtement.
- Les charges concentrées : Elles représentent une charge exceptionnelle sur une petite surface par exemple, un pied de piano, d'un meuble d'aquarium ou de bibliothèque.
Cette notion de charge concentrée est prise en compte dans le calcul d'un plancher pour une valeur de 200 kg appliqués sur une surface ronde de diamètre 25 mm.
- Les charges roulantes : Le plus souvent concentrées sous la forme de petites roues elles sont extrêmement pénalisantes en provoquant une déformation qui se déplace en induisant des efforts de cisaillement importants dans les panneaux constituant le plancher.
Le plus souvent, deux couches de panneaux en pose décalée (dans les deux sens) sont nécessaires pour répondre au besoin.
La présence de charges roulantes impose toujours une étude spécifique du plancher.
Si vous avez d'autres questions n'hésitez pas à les poser.

Boisphilement.

Publié par MarcA il y a 15 ans

Bonjour à vous michel et boisphile, je suis désolé Michel d'avoir pu interférer dans vos projets en vous donnant des informations incompletes et par là de fausses joies. Vu que ce forum est, comme dit boisphile, fait pour que des non initiés trouvent des réponses de professionnels, ce que je ne suis pas, je n'interviendrai plus et vous reitere mes excuses. Bonnes constructions à vous. Marc 

Publié par MichelP il y a 15 ans

Bonjour,
Après une petite semaine de vacances, d'où ce retard, je réponds à Boisphile et Marc.
Merci à Boisphile pour ces renseignements sur une publication à venir, où j'espère retrouver mes petits, car malgré son professionnalisme et la bonne volonté de Marc, je ne sais toujours pas si mon plancher de salle de bains va supporter mon projet de chape allégée. Je répète donc les données en espérant avoir un résultat chiffré. 
Il s'agit d'une pièce de 2,50m par 1,80m. Il y a actuellement un plancher sapin 23mm, posé sur bastings, 16cm par 6cm, dont l'entraxe est 40cm, et la longueur 2,50m.
Quelle est donc la charge maximum, permanente, en comptant le poids des matériaux, et temporaire, avec le poids de des gens qui sont dessus, que peut supporter un tel plancher ?
Merci de vos réponses.
Michel.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 15 ans

 

Bonjour Michel,

Il me semble avoir déjà répondu avec précision à cette question, en indiquent que vous avez une possibilité de surcharge additionnelle et permanente de 120 kg/m².

Souhaitez-vous d'autres précisions ?

Boisphilement votre.

Publié par MichelP il y a 15 ans

Bonjour,
Donc, en plus du poids des solives et du parquet lui-même, je peux créer une surcharge permamente, sous forme d'une chape legère et d'un carrelage, de maxi 120 kg/m2.
Pour ma chape de 4,7 m2, sur une épaisseur de 9cm, ce qui fait un volume de 0,42 m3 et avec la densité de 700kg/m3, le poids est de 294 kg, donc 63 kg/m2. Si j'ajoute le carrelage, qui pèse 30 kg/m2, le total de la charge est de 93 kg/m2.
Cela semble compatible avec les 120 kg/m2 possibles ?
Merci de toutes vos précisions.
Michel.

Boisphile

Publié par Boisphile il y a 15 ans

 

Bonjour Michel,

Certes oui, mais attention, vous rendez la surface du plancher étanche, donc sa sous-face devra être ventilée. (sauf si vous bénéficiez d'une VMC efficace à l'étage en dessous.

Boisphilement votre.

Publié par MichelP il y a 15 ans

Bonjour,
La pièce en dessous est un WC, correctement ventilé.
Merci pour tous ces informations.
Michel.

Commentez

Vous devez vous connnecter pour poster un commentaire.

S'identifier ou créer un compte
Discussions associées
Ces discussions peuvent également vous intéresser

Charge admissible

Publié par lochoss

1 réponse
738 vues
0 like

Charges admissibles

Publié par Snaga

8 réponses
982 vues
0 like

Charges admissibles

Publié par ASS

1 réponse
1472 vues
0 like

charges admissibles

Publié par cédricm

3 réponses
1238 vues
0 like

charge admissible

Publié par AlainR

0 réponse
1585 vues
0 like